Secteurs d'activités

Industrie du verre

Afficher en PDF

L'industrie du verre regroupe la fabrication de verres (verre plat, verre creux et verre technique) et la fabrication d'articles en verre. Divers produits sont issus de cette industrie tels que les vitres, les miroirs, les pare-brises, les verres anti-balles, une partie des produits de l'art de la table, les bouteilles de parfum, les verres d'emballage, etc. L'industrie du verre belge se caractérise par des produits à haute valeur ajoutée qui font la renommée du pays au niveau international. Citons, à titre d'exemple les vitrages isolants à couches pour limiter les pertes thermiques ou les verres électro-conducteurs à cristaux liquides.

Traditionnellement, grâce à ses investissements et à ses efforts en recherche et développement, cette industrie possède des équipements à la pointe de la technologie. Elle peut proposer des produits de haute qualité et novateurs. On estime généralement que plus de 40 % des produits verriers actuellement sur le marché n'existaient pas il y a dix ans.

Au niveau de l'emploi, une grande partie est située sur le territoire wallon alors que cette région compte, proportionnellement à l'ensemble du pays, peu d'entreprises dans ce secteur. Les entreprises verrières wallonnes sont de taille supérieure à celles présentes en Flandre.

   Nombre d'établissements en 2018  Nombre de postes de travail salarié en 2018  Nombre de travailleurs indépendants en 2018 (1)
Wallonie 35 4.393 49
Bruxelles-Capitale 4 8 9
Flandre 60 2.706 145
Belgique 99 7.107 204

Sources : ONSS - statistiques décentralisées 30 juin 2018 et INASTI 2018, calculs le Forem

 

(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

 

Activités du secteur

Description du secteur

L'industrie du verre est composée de divers sous-secteurs (1) :

  • La fabrication de verre plat (verre plat armé, coloré ou teinté).
  • Le façonnage et la transformation du verre plat (verre plat trempé, miroir en verre, vitrage isolant à parois multiples).
  • La fabrication de verre creux (bouteilles, flacons, pots, bocaux ou autres récipients en verre ou en cristal ; verres à boire et autres articles domestiques en verre ou en cristal).
  • La fabrication de fibre de verre (fibres de verre, laine de verre, fibres optiques).
  • La fabrication et le façonnage d'autres articles en verre , y compris le verre technique (verrerie de laboratoire, verre d'horlogerie, verre optique, enveloppe de verre pour lampes, écran pour télévision, etc.).
La liste des produits verriers est très longue. Ils sont destinés à un nombre particulièrement élevé d'applications. A titre d'exemple, voici quelques domaines de notre vie quotidienne dans lesquels le verre belge est présent :
  • Domaine de l'automobile : fabrication de pare-brise, lunettes arrière, vitres latérales, etc. Une voiture européenne sur cinq est équipée de verre belge.
  • Domaine du bâtiment : vitrages isolants, garde-corps et portes en verre trempé, miroirs et autres produits destinés à l'équipement et à la décoration du bâtiment. Le verre a vu se multiplier ses applications dans le bâtiment. On le retrouve transformé en dalles de plancher, en marches d'escalier, en parois ou en briques de verre, en verre de décoration et d'ameublement, et même, en éléments structurels, tels que poutres et colonnes.
  • Domaine de l'emballage : pour l'alimentation, la pharmacie, l'industrie cosmétique et la parfumerie.
  • Domaine de la sécurité : vitrages alarme, verre anti-balles, vitrines de magasins ou d'exposition.
  • Art de la table, cristallerie , etc.
Mais d'autres produits moins connus sont également fabriqués : les microsphères pleines (pour les marquages routiers réfléchissants) et les microsphères creuses de verre (pour les matières plastiques destinées à l'aéronautique, la marine ou la recherche pétrolière) ; les fibres de verre composite entrant dans la fabrication de raquettes de tennis ou de coques de bateaux.

L'industrie du verre belge se caractérise par des produits à haute valeur ajoutée, citons à titre d'exemples les vitrages isolants à couches pour limiter les pertes thermiques en hiver et/ou les gains solaires en été ; les doubles vitrages pour les voitures de luxe ; les verres électro conducteurs à cristaux liquides ; les supports de circuits imprimés ; l'emploi des microsphères dans de nouvelles applications dans le domaine de l'énergie nucléaire et le domaine médical, dans la fabrication de nouvelles générations d'explosifs civils ou pour le nettoyage en profondeur de vieilles demeures.

Le secteur aujourd'hui

Dès l'âge du bronze, les peuples découvrent que certaines compositions minérales peuvent se vitrifier. Cependant, le verre ne fait réellement partie du patrimoine économique et culturel belge et wallon que depuis le 17 ème siècle. A la fin du 19 ème siècle, l'industrie verrière négocie le dur passage de l'artisanat à l'industrie dont elle est l'un des piliers. Fortement dépendante du charbon qu'elle consomme en grande quantité, elle se développe principalement en Hainaut, à proximité des sites d'extraction.

Le 20 ème siècle a été caractérisé par une concentration croissante du secteur verrier et l'adoption de nouveautés technologiques.  Les dernières décennies du 20ème siècle ont connu d'importants regroupements liés à la mondialisation de l'économie.

Selon l'ONSS, données 2018, 7.107 travailleurs sont occupés dans le secteur du verre en Belgique. Ces emplois sont principalement concentrés en Wallonie qui regroupe 62 % des travailleurs. Malheureusement, depuis plusieurs années, l'évolution du nombre de travailleurs montre une tendance à la baisse. En effet, bien qu’encore positive, la conjoncture demeure fragile et différents facteurs pèsent sur l’activité des entreprises comme la hausse des prix de l'énergie, la concurrence internationale (notamment des pays asiatiques) ainsi qu’un besoin accru de main d’œuvre qualifiée. En effet, la mécanisation extrême et l'usage croissant de l'informatique et de la robotique (à tous les stades de la production) ont conduit à une modification du rôle des professionnels du verre. Aujourd'hui, ils doivent faire preuve de polyvalence pour s'adapter aux nouvelles techniques et technologies. Souvent, des bases en mathématiques, en physique et en chimie sont indispensables à la compréhension du cycle verrier. En outre, une formation en mécanique ou en électromécanique facilite l'adaptation aux évolutions technologiques.

Selon l'ONSS, la valeur de la production du secteur était, en 2018, de 1.060 millions d'euros en hausse de 3 % par rapport à 2017.

L'industrie verrière belge est une industrie principalement orientée vers l'exportation. Dès lors, ce secteur est fortement exposé au contexte international en général et européen en particulier.

Le cycle de production du verre est en lui-même fort énergivore et le secteur est amené à prendre des mesures pour réduire son empreinte écologique. Cependant, ses produits, principalement dans la branche du verre plat et de la laine de verre, sont des vecteurs importants convergeant vers une moindre consommation d'énergie et ce, dans tous les secteurs où ils sont présents (bâtiment, automobile, etc.). La prise de conscience, tant politique qu'individuelle, des conséquences d'un réchauffement climatique est, et sera, un élément capital dans la mise en œuvre de matériaux de plus en plus respectueux de l'environnement.

Par sa production de produits isolants, le secteur verrier tient une place centrale dans la lutte contre le réchauffement climatique. Aussi, les produits découlant de sa recherche technologique (liée aux investissements consentis) laissent entrevoir quelques créneaux aux débouchés prometteurs.

Pour gagner en compétitivité et développer l’emploi industriel, les industriels du secteur du verre doivent relever continuellement le défi de la modernisation de leurs outils de production. Pour répondre aux nouveaux besoins des clients, ils sont amenés à penser l’usine de demain au sein de laquelle le numérique occupe une place de premier plan.

En 2016, le Forem a réalisé une analyse des grandes tendances de la transition numérique et de ses effets sur les activités, les métiers et les compétences du secteur : Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique - Verre . Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ces travaux via la page Prospectives du site du Forem.

 


(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives

Positionnement économique du secteur

Production

En 2018, les chiffres de l'ONSS indiquent que la valeur de la production verrière belge a été de 1.060 millions d'euros. Si par rapport à 2012, la diminution est de l’ordre des 8,3 %, notons que la valeur de la production est repartie à la hausse en 2016, tendance qui se poursuit (+ 3,2 % entre 2017 et 2018).


Valeur de la production du secteur entre 2012 et 2018
Source : Prodcom - Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem
 

 

Commerce extérieur

Exportation

En matière d’exportation, le secteur verrier occupe le 19 ème rang dans le classement des secteurs exportateurs avec une valeur financière de 1.671 millions d'euros dont un peu moins de la moitié provient de la Wallonie (821 millions d’euros).

Au classement des secteurs exportateurs wallons, l'industrie du verre se positionne au 12 ème rang ; elle représente 1,8 % du total des exportations wallonnes, tous secteurs confondus.

En Belgique, la valeur des exportations de 2018 est en baisse par rapport à 2012 de 2,8 % et en augmentation de 0,9 % par rapport à 2017.

En Wallonie, les reculs sont plus marqués qu’au niveau national, ainsi la valeur des exportations enregistre un recul de 23,5 % par rapport à 2012. Par rapport à 2017, la hausse observée au niveau de la Wallonie est aussi plus marquée qu’au niveau national (+ 6,2 %). La Flandre a vu la valeur de ses exportations augmenter au cours de ces dernières années au point de dépasser depuis 2016 celle de la Wallonie.

Selon le rapport annuel 2018 de la FIV (1) , les principaux clients de l’industrie verrière belge sont la France, l’Allemagne et les Pays Bas. Ces trois pays représentent à eux seuls 58 % des ventes à l’étranger, l’Union européenne comptant pour 86 %.



Valeur des exportations du secteur selon les régions entre 2012 et 2018
Source: BNB 2012-2018, calculs le Forem

Importation

L'industrie verrière belge a importé en 2018 pour 1.404 million d'euros. Ces importations concernent en majorité les industries situées en Flandre, soit 76 %. La Wallonie représentant 21 % et Bruxelles-Capitale 3 %. En Wallonie, le montant des importations en 2018 est de 298 millions d’euros.

Ces importations représentent 0,49 % et 0,85 % de toutes les importations, respectivement, belges et wallonnes.

Les trois principaux pays importateurs de produits verriers en Belgique sont dans l’ordre l’Allemagne, les Pays-Bas et la France.

Chiffre d'affaires

En 2018, le secteur de l'industrie du verre belge a enregistré un chiffre d'affaires de 1.902 millions d'euros.

Le chiffres d’affaires du secteur a connu entre 2013 et 2014 une diminution marquée au niveau national (- 26 %). Depuis, la tendance s’est stabilisée avec même une hausse observée entre 2017 et 2018.

Selon le rapport d’activité 2018 de la fédération de l’industrie du verre, le secteur verrier a vu son chiffre d’affaire augmenter notamment en raison de la reprise du secteur de la construction, grand utilisateur de verre plat et d’isolants, ainsi que d’une utilisation accrue des consommateurs de produits durables et recyclables comme les verres pour les boissons, la nourriture ainsi que pour les cosmétiques et la parfumerie (1) .


Evolution du chiffre d'affaires du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2018
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem

(1) VGI-FIV, fédération de l’industrie du verre, rapport d’activité 2018

Entreprises du secteur

Belgique

En Belgique, en nombre d'entreprises (1) , le secteur verrier est représenté par 99 entreprises. Au classement de tous les secteurs, l'industrie du verre, en Belgique, est classée 32 ème sur 34 pour ce qui est du nombre d'entreprises recensées. D'une manière générale, l'industrie, dont celle du verre, est représentée par des entreprises de plus grande taille que la moyenne.


Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem


Répartition des établissements entre les régions en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem  
 

Wallonie

D'une manière générale, l'industrie du verre est représentée par des entreprises de plus grande taille que la moyenne régionale. Ainsi, parmi les 35 entreprises wallonnes actives dans le secteur, un quart occupe plus de 200 travailleurs alors que la moyenne, tous secteurs confondus, est de moins d’un pourcent.


Nombre d'exploitations agricoles selon les provinces wallonnes pour l'année 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem
 

Le Hainaut représente 43 % des entreprises verrières de Wallonie. Cette industrie est également fort présente en région liégeoise avec 29 % des entreprises.


Répartition des établissements par province en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem


(1) Le terme " établissement" désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissements).

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

Selon l'ONSS, 7.107 travailleurs (1) sont occupés dans le secteur du verre en 2018, soit 0,2 % de tous les travailleurs salariés que compte la Belgique.

Près de sept emplois sur dix sont occupés par des ouvriers. Cette distribution s'écarte fortement de celle du travail salarié en Belgique, où seulement un bon tiers des postes de travail sont occupés par des ouvriers.

L'emploi dans le secteur du verre est principalement concentré en Wallonie ; 62 % des travailleurs y sont occupés (4.393). Il faut noter que cette industrie a de profondes racines wallonnes où la tradition verrière est très ancienne.

Par rapport à 2012, l’emploi dans le secteur est en baisse de 14,8 % et en recul de 0,7 % entre 2017 et 2018.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem

Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem

 

 

Wallonie

Selon l'ONSS, données 2018, 4.393 travailleurs sont occupés dans le secteur du verre, soit 0,4 % de tous les travailleurs salariés que compte la Wallonie.

Bien que le niveau de l’emploi tende à se stabiliser ces dernières années, il reste en-deçà en 2018 de celui observé en 2012 (- 8,2 %) et connaît même une légère baisse de 0,6 % entre 2017 et 2018. Ce recul observé à un an concerne les personnes occupées sous statut d’ouvrier alors que le nombre d’employés a augmenté.


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2012-2018, calculs le Forem

 

L'emploi verrier est masculin à hauteur de 87 % et 65 % des travailleurs du secteur sont des ouvriers. La représentation majoritaire des hommes, encore renforcée si on ne regarde que les ouvriers, n’est pas vraiment exceptionnelle dans un secteur industriel.


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem


Au sein de la Wallonie, le Hainaut représente 44 % de l'emploi et Namur 17 %, c’est plus que la distribution globale de l'emploi salarié parmi ces deux provinces wallonnes. Cette forte représentation de l’industrie verrière en Hainaut et à Namur fait de cette industrie une spécialisation locale.


Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2018
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2018, calculs le Forem

Les indépendants

En 2018, 204 travailleurs indépendants (2) sont actifs dans le secteur de l'industrie du verre en Belgique. Parmi ceux-ci, un quart réside en Wallonie (49 personnes). La Flandre regroupe a elle sept indépendants sur dix du secteur.

Bien que peu nombreux, leur nombre augmente par rapport à 2012 tant sur l’ensemble du pays (+ 6,8 %) qu’en Wallonie (+ 6,5 %).


Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2018 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2018, calculs le Forem


(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).

(2) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI).

Commissions paritaires

Ci-dessous vous trouverez les principales commissions paritaires liées au secteur.

Numéro de la CP Intitulé de la CP
115 Commission paritaire de l'industrie verrière
218 Commission paritaire nationale auxiliaire pour employés

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2019 en provenance de ce secteur.
  • Opérateur/opératrice de formage du verre (45222)
    Métiers du groupe :  Opérateur de production des industries du verre (4522201)
  • Polymaintenicien/polymaintenicienne (44341)
    Métiers du groupe :  Electromécanicien de maintenance industrielle (4434101)
  • Agent/agente main de finition, contrôle et conditionnement (45412)
    Métiers du groupe :  Agent de main de finition, contrôle et conditionnement (4541201)
  • Opérateur/opératrice sur machines de finition, contrôle et conditionnement (45411)
    Métiers du groupe :  Opérateur sur machine de finition, contrôle et conditionnement (4541101)
  • Electricien/électricienne de maintenance (44331)
    Métiers du groupe :  Electricien de maintenance industrielle (4433104)
  • Mécanicien/mécanicienne de maintenance (44311)
    Métiers du groupe :  Mécanicien d'entretien industriel (4431101)
  • Agent/agente d'encadrement de maintenance (51211)
    Métiers du groupe :  Chef d'équipe en maintenance industrielle (5121101)
  • Cadre de gestion administrative des ventes (33115)
    Métiers du groupe :  Responsable de gestion administrative des ventes (3311501) , Assistant commercial (3311502) , Responsable de la relation clientèle (3311503)
  • Responsable des ventes (33113)
    Métiers du groupe :  Responsable commercial (3311301) , Responsable de la promotion des ventes (3311302)
  • Responsable d'exploitation des transports routiers de marchandises (61312)
    Métiers du groupe :  Responsable d'exploitation des transports routiers de marchandises (6131201) , Gestionnaire des opérations de transport et des prestations logistiques (6131202)
  • Cadre technique de la production (53211)
    Métiers du groupe :  Responsable de production (5321101)
  • Agent/agente de manipulation et de déplacement des charges (43312)
    Métiers du groupe :  Conducteur de chariot élévateur (4331201) , Manutentionnaire (4331202) , Ouvrier de manutention portuaire (4331204) , Agent de piste aéroportuaire (4331205)
  • Poseur/poseuse de fermetures menuisées (42221)
    Métiers du groupe :  Poseur de fermetures menuisées (4222101) , Vitrier (4222102)
  • Cadre technique d'entretien, maintenance, travaux neufs (53321)
    Métiers du groupe :  Responsable de maintenance industrielle (5332101) , Gestionnaire de parc de véhicules (5332102)
  • Cadre technique de contrôle-qualité (53212)
    Métiers du groupe :  Responsable qualité (5321201) , Responsable de laboratoire d'analyse industrielle (5321202)
  • Soudeur/soudeuse (44132)
    Métiers du groupe :  Soudeur (4413201)
  • Ajusteur-mécanicien/ajusteuse-mécanicienne (44135)
    Métiers du groupe :  Ajusteur mécanicien (4413501) , Ajusteur mécanicien en armurerie (4413502) , Ajusteur mécanicien en optique (4413503) , Ajusteur mécanicien en horlogerie (4413504) , Ajusteur mécanicien instruments précision (4413505)
  • Opérateur/opératrice sur appareils de transformation physique ou chimique (45112)
    Métiers du groupe :  Opérateur sur appareils de transformation physique ou chimique (4511201)
  • Cadre technico-commercial (53311)
    Métiers du groupe :  Attaché technico-commercial (5331101)
  • Cadre de la gestion des ressources humaines (32121)
    Métiers du groupe :  Responsable des ressources humaines (3212101) , Assistant ressources humaines (3212103) , Gestionnaire de paie (3212104) , Consultant en interim (3212105)
  • Installateur-maintenicien/installatrice-maintenicienne en systèmes automatisés (52312)
    Métiers du groupe :  Technicien automaticien (5231201) , Electro-instrumentiste (5231202) , Installateur et maintenancier de distributeurs automatiques (5231203)
  • Technicien/technicienne d'installation d'équipements industriels et professionnels (52311)
    Métiers du groupe :  Technicien d'installation et de maintenance industrielle (5231101) , Technicien d'installation de matériels de télécommunication (5231102) , Technicien d'exploitation télécommunication (5231103)
  • Enseignant chercheur/enseignante chercheuse (22131)
    Métiers du groupe :  Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours paramédicaux (2213104) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours généraux (2213105) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours à caractère social (2213106) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire en agronomie (2213107) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de traduction et/ou interprétariat (2213108) , Professeur des instituts supérieurs d'architecture (2213109) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire d'arts plastiques visuels et de l'espace (2213110) , Professeur des écoles supérieures de théâtre et des arts de la parole (2213111) , Professeur des écoles supérieures de musique (2213112) , Professeur des écoles supérieures des arts du spectacle et des techniques de diffusion de la communication (2213113) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours techniques (2213114) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire d'Arts appliqués (2213115) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours d'économie (2213116) , Professeur d'université en sciences économiques et de gestion (2213117) , Professeur d'université en sciences de l'ingénieur (2213118) , Professeur d'université en sciences agronomiques et ingénierie biologique (2213119) , Professeur d'université de langues et lettres (2213120) , Professeur d'université de Philosophie (2213121) , Professeur d'université de Traduction et/ou Interprétariat (2213122) , Professeur d'université de Théologie (2213123) , Professeur d'université d'histoire, Art et Archéologie (2213124) , Professeur d'université de Sciences médicales (2213125) , Professeur d'université de Sciences biomédicales et pharmaceutiques (2213126) , Professeur d'université de Sciences politiques et sociales (2213127) , Professeur d'université d'information et communication (2213128) , Professeur d'université de Droit (2213129) , Professeur d'université de Criminologie (2213130) , Professeur d'université de Sciences dentaires (2213131) , Professeur d'université de médecine vétérinaire (2213132) , Professeur d'université en sciences psychologiques et de l'éducation (2213133) , Professeur d'université en sciences de la motricité (2213134) , Professeur d'université en sciences (2213135) , Assistant d'université en sciences psychologiques et de l'éducation (2213136) , Assistant d'université en sciences de la motricité (2213137) , Assistant d'université en sciences (2213138) , Assistant d'université en sciences économiques et de gestion (2213139) , Assistant d'université en sciences de l'ingénieur (2213140) , Assistant d'université en sciences agronomiques et ingénierie biologique (2213141) , Assistant d'université de langues et lettres (2213142) , Assistant d'université de Philosophie (2213143) , Assistant d'université de Traduction et/ou Interprétariat (2213144) , Assistant d'université de Théologie (2213145) , Assistant d'université d'histoire, Art et Archéologie (2213146) , Assistant d'université de Sciences médicales (2213147) , Assistant d'université de Sciences biomédicales et pharmaceutiques (2213148) , Assistant d'université de Sciences politiques et sociales (2213149) , Assistant d'université d'information et communication (2213150) , Assistant d'université de Droit (2213151) , Assistant d'université de Criminologie (2213152) , Assistant d'université de Sciences dentaires (2213153) , Assistant d'université de médecine vétérinaire (2213154)
  • Maintenicien/maintenicienne en électronique (52333)
    Métiers du groupe :  Technicien de maintenance en électronique (5233301)
  • Agent/agente d'encadrement de la construction mécanique (51111)
    Métiers du groupe :  Chef d'équipe en construction mécanique ou en travail des métaux (5111101)

Codes NACE

Le secteur Industrie du verre est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 23.1 Fabrication de verre et d'articles en verre

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
CEFOVERRE

Cefoverre
https://www.cefoverre.be
FIV

Fédération de l'Industrie Verrière
https://www.vgi-fiv.be/
inDUfed

Plateforme regroupant les expertises et compétences des fédérations du papier et du verre (FIV, FETRA, COBELPA) pour des industries durables et innovantes
https://www.indufed.be/
Imprimer