Secteurs d'activités

Industrie des caoutchoucs et des plastiques

Afficher en PDF

C’est le Belge Léo Baekeland qui a créé le premier plastique, la Bakélite, en 1907.

La Belgique est le premier producteur et transformateur de plastiques en volume par habitant.

L'industrie des plastiques et du caoutchouc contribue à la prospérité de nombreux autres secteurs.

L'industrie des caoutchoucs et des plastiques est un secteur qui englobe la fabrication de produits en caoutchouc tels que les tétines, les matelas pneumatiques, etc., ainsi que la fabrication d'articles en matières plastiques.

L'industrie du plastique conçoit et fabrique des produits dont l'utilisation est vaste et diversifiée.

Ils se retrouvent aussi bien dans la vie courante que dans les secteurs de pointe.

Par exemple, dans le secteur médical, le plastique est présent dans les matériels et équipements (seringues, gants de chirurgie, ...), mais aussi dans les vêtements, les revêtements de sols et de murs ou même dans le corps humain (prothèses orthopédiques par exemple). Le plastique est un élément clé pour l'emballage (produits alimentaires, cosmétique, transport des marchandises et de biens de consommation, ...) et on l'utilise aussi beaucoup pour les produits électroménagers ou de télécommunication. Il fait également partie de notre habitat (portes, châssis, câbles électriques, conduites d’eau, ...).

La mise au point de produits a provoqué l'éclosion de techniques spécifiques de transformation. A chaque type de produit à fabriquer (selon sa taille, sa forme, les qualités recherchées ...), correspond une technologie. On compte plus de 20 techniques de transformation, parmi lesquelles on retrouve le plus souvent : l'injection, l'injection soufflage, l'extrusion, l'extrusion gonflage, le calandrage, l'enduction, le rotomoulage, l'expansion, la compression, le thermoformage, la chaudronnerie.

L’évolution du nombre de postes de travail est négative entre 2012 et 2017 aussi bien au niveau national que pour la Wallonie. Comme l'ensemble des secteurs industriels, l'industrie du caoutchouc et des plastiques s'est de plus en plus automatisée. Elle doit faire face à la croissance de la concurrence internationale et est confrontée à l'augmentation des prix de l'énergie. De plus, dans une logique d’économie circulaire, il est a attendu du secteur qu’il change, à tous les étages d’une longue filière, le design, la fabrication, la collecte, le tri et le recyclage du plastique afin de réinjecter celui-ci dans des nouveaux produits. Pour rappel, tous les emballages en plastique sur le marché de l'UE seront recyclables d'ici à 2030, la consommation de plastiques à usage unique sera réduite, et l'utilisation intentionnelle de microplastiques sera limitée.

Enfin, la fermeture du marché chinois à l’importation de nombreux déchets dont le plastique contraint des pays européen, dont la Belgique, a trouvé une solution face aux milliers de tonnes de plastique : recycler ou brûler. Il y aurait ainsi chaque année 150.000 tonnes de plastiques d’emballage à valoriser en Wallonie.

L'analyse via la nomenclature NACE 2008 ne favorise pas la vue d'ensemble du secteur. En effet, une grande majorité des entreprises ayant recours aux processus de transformation des plastiques et des caoutchoucs est répertoriée sous un code NACE lié à la nature du produit fini ou à la nature de l'activité plus que simplement sous son aspect de transformation des matières plastiques.

   Nombre d'établissements en 2017  Nombre de postes de travail salarié en 2017  Nombre de travailleurs indépendants en 2017 (1)
Wallonie 149 3.784 3
Bruxelles-Capitale 17 251  
Flandre 389 17.574 12
Belgique 555 21.609 15

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2017 et INASTI 2017, calculs le Forem


(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

 

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de l'industrie des caoutchoucs et des plastiques est composé de deux sous-secteurs (1) :

  • La fabrication de produits en caoutchouc . Ce sous-secteur comprend la fabrication de pneumatiques en caoutchouc pour les véhicules, avions, jouets, etc. et de chambres à air ; le rechapage de pneumatiques et la fabrication d'articles divers en caoutchouc (tubes, préservatifs, tétines, matelas pneumatiques, courroies de transmission, fils et cordes, ballons gonflables, bonnets de bain, combinaisons de plongées, etc.).
  • La transformation des matières plastiques . Ce sous-secteur comprend la transformation de résines synthétiques nouvelles ou réutilisées (recyclées) en produits intermédiaires ou finis. Les produits résultant de cette transformation sont très diversifiés : plaques, feuilles, tubes et profilés ; emballages en matière plastique ; éléments pour la construction (portes, fenêtres, revêtements de sol, de mur, baignoires, douches, etc.) et produits divers (vaisselle, articles de cuisine, jouets, partie d'appareils d'éclairage, etc.).
Les matières premières de ce sous-secteur font partie du secteur des industries chimique et pharmaceutique (chimie de base avec la fabrication de matières plastiques de base). Ce sont d'ailleurs deux secteurs fortement liés (fédération, entreprises, centres de formation). C'est également vrai pour le secteur de l'industrie technologique pour lequel la transformation des plastiques est intégrée dans l'aspect mécanique des techniques de transformation et la nature de ses produits.

Remarque : Alors que dans la plupart des pays et au niveau européen le secteur de la transformation des plastiques et du caoutchouc est représenté par ses propres fédérations, en Belgique ce secteur se retrouve partiellement dans les conventions collectives du travail de la chimie (fédération Essenscia) et du métal (fédération Agoria). Ces deux fédérations ont créé de commun accord Federplast.be comme association représentant leurs membres respectifs dans la transformation des plastiques et du caoutchouc.


Le secteur aujourd'hui

Aujourd’hui, le secteur de l'emballage est le principal client de l'industrie des plastiques.

Le secteur de l'automobile est également un gros client pour l'industrie du plastique.

Les modèles récents de voitures contiennent plus de 100 kg de matières plastiques.

Celles-ci réduisent le poids et la consommation de carburant. En outre, elles augmentent la sécurité et le confort des passagers. (...). Les exigences du secteur automobile constituent un grand défi pour les concepteurs d'aujourd'hui : haute performance, prix compétitifs, design, confort, sécurité, consommation minimale de carburant et impact environnemental (2) .

L'industrie des plastiques et du caoutchouc contribue à la prospérité de nombreux autres secteurs. Sa production connaît des applications dans de nombreux domaines : le secteur de l'emballage, la construction ; les transports ; ….   

Pour faire face aux enjeux énergétiques, le secteur a développé des processus et des produits dans une logique de développement durable.

La chimie verte, qui englobe le développement de technologies plus propres, l’optimisation des procédés existants, la réduction et la valorisation des déchets, le recyclage, la réduction de la consommation d'énergie, la substitution de la matière première d'origine fossile par des matières premières d'origine végétale, etc. prend de plus en plus d’importance.

Actuellement, on peut remplacer le pétrole par le végétal dans un grand nombre de procédés de l'industrie chimique ; par exemple en substituant les hydrocarbures par des produits biosourcés (plante, bois, etc.).

Les emballages en plastique sont de plus en plus légers et une partie d'entre - eux sont recyclés.

A travers son Package Economie Circulaire, la Commission européenne entend réduire au maximum les déchets et réintégrer les produits et matériaux en fin de vie dans l’économie circulaire, par exemple en réutilisant les matériaux recyclés pour en faire des matières premières.

Le secteur de l'industrie des plastiques et du caoutchouc reste fort dépendant des prix de l'énergie puisqu'il utilise encore majoritairement comme matière première du pétrole pour produire les plastiques et consomme beaucoup d’énergie dans ses procédés de production.

Cependant, des alternatives se développent sur le marché.

Dans son rapport sur les effets de la transition numérique sur le secteur de la chimie et des sciences du vivant, Le Forem présente certaines évolutions qui permettent aux entreprises de réduire leur consommation énergétique ou de produire du plastique à partir d’autres matières. D’une part, afin de réduire les coûts, les entreprises disposent d'outils (par exemple des capteurs connectés pour suivre la consommation énergétique) leur permettant de réaliser un diagnostic et d’optimiser la consommation de matières premières et d'énergie.

D’autre part, les biotechnologies blanches qui rassemblent les procédés utilisant le vivant pour produire des produits chimiques à usage industriel se développent.

Ces produits peuvent être utilisés dans la confection de matériaux innovants ou d’énergies plus en phase avec l’environnement.

Par exemple, des biosolvants sont produit à partir de la molécule plateforme furfural qui est un composé chimique industriel dérivé de différents produits secondaires agricoles.

En Wallonie des sociétés comme Galactic produisent du plastique biologique et bio-renouvelable à partir d’un acide lactique issu du sucre des betteraves. Il a déjà été utilisé pour fournir des gobelets à des festivals comme Couleur café. D’autres technologies sont développées et permettent de faire face à l’épuisement des ressources : le recyclage des déchets, la chimie du CO 2 , la chimie biosourcée (3) .

Comme la plupart des secteurs industriels, l'industrie des caoutchoucs et des plastiques s'est de plus en plus automatisée. De plus, elle doit faire face à une croissance de la concurrence et donc à la réduction de ses marges. Une des conséquences de ces changements est la diminution du nombre d'emplois dans ce secteur. En effet, depuis le début des années 2000, le nombre de travailleurs dans ce secteur n'a cessé de diminuer. Certaines entreprises ont dû fermer leurs portes ou ont été délocalisées dans d'autres pays. C'est dans le sous-secteur de l'industrie des caoutchoucs que la diminution du nombre d'emplois s'est le plus marquée. Ce sous-secteur occupe une très petite place en Belgique et en Wallonie.

La première publication réalisée en 2013 « Métiers d’avenir », dans une vision à moyen terme et pour la Wallonie, balaie les différents facteurs d’évolution du secteur et leurs effets présumés sur l’évolution des métiers. Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ce travail prospectif via :  Métiers d'avenir pour la Wallonie - Les élastomères et plastiques .

Ensuite, en 2016, une analyse plus approfondie des grandes tendances de la transition numérique et de ses effets sur les activités, les métiers et les compétences du secteur a été réalisée : Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique - Chimie et sciences du vivant  .


(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives
(2) Federplast, Applications: http://www.federplast.be/htm_FR/toep_verpakkingen.htm
(3) Le Forem, 2016 - Les effets de la transition numérique sur les secteurs de la chimie et des sciences du vivant

Positionnement économique du secteur

Production

En Belgique, durant l'année 2017, l'industrie des caoutchoucs et des plastiques a produit pour 6.256 millions d'euros, soit une augmentation de 8,7 % par rapport à 2012. La majorité de la production est à mettre à l'actif du sous-secteur de la fabrication des produits en plastique.

Valeur de la production du secteur entre 2011 et 2017
Source : Prodcom - Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem

Commerce extérieur

Exportation

En 2017, l'industrie des caoutchoucs et des plastiques, en Belgique, a exporté pour plus de 8 milliards d'euros, soit une hausse de 16,8 % par rapport à 2012.

Une grande majorité de la valeur des exportations provient de la Flandre.

C’est la fabrication de produits en plastique qui constitue la grande part de la valeur des exportations.

.

Valeur des exportations du secteur selon les régions entre 2012 et 2017
Source: BNB 2012-2017, calculs le Forem


Importation

La valeur des importations belges en 2017 pour le secteur du caoutchouc et des plastiques s'élève à 7.864 millions d'euros.

Chiffre d'affaires

Pour l'ensemble de la Belgique, le chiffre d'affaires 2017 de l'industrie des caoutchoucs et des plastiques est de plus de 8.082 millions d'euros.

Il est en croissance constante de depuis 2014.  Comme pour le commerce extérieur et la production, c'est le sous-secteur de la fabrication des produits en plastique qui engendre la quasi-totalité du chiffre d'affaires du secteur.


Evolution du chiffre d'affaires du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2017
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Investissements

En 2017, l'industrie des caoutchoucs et des plastiques a investi, pour l'ensemble de la Belgique pour une valeur de plus de 374 millions d'euros.

Les données concernant les investissements en Wallonie ne sont pas connues étant donné leur caractère confidentiel.

La production des matières plastiques de base n'étant pas comprise dans ce secteur mais bien dans celui des industries chimique et pharmaceutique (chimie de base), le volume d’investissements en R&D réalisés dans ce secteur est beaucoup plus faible.

Entreprises du secteur

Belgique

En Belgique, en juin 2017, le secteur de l'industrie des caoutchoucs et des plastiques comptait 555 entreprises (1) .

La majorité des entreprises du secteur sont localisées en Flandre tandis que 27 % le sont en Wallonie et 3 % à Bruxelles-Capitale.

Près de 9 entreprises sur 10 sont actives dans la fabrication de produits en plastique.



Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

Répartition des établissements entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


 

Wallonie

En Wallonie, en juin 2017, l'industrie des caoutchoucs et des plastiques comptabilise 149 entreprises.

Près de la moitié des entreprises comptent moins de 10 travailleurs. La part des entreprises de plus de 9 travailleurs est plus importante dans l'industrie du plastique et du caoutchouc que pour l’ensemble des entreprises tous secteurs confondus.



Répartition des établissements par taille en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

La répartition des entreprises du secteur entre les provinces wallonnes est fort semblable à celle des entreprises de l'ensemble de l'industrie manufacturière wallonne : les provinces de Hainaut et de Liège totalisent près de 70 % des entreprises.

Par ailleurs, on notera que la majorité des entreprises appartiennent au sous-secteur de la fabrication des produits en plastique.



Répartition des établissements entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


(1) Le terme "établissement" désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissement).

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En juin 2017, on dénombre 21.609 postes de travail salarié dans le secteur du caoutchouc et des plastiques (1) .

Plus de 80 % des postes de travail salarié sont situés en Flandre, 17 % en Wallonie et 1 % à Bruxelles-Capitale. 

L'analyse via la nomenclature NACE 2008 ne favorise pas la vue d'ensemble du secteur. En effet, une grande majorité des entreprises et donc des postes de travail, ayant recours aux processus de transformation des plastiques et des caoutchoucs sont répertoriés sous un code NACE lié à la nature de l'activité plus que simplement à son aspect de transformation des matières plastiques.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

Wallonie

En Wallonie, on dénombre 3.784 postes salarié lié au Nace.

L’évolution du nombre de postes entre juin 2012 et 2017 est négative aussi bien au niveau national (- 6 %) que pour la Wallonie (- 6 %).

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2012-2017, calculs le Forem


Comme pour l'ensemble du pays, ce sont les postes de travail ouvrier qui sont principalement présents dans l'industrie des caoutchoucs et des plastiques. Les hommes sont également majoritaires dans l’emploi.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Les emplois du secteur sont majoritairement présents dans les Provinces de Liège, du Hainaut et du Luxembourg.

La mise en parallèle avec la répartition des postes de travail de l'ensemble des secteurs fait ressortir une proportion élevée d’emplois dans les provinces de Luxembourg et de Liège.

Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem



Les indépendants

Le caractère industriel du secteur ne favorise pas le développement de l'activité indépendante et explique les faibles volumes de travailleurs indépendants (2) répertoriés dans le secteur.dans le secteur.

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2017 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2017, calculs le Forem


 


(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).
(2) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI).


Commissions paritaires

Ci-dessous vous trouverez les principales commissions paritaires liées au secteur.

Numéro de la CP Intitulé de la CP
111 Commission paritaire des constructions métallique, mécanique et électrique
116 Commission paritaire de l'industrie chimique
207 Commission paritaire pour employés de l'industrie chimique
209 Commission paritaire pour employés des fabrications métalliques

 

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2017 en provenance de ce secteur.

Codes NACE

Le secteur Industrie des caoutchoucs et des plastiques est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 22.1 Fabrication de produits en caoutchouc
  • 22.2 Fabrication de produits en plastique

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
CEFOCHIM

Centre de formation aux métiers de production et de maintenance de l'industrie chimique et (bio) pharmaceutique
http://www.cefochim.be
Co-valent

Fonds de formation des ouvriers (CP 116) et des employés (CP 207) du secteur de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie
https://www.co-valent.be/
COBEREC

Confédération Belge de la récupération
https://coberec.be/fr
ESSENSCIA

Fédération belge des industries chimiques et des sciences de la vie
http://www.essenscia.be
FEDERPLAST.BE

Association belge des producteurs d'articles en plastique et en élastomères
http://federplast.lodestar.be/fr/accueil/
GREENWIN

Pôle de compétitivité wallon pour la chimie durable, les matériaux & la construction durables et les technologies environnementales (recyclage, assainissement eau-sol-air)
http://www.greenwin.be/fr
PLASTIWIN

Cluster Wallon de la Plasturgie
http://clusters.wallonie.be/plastiwin-fr/
Imprimer