Secteurs d'activités

Métallurgie et fabrication de produits métalliques

Afficher en PDF

Le secteur de la métallurgie et des fabrications de produits métalliques est composé de diverses activités telles que la sidérurgie, la fabrication de tubes, la fonderie mais aussi la fabrication d'éléments en métal pour la construction, la fabrication de coutellerie, la fabrication de générateurs de vapeur, la forge, etc.

En Belgique, ce secteur fait partie de l'histoire du pays puisqu'au XIX ème siècle, le bassin carolorégien est un des bassins les plus performants au monde en matière de métallurgie. De cette époque jusqu'à nos jours, le secteur a connu plusieurs crises, des fusions, des rachats et des délocalisations. Tous ces changements ont entraîné la redéfinition des organisations et des outils de production. Ces derniers ont également évolué suite aux améliorations technologiques.

Si l’industrie wallonne était historiquement synonyme de sidérurgie, fonderie et laminoir, elle est aujourd’hui une activité industrielle qui se préoccupe de développer des procédés et de créer des alliages, des machines et des équipements de production à forte valeur ajoutée.

Ce secteur connait une forte implication internationale ainsi qu’une importante concurrence mondiale qui positionne les entreprises du secteur " en marché tendu ", les entreprises doivent se démarquer, notamment avec des produits de qualité et à haute valeur ajoutée.

   Nombre d'établissements en 2017  Nombre de postes de travail salarié en 2017  Nombre de travailleurs indépendants en 2017 (1)
Wallonie 1.124 22.594 456
Bruxelles-Capitale 98 1.313 48
Flandre 2.231 55.686 1.000
Belgique 3.453 79.593 1.505

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2017 et INASTI 2017, calculs le Forem


(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de la métallurgie et de la fabrication de produits métalliques est composé de deux grandes parties (1) .

La première, la métallurgie , comprend les activités de fonte et de raffinage de métaux ferreux et non ferreux à partir de minerais, de fonte brute ou de ferraille en utilisant des procédés électrométallurgiques mais également la fabrication des alliages et superalliages. Le résultat de la fonte et du raffinage est utilisé dans les opérations de laminage, d'étirage et d'extrusion, pour fabriquer des feuilles, des bandes, des barres, des tiges ou du fil, des pièces et autres produits de base en métal. Divers sous-secteurs appartiennent à la métallurgie :

  • la sidérurgie ;
  • la fabrication de tubes, de tuyaux, de profilés creux et d'accessoires correspondants en acier ;
  • la fabrication d'autres produits de premières transformations de l'acier (étirage à froid, laminage à froid de feuillards, profilage à froid par formage ou pliage, tréfilage à froid) ;
  • la production de métaux précieux et d'autres métaux non ferreux (aluminium, plomb, zinc, cuivre, etc.) ;
  • la fonderie.
La deuxième partie, la fabrication de produits métalliques , comprend la fabrication de produits en pur métal. Divers sous-secteurs composent cette deuxième partie du secteur :
  • la fabrication d'éléments en métal pour la construction ;
  • la fabrication de réservoirs, citernes et conteneurs métalliques ainsi que les radiateurs et les chaudières pour le chauffage central ;
  • la fabrication de générateur de vapeur ;
  • la fabrication d'armes et de munitions ;
  • la forge, l'emboutissage, estampage et métallurgie des poudres ;
  • le traitement et revêtement des métaux ; usinage ;
  • la fabrication de coutellerie, d'outillage et de quincaillerie ;
  • la fabrication d'autres ouvrages en métaux (fûts, emballages, boîtes de conserve, canettes, articles en fils métalliques, clous, boulons, vis, casseroles, baignoires, aiguilles, boîte aux lettres, etc.).

Le secteur aujourd'hui

Le secteur du métal et des fabrications métalliques est un des secteurs importants en Wallonie. Témoin du passé industriel du sillon Sambre et Meuse, il continue, malgré le déclin de l’activité industrielle des dernières années, à être un important pourvoyeur d’emplois.

La filière mécanique est devenue une pierre angulaire de ce secteur. Elle constitue à la fois un secteur industriel à part entière mais aussi un ensemble de technologies sur lesquelles se fondent de nombreux secteurs tels que ceux qui construisent du matériel pour les transports, l’énergie, la santé et l’environnement. Elle travaille et assemble des matériaux qui vont bien au-delà des matériaux métalliques. Elle intègre en permanence des technologies de toute nature, particulièrement celles de l’électronique et de l’informatique, afin de fournir des ensembles de plus en plus complexes, répondant à des fonctions habituelles ou innovantes. Au-delà, elle apporte des solutions pour assurer la qualité et réduire les prix des produits requis par le marché.

Ces dernières décennies, le secteur a été traversé par de profondes évolutions technologiques et la mécanique est aujourd'hui associée à toute une série de techniques de pointe. A tous les niveaux, la qualification et la polyvalence sont devenues indispensables. La pénurie de personnel qualifié dans l'industrie technologique reste préoccupante et continuerait à freiner la croissance.

L’inflation des normes, des règlementations sur le plan international, des accréditations, des certifications rend souvent le travail plus complexe qu’auparavant.

En Wallonie, le pôle de compétitivité "Génie mécanique" baptisé "MecaTech" a été lancé en 2006 dans le cadre du plan Marshall (2) . Avec un réseau de 230 acteurs combinant de grandes entreprises, des PME, des universités, ainsi que des centres de recherche et de compétences (Technifutur, Technocampus et Campus auto), « MecaTech » vise à renforcer les atouts de la Wallonie en y fédérant les énergies et les savoir-faire des entreprises, des universités et des centres de recherche. Le secteur de la fabrication de machines et d'équipements fait partie de ce pôle de compétitivité.

Pour gagner en compétitivité et développer l’emploi, les entreprises du secteur doivent relever continuellement le défi de la modernisation de leurs outils de production. Pour répondre aux nouveaux besoins des clients, ils sont amenés à penser l’usine de demain.

De la même manière que la plupart des autres secteurs industriels, celui de la métallurgie et de la fabrication métallique connaît des évolutions liées à la mondialisation, la recherche de plus de compétitivité, le besoin croissant d’optimisation et d’efficience, le vieillissement de la population, l’évolution du prix des matières premières, etc.

Les évolutions technologiques y sont majeures et marquées par la numérisation. Celle-ci constitue une trame de fond pour le secteur.

Les technologies numériques font aussi leur entrée dans les usines : écrans tactiles, outils mobiles, … et transforment les modes de communication : les accès aux plans et documents de production se font en version numérique.

La première publication réalisée en 2013 « Métiers d’avenir », dans une vision à moyen terme et pour la Wallonie, balaie les différents facteurs d’évolution du secteur et leurs effets présumés sur l’évolution des métiers. Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ce travail prospectif via :  Métiers d'avenir pour la Wallonie - Les technologies .                                                                 

Ensuite, en 2016, une analyse plus approfondie des grandes tendances de la transition numérique et de ses effets sur les activités, les métiers et les compétences du secteur a été réalisée : Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique – Métal .

Enfin, en 2018, le Forem a effectué une étude sur les besoins en formation professionnelle : Analyse des besoins en formation professionnelle par domaine d’actions stratégiques en Wallonie.


(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives
(2) http://www.polemecatech.be/

Positionnement économique du secteur

Production

En 2017, les industries de la métallurgie et des fabrications métalliques ont produit pour près de 26 milliards d'euros. A 1 an d’écart, le taux de croissance a augmenté de 17 %. Ce sont les sous-secteurs de la sidérurgie (36 %) et de la production de métaux précieux et d’autres métaux non ferreux (28 %) qui contribuent le plus à la valeur de la production.

Valeur de la production du secteur entre 2012 et 2017
Source : Prodcom - Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Commerce extérieur

Exportation

En 2017, les industries belges du secteur ont exporté pour une valeur de 26 milliards d'euros, soit une augmentation de 9 % par rapport à 2016.

75 % de la valeur de ces exportations proviennent de la Flandre et 24 % de la Wallonie.

En comparaison à la valeur de l'ensemble des exportations belges, le secteur de la métallurgie et fabrication de produits métalliques se positionne à la 4 ème place, après l'industrie alimentaire, l’automobile et l’industrie chimique et pharmaceutique.


Valeur des exportations du secteur selon les régions entre 2012 et 2017
Source: BNB 2012-2017, calculs le Forem

Importation

En 2017, les industries belges du secteur ont importé pour 19 milliards d'euros. La Wallonie a importé pour 13 % de la valeur de ces importations.

Chiffre d'affaires

En 2017, le chiffre d'affaires du secteur de la métallurgie et fabrication de produits métalliques en Belgique s'élève à plus de 33 milliards d'euros. Par rapport au chiffre d'affaires généré par l'ensemble des secteurs belges, celui de la métallurgie et des fabrications métalliques représente 3 % du total et est classé en 10 ème position.

Ce sont les sous-secteurs de la sidérurgie et de la production de métaux précieux et d’autres métaux non ferreux qui contribuent le plus au chiffre d’affaires total (respectivement 32 % et 37 %) suivi du sous-secteur de la fabrication d'éléments en métal pour la construction (17 %).


Evolution du chiffre d'affaires du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2017
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Investissements

Les investissements des industries belges du secteur pour l'année 2017 s’élèvent à 735 millions d'euros. Par rapport à 2016, les investissements ont légèrement diminué.


Evolution des investissements du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2017
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem

Entreprises du secteur

Belgique

En Belgique et pour l'année 2017, le secteur de la métallurgie et fabrications métalliques comptabilise 3.453 établissements (1) .

Près de  deux tiers des établissements sont situés sur le territoire flamand (65 %) et un tiers en Wallonie (33 %).

Parmi les établissements du secteur, 37 % appartiennent au sous-secteur englobant le traitement et le revêtement des métaux, et l’usinage ; 30 % à la fabrication d'éléments en métal pour la construction. La sidérurgie représente seulement 1 % des établissements du secteur.


Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2016
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Répartition des établissements entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

 

Wallonie

En 2017, la Wallonie compte 1.124 établissements pour le secteur de la métallurgie et fabrications métalliques. Deux tiers des établissements comptent moins de 10 travailleurs. Toutefois, en comparaison aux autres secteurs, la part des grands établissements y est plus importante.

Parmi les établissements du secteur situés sur le territoire wallon, 34 % appartiennent au sous-secteur du traitement et revêtement des métaux et de l’usinage, 24 % à la fabrication d'éléments en métal pour la construction et 9 % au sous-secteur des forges, emboutissage, estampage des métaux et métallurgies des poudres.


Répartition des établissements par taille en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


L'examen de la répartition sous-régionale permet de distinguer une nette prépondérance des activités dans la province de Liège, suivie du Hainaut. Ces deux provinces regroupent à elles seules trois quarts des établissements du secteur.
Répartition des établissements entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

(1) Le terme "établissement" désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissement).

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En 2017, le secteur de la métallurgie et fabrication de produits métalliques comptabilise 79.593 postes de travail salarié en Belgique (1) , ce qui représente 2 % de l'emploi salarié en Belgique.

58 % des postes se situent en Flandre. Le secteur emploie essentiellement des ouvriers.


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Wallonie

En 2017, le secteur wallon de la métallurgie et des fabrications métalliques compte 22.594 postes de travail salarié (1) , ce qui représente 2 % du total des postes de travail wallons.

Entre 2012 et 2017, le secteur wallon a vu le nombre de postes de travail salarié diminuer de 18%. L’automatisation des procédés, les restructurations mais aussi l’externalisation de certaines activités du secteur peuvent expliquer cette chute.

C’est dans le domaine de la métallurgie que la diminution la plus forte peut être constatée. La diminution est beaucoup plus importante dans le sous-secteur de la métallurgie (- 35 %) tandis que le recul est de 6 % pour le sous-secteur des fabrications de produits métalliques.

Cela étant, depuis 2016, l’emploi est en légère augmentation (+1 %).



Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2012-2017, calculs le Forem


Les postes du secteur wallon de la métallurgie et des fabrications métalliques sont majoritairement occupés par des ouvriers  (69 %) et la proportion de femmes est très faible. Elle représente à peine 10 % de l'effectif total du secteur.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


85 % des postes de travail wallons du secteur de la métallurgie et fabrications métalliques sont présents dans les provinces de Liège et de Hainaut. Les emplois sont sous-représentés par rapport à leur poids tous secteurs confondus, en provinces du Brabant wallon, de Luxembourg et de Namur.

Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Les indépendants

En 2017, la Belgique compte 1.512 travailleurs indépendants (2) actifs dans le secteur de la métallurgie et fabrications métalliques. Ils ne constituent qu’une part très marginale de l’ensemble des travailleurs indépendants du pays.

Un tiers des indépendants belges du secteur est wallon (456 personnes).

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2017 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2017, calculs le Forem


(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).
(2) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI).


Commissions paritaires

Ci-dessous vous trouverez les principales commissions paritaires liées au secteur.

Numéro de la CP Intitulé de la CP
104 Commission paritaire de l'industrie sidérurgique
105 Commission paritaire des métaux non-ferreux
111 Commission paritaire des constructions métallique, mécanique et électrique
149 Commission paritaire des secteurs connexes aux constructions métallique, mécanique et électrique
209 Commission paritaire pour employés des fabrications métalliques
210 Commission paritaire pour les employés de la sidérurgie
224 Commission paritaire pour les employés des métaux non-ferreux

 





Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2017 en provenance de ce secteur.

Codes NACE

Le secteur Métallurgie et fabrication de produits métalliques est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 24.1 Sidérurgie
  • 24.2 Fabrication de tubes, de tuyaux, de profilés creux et d'accessoires correspondants en acier
  • 24.3 Fabrication d'autres produits de première transformation de l'acier
  • 24.4 Production de métaux précieux et d'autres métaux non ferreux
  • 24.5 Fonderie de métaux
  • 25.1 Fabrication d'éléments en métal pour la construction
  • 25.2 Fabrication de réservoirs, citernes et conteneurs métalliques
  • 25.3 Fabrication de générateurs de vapeur, à l'exception des chaudières pour le chauffage central
  • 25.4 Fabrication d'armes et de munitions
  • 25.5 Forge, emboutissage, estampage des métaux; métallurgie des poudres
  • 25.6 Traitement et revêtement des métaux; usinage
  • 25.7 Fabrication de coutellerie, d'outillage et de quincaillerie
  • 25.9 Fabrication d'autres ouvrages en métaux

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
AGORIA

Fédération Belge multisectorielle de l'industrie technologique
https://www.agoria.be/
GSV

Groupement de la Sidérurgie
http://steelbel.be/fr/
IFPM

Institut de Formation Postscolaire de l'industrie des fabrications Métalliques (Fonds de formation de l'industrie technologique)
https://www.technios.be/fr/fr.html?IDC=119858
Mecatech

Pôle de compétitivité en génie mécanique
http://www.polemecatech.be/
SIRRIS

Sirris
https://www.sirris.be/fr
TECHNIFUTUR

Centre de compétence dans le domaine des Technologies de l'Information et de la Communication (Liège)
http://www.technifutur.be/
TECHNOCAMPUS

Technocampus
http://www.technocampus.be
Imprimer