Métiers et professions

Couvreur/couvreuse (42123)

Ajouter à ma sélection  | Afficher en PDF

Pour accéder aux offres d'emploi et aux études et formations qui mènent à l'exercice d'un métier, précisez votre choix parmi les métiers suivants. Dans le groupe de métiers Couvreur/couvreuse, on distingue :

Cliquer sur l'intitulé du métier pour sa description :
Couvreur (4212301) Offres d'emploi Etudes / Formations

Couvreur (4212301)

Réalise les couvertures de toiture en différents matériaux (ardoise, tuile, tôle, chaume...),installe également des gouttières, des conduits d’évacuation de gaz de fumées, des tabatières et autres « accessoires de toitures ». Intervient également dans la rénovation et restauration de toitures.

Activités du métier

Activités de base
  • Identifier l’état des structures et/ou des charpentes
  • Effectuer des travaux de charpente
  • Poser des sous-toitures
  • Poser des isolants thermiques et/ou phoniques
  • Réaliser le support de couverture (lattage, voligage...)
  • Découper, poser, ajuster et fixer les éléments de couverture
  • Réaliser et poser les raccords métalliques de toitures (noues, arêtiers, faîtières, rives)
  • Réaliser les jonctions de pénétration de toitures (cheminées, tabatière, éléments de ventilation)
  • Réaliser et poser les gouttières et descentes pluviales
  • Nettoyer et ranger son poste de travail
  • Assurer la maintenance de premier niveau des outils et du matériel
Activités spécifiques
  • Lire un plan, un dessin d’exécution ou des feuilles de travaux
  • Déposer l’ancienne couverture
  • Réparer les toitures
  • Nettoyer des toitures (démoussage, peinture...)
  • Réaliser des couvertures en bois
  • Réaliser des couvertures en plaques ondulées
  • Réaliser des couvertures au moyen de bardeaux asphaltiques
  • Réaliser des toitures plates (membranes bitumeuses, synthétiques...)
  • Réaliser des éléments de décoration (lucarnes, pinacles, coqs à vent, oeil de boeuf...)
  • Réparer des cheminées
  • Installer, contrôler ou réparer des paratonnerres
  • Poser des châssis, tabatières, fenêtres de toit, etc
  • Poser des panneaux solaires (thermique ou photovoltaïque)
  • Assurer l’étanchéité à l’air
  • Réceptionner, vérifier et stocker les matières et le matériel
  • Assurer l’approvisionnement du poste de travail en matériels et matériaux
  • Trier et évacuer les déchets et résidus
  • Utiliser un ou plusieurs systèmes d’élévation de matériaux (grue, nacelle, monte-charge...)

Aptitudes à l'emploi

  • Respecter les horaires convenus
  • Réagir rapidement, avec calme et maîtrise de soi, en présence d’un événement soudain
  • Appliquer rigoureusement les règles de l’entreprise en matière de sécurité, d’hygiène et de respect de l’environnement
  • Respecter la déontologie et appliquer la réglementation et les instructions en vigueur dans l’entreprise
  • Présenter une image positive de l’entreprise
  • S’intégrer dans un environnement de travail
  • Se tenir informé de l’évolution du métier
  • Communiquer aisément avec les autres
  • Adhérer aux objectifs de l’entreprise
  • Travailler méthodiquement et rigoureusement
  • Faire preuve d’habileté gestuelle et de dextérité
  • Travailler dans des conditions et positions particulières (proximité du vide, déplacements en hauteur)
  • Manipuler des charges
  • Supporter la chaleur et les intempéries
  • Appréhender les formes et les volumes dans l’espace
  • Entretenir une relation de confiance avec le client
  • Coordonner ses interventions avec les différents membres de l’équipe et/ou les autres corps de métier
  • Contrôler la qualité d’exécution des travaux

Conditions générales d'exercice de ce groupe de métiers

  • L’emploi/métier s’exerce seul ou en équipe, sur des chantiers de constructions neuves, en réhabilitation ou chez les particuliers. L’activité comporte des déplacements (changements fréquents de chantier...). Les horaires sont réguliers dans la limite des délais imposés par les commandes. L’activité s’effectue en hauteur et demande alors de l’agilité et un sens de l’équilibre et entraîne des conditions particulières de mise en oeuvre (à genoux, accroupi). Elle implique de respecter strictement les consignes et les règles de sécurité (port de casque...).

Lieux d'exercices

  • Chantier bâtiment.
  • Domicile de particulier.
  • Autres (monuments historiques...).

Conditions de travail

  • En très grande hauteur.

Métiers proches (Voir aussi)

Le métier sur le marché de l'emploi

La capacité à travailler à proximité du vide est décisive lors du recrutement. Une expérience dans des emplois aux conditions d’exercices similaires (monteur en charpente métallique, charpentier-poseur) permet également d’accéder à l’emploi/métier ; des connaissances en soudure sont alors exigées.

La profession de couvreur est réglementée, la personne qui souhaite exercer cette activité en tant qu’indépendant doit prouver ses connaissances de gestion de base et fournir la preuve de sa compétence professionnelle spécifique afin de s’inscrire auprès de la Banque Carrefour des Entreprises.

Les personnes qui ont plus de 18 ans et qui ont appris le métier de couvreur par la pratique peuvent faire reconnaître leurs compétences de façon officielle via une validation de compétences - http://www.cvdc.be

Ces dernières années, le secteur subit la concurrence exercée par les travailleurs détachés qui sont assujettis à la sécurité sociale de leur pays d’origine et qui représentent une main d’oeuvre moins onéreuse que chez nous (dumping social), mais également de la conjoncture économique difficile (par exemple, le nombre de permis de bâtir autorisés pour des nouveaux bâtiments diminue dans le résidentiel depuis 2010). Ces difficultés ont des conséquences sur le nombre d’opportunités d’emploi gérées par le Forem. Ainsi, excepté un pic de recrutement en 2011, le volume des opportunités d’emploi n’a cessé de diminuer jusqu’en 2014 pour repartir légèrement à la hausse en 2015. Cette augmentation se poursuit en 2016.

D’après une analyse du Forem basée sur différents critères, ce métier reste attractif sur le marché de l’emploi wallon dans le sens où le Forem reçoit beaucoup d’opportunités d’emploi de la part des entreprises en comparaison à d’autres métiers (voir : le Forem - Métiers porteurs - Au-delà des listes). Parallèlement, le métier est repris dans la liste des fonctions critiques et métiers en pénurie 2017 (sur base des données 2016). La principale cause de tension est un manque de candidats expérimentés. L’analyse des opportunités d’emploi communiquée au Forem par les entreprises de couverture (en dehors des contrats PFI) indique qu’elles sont à la recherche de personnes possédant entre 2 et 5 ans d’expérience. Cependant, vu la faible réserve de main d’oeuvre expérimentée disponible pour ce métier, les entreprises qui passent par le Forem sont prêtes à former le candidat d’où une demande importante de PFI (Plan Formation Insertion). On observe également, en 2015, que la part de demande liée à un contrat intérimaire est équivalente à la part de contrats à durée déterminée (cette tendance pourrait être en partie liée à la disparition de la période d’essai). Le régime de travail est souvent un temps plein de jour ou continu. Le lieu de travail des opportunités d’emploi se situe dans les provinces du Hainaut et de Liège.

Les futurs couvreurs ainsi que les travailleurs actuels doivent être (in)formés sur les évolutions liées à la PEB (performance énergétique du bâtiment) principalement au niveau de l’isolation et de l’étanchéité à l’air afin de les intégrer à leur pratique. L’évolution vers de nouveaux matériaux d’étanchéité pour toitures requiert également l’adaptation des méthodes de mise en oeuvre. Par ailleurs, les couvreurs ont été fort sollicités ces dernières années pour l’installation d’un système d’énergie renouvelable (panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques). L’installation de toitures vertes sur toit plat ou légèrement incliné est également en plein développement. Très développée dans certains pays (Allemagne, pays scandinaves, etc.), elle a tendance à se populariser en Belgique. La formation relative à l’utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur ainsi que la formation de sécurité de base (VCA) sont des plus pour les futurs travailleurs.

Concernant l’emploi, le couvreur peut être associé à la catégorie professionnelle des « métiers qualifiés du bâtiment (finitions) et assimilés » dont le nombre de travailleurs (obtenu par estimation) est stable entre 2013 et 2015 (1).

(1) Direction générale Statistique et Information économique - Enquête sur les forces de travail
 

Les secteurs d'activités les plus en demande de ce métier, c'est-à-dire par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2016 pour ce métier.

Liens

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'organismes officiels en lien avec le métier.

Nom Description Lien
ABEE

Association Belge des Entrepreneurs d'Etanchéité
http://www.confederationconstruction.be/Abee/Home.aspx
CCB-C

Confédération Construction Bruxelles-Capitale
http://www.ccbc.be/
CCW

Confédération Construction Wallonne
http://www.confederationconstruction.be/wallonie/Home.aspx
CEPS

Centre Européen Pour la Sécurité
http://ceps-esm.be/home/home.aspx
CNC

Confédération Nationale de la Construction
http://www.cnc.be/
Constructiv

Prestataire de services pour le secteur de la construction
http://www.constructiv.be/fr.aspx
CONSTRUTEC

Formations de perfectionnement dans le domaine des technologies nouvelles pour des travailleurs, les élèves et professeurs de l'enseignement.
http://www.construtec.be/
FEGC

Fédération des Entrepreneurs Généraux de la Construction
http://www.fegc.be
FIEC

Fédération de l'Industrie Européenne de la Construction
http://www.fiec.org