Secteurs d'activités

Fabrication de machines et d'équipements

Afficher en PDF

Le secteur de la fabrication de machines et équipements comprend la fabrication d’équipements mécaniques, de machines agricoles et forestières, de machines de formage des métaux, de machines-outils ainsi que de machines à usage spécifique et à usage général (fours, brûleurs, matériel de levage). 

Il ressort d’une étude du SPF Economie (2) qu’en 2017, le secteur a connu une faible croissance de sa production industrielle, notamment au regard de celle de l’industrie manufacturière. Ces performances sont la conséquence d’une grande dépendance de la Belgique aux importations par rapport à ses principaux partenaires commerciaux et d’un coût unitaire élevé. Le marché belge du secteur est composé de multinationales exportant dans le monde, d’entreprises localisées en Belgique visant les pays limitrophes mais également la grande exportation, et d’entreprises belges qui vendent essentiellement sur le marché intérieur. Les principaux acquéreurs de machines et d'équipements sont le secteur de la construction et, dans une moindre mesure, l'industrie chimique, le secteur de la construction automobile et le secteur qui assure la réparation et l'installation de machines et d'équipements. 

Par ailleurs, le secteur de la fabrication de machines et équipements est très réactif aux changements de priorités et d’affectations budgétaires des clients finaux et fortement exposé aux grands enjeux internationaux. Dans le même temps, le revenu des entreprises du secteur est touché par les effets de la concurrence en provenance des marchés émergents. 

Cela étant, des opportunités sont à saisir par les entreprises du secteur, qui peuvent développer de nouvelles offres et des technologies innovantes ou encore optimiser celles qui existent déjà. Les opportunités de croissance se trouvent sur le segment des produits intelligents et de l’Internet des Objets. 

Ces innovations pourraient induire un accroissement de la productivité. En effet, elles pourraient aider les entreprises à suivre plus activement les performances de leur chaîne d’approvisionnement, de leurs usines et de leurs équipements (3)

Du fait de son degré élevé d'interconnexion par rapport à l'économie mondiale, l'industrie technologique apparaît comme un des secteurs les plus touchés par les risques sanitaires. Ainsi, la forte intégration de l'économie belge dans les chaînes de valeur mondiales est à l'origine d'un effet en cascade : lorsque l'expansion de l'activité économique ralentit dans une région du monde, elle se fait également ressentir dans notre pays, éventuellement via des intermédiaires. La Belgique est un pays exportateur. Même si la crise est terminée ici, tant qu'elle n'a pas été résolue dans les pays exportateurs (même si cela inclut une grande partie de l'UE) et que ceux-ci ne se remettent pas sur les rails, l'impact se fera toujours ressentir pour les entreprises d'ici. Du côté de la demande, par rapport à la situation pré-COVID-19, on devrait s'attendre à des fluctuations tant à la baisse, via des reports ou annulations de commandes, qu'à la hausse, notamment sur les produits et matières qui auront vu leur stock stratégique diminuer au cours de la crise. 

 

   Nombre d'établissements en 2019  Nombre de postes de travail salarié en 2019  Nombre de travailleurs indépendants en 2019 (1)
Wallonie 283 5.990 53
Bruxelles-Capitale 34 856 5
Flandre 564 24.703 166
Belgique 881 31.549 224

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2019 et INASTI 2019, calculs le Forem

 

(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.
(2) Fabrication de machines et équipement n.c.a. -Compétitivité du secteur- juin 2017
(3) Source : Market Monitor - Focus sur les performances et les perspectives du secteur des machines et équipements mécaniques, juillet 2014 et août 2016.

 

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de la fabrication de machines et d'équipements couvre la fabrication de machines et d'équipements qui exercent, de manière autonome, une action mécanique ou thermique sur des matières, ou qui exécutent des opérations sur des matières (par exemple : manutention, pulvérisation, pesage ou emballage) (1) . Les machines et équipements comprennent également les appareils fixes, mobiles ou portatifs, qu'ils soient utilisés dans l'industrie, l'agriculture, la construction ou le génie civil, ou qu'ils soient destinés à un usage privé.

Divers sous-secteurs composent le secteur de la fabrication de machines et d'équipements :

  • La fabrication de machines d'usage général . Ce sous-secteur englobe la fabrication de moteurs (à l'exclusion des moteurs pour avions, véhicules et motocycles), turbines, pompes, compresseurs, articles de robinetterie et organes mécaniques de transmission.
  • La fabrication d'autres machines d'usage général telles que les fours; brûleurs; matériel de levage et de manutention; machines et équipements de bureau; outillage portatif à moteur incorporé tel que tronçonneuses, ponceuses, perceuses, agrafeuses; équipements aérauliques et frigorifiques, etc.
  • La fabrication de machines agricoles et forestières (tracteurs agricoles, motoculteurs, faucheuses, tondeuses, machines à traire, etc.).
  • La fabrication de machines de formage des métaux et de machines-outils (machines-outils pour le travail des métaux et d'autres matériaux comme le bois, la pierre, les matières plastiques, le verre travaillé à froid, etc.).
  • La fabrication d'autres machines d'usage spécifique telles que les machines pour la métallurgie, l'extraction ou la construction, l'industrie agroalimentaire, les industries textiles et du papier ainsi que la fabrication de produits en caoutchouc ou en matières plastiques.

 

Le secteur aujourd'hui

La santé du secteur est intimement liée à la conjoncture mondiale et à sa capacité à répondre à la concurrence internationale. La fabrication de machines et d'équipements dépend aussi fortement des investissements des autres secteurs d'activités "clients". En effet, la construction, les diverses industries mais également l'agriculture, achètent leurs machines et équipements au secteur. 

A l’instar des autres secteurs industriels, celui de la fabrication de machines et équipements doit faire face à plusieurs défis : 

La mondialisation des marchés. Face à la globalisation, les entreprises doivent être en mesure d’affronter les conditions de concurrence. L'innovation technologique est une nécessité afin que les entreprises restent compétitives sur le marché. 

L’arrivée de l’industrie 4.0 : concept que l’on peut résumer comme étant une intégration complète de l’ensemble des technologies numériques récentes dans les systèmes de production et sa concrétisation à travers l’usine connectée intelligente (Smart-Industries) apparaît clairement comme le nouvel élan de l’industrialisation en Europe. En effet, l’ensemble du secteur industriel est entré dans une profonde mutation qui voit les technologies numériques s’intégrer au cœur des processus industriels. Il faut noter que le secteur de l’équipement connaît une dualité dans son rapport avec les technologies numériques : il est transformé par celles-ci et il est un facteur de transformation pour l’ensemble de l’industrie. 

L’économie durable et notamment l’économie circulaire. Les enjeux du développement durable se traduisent pour l’industrie par un double défi : mettre en place des modes de production plus respectueux de l’environnement et inventer des technologies qui rendront possible "la croissance verte". Ce processus devrait impliquer des évolutions culturelles, managériales et techniques au sein des entreprises du secteur car il devient nécessaire que les entreprises intègrent des facteurs tels qu’un réajustement des méthodes et outils de management ainsi que des produits plus respectueux de l’environnement. 

Les évolutions technologiques y sont majeures et marquées par la numérisation. Celle-ci constitue une trame de fond pour le secteur. 

Les technologies numériques font aussi leur entrée dans les usines : écrans tactiles, outils mobiles, … et transforment les modes de communication : les accès aux plans et documents de production se font en version numérique. 

Suite à la crise du Covid-19, les entreprises vont devoir trouver de nouvelles façons de fonctionner. Elles vont devoir repenser leur modèle commercial ainsi que le fonctionnement de leurs chaînes d’approvisionnement. La pandémie pourrait également mener à une accélération des projets en matière de dématérialisation, d'automatisation, de robotisation et de digital. 

La crise va influencer les choix ; certains choix vont émerger, comme l'utilisation de la réalité augmentée pour pouvoir aider quelqu'un à distance. Des éléments qui n'étaient pas prioritaires avant la crise le sont désormais. À plus long terme, il est possible qu'on produira ici davantage de biens qui sont jusqu'à présent produits en Chine ou ailleurs, pour des raisons stratégiques. 

En Wallonie, le pôle de compétitivité "Génie mécanique" baptisé "MecaTech" a été lancé en 2006 dans le cadre du plan Marshall. Avec un réseau de 230 acteurs combinant de grandes entreprises, des PME, des universités, ainsi que des centres de recherche et de compétences (Technifutur, Technocampus et Campus auto), « MecaTech » vise à renforcer les atouts de la Wallonie en y fédérant les énergies et les savoir-faire des entreprises, des universités et des centres de recherche. Le secteur de la fabrication de machines et d'équipements fait partie de ce pôle de compétitivité. 

En 2016, le Forem a réalisé une analyse des grandes tendances de la transition numérique et de ses effets sur les activités, les métiers et les compétences du secteur : Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique - Métal . Ensuite, en 2018, une synthèse des principales évolutions en cours ou futures ainsi que les effets attendus en termes de développement de métiers et de compétences a été publiée : Evolutions clés sectorielles et effets sur les métiers . Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ces travaux via la page Prospectives du site du Forem.

 


(1) Source : SPF Économie, P.M.E., Classes Moyennes et Énergie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives.


Positionnement économique du secteur

Production

En 2019, le secteur belge de la fabrication de machines et d'équipements a produit pour 8,1 milliards d'euros, soit une augmentation de 6,3 % par rapport à 2012 mais une diminution de 1,7 % par rapport à 2018. 


Valeur de la production du secteur entre 2012 et 2019
Source : Prodcom - Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Commerce extérieur

Exportation

En 2019, le secteur des machines et équipements a exporté pour la Belgique plus de 17 milliards d'euros, soit 6,1 % des exportations belges. Le secteur est en 5 ème  position dans le classement des secteurs exportateurs belges. On constate une augmentation des exportations de 11,6 % par rapport à 2012 et de 2,5 % à un an d’écart. 

La Wallonie a exporté pour près de 1,8 milliards d’euros soit 3,6 % des exportations wallonnes. Le secteur est en 7 ème  position dans le classement des secteurs exportateurs wallons. Par rapport à 2012, les exportations ont chuté de 39,8 %. 

Les pays européens doivent lutter de plus en plus contre les économies émergentes, telles que la Chine, qui peuvent produire à meilleur marché que les pays occidentaux. Il appartient donc à ces derniers de créer un avantage concurrentiel au moyen de caractéristiques des produits telles que la précision et l’exactitude. Outre la qualité et la productivité, l’offre de solutions spécifiques sur mesure pour le client contribue également à la force des entreprises européennes (1)  


Valeur des exportations du secteur selon les régions entre 2012 et 2019
Source: BNB 2012-2019, calculs le Forem


Importation

La valeur des importations belges en 2019 s'élève à 18,3 milliards d'euros ce qui représente 6 % de l'ensemble des importations belges, tous les secteurs confondus. Le secteur occupe la 7 ème  position dans le classement des secteurs importateurs. 

Pour la Wallonie, les importations s’élèvent à plus de 1,9 milliards soit 5 % des importations wallonnes. 

La valeur des importations est répartie de la manière suivante :  

  • 83,6 % des importations pour la Flandre ; 
  • 10,9 % des importations pour la Wallonie ; 
  • 5,5 % pour Bruxelles-Capitale. 

Chiffre d'affaires

En 2019, le chiffre d'affaires du secteur de la fabrication de machines et d'équipements s’élevait à 14,2 millions en Belgique soit 1,2 % du chiffre d’affaires de la totalité des secteurs.  


Evolution du chiffre d'affaires du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2019
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Investissements

Les investissements du secteur de la fabrication des machines et équipements pour l’année 2019 en Belgique sont de 293,7 millions d’euros. 

Evolution des investissements du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2019
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


(1) Source : SPF Economie-Fabrication de machines et équipements n.c.a.-Compétitivité du secteur-Juin 2017


Entreprises du secteur

Belgique

En 2019, le secteur de la fabrication de machines et d'équipements compte 860 établissements en Belgique, soit une diminution de 2,4 % par rapport à 2018 et de 8,1 % depuis 2012. Ces établissements représentent moins de 1 % des établissements enregistrés pour l'ensemble des secteurs (1)

Les établissements de ce secteur sont principalement situés en Flandre avec 64,7 % contre 31,6 % en Wallonie et 3,7 % à Bruxelles. 


Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

Répartition des établissements entre les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

 

Wallonie

272 des établissements du secteur sont wallons. Ces établissements représentent moins d’1 % des établissements enregistrés pour l'ensemble des secteurs wallons. 

Le nombre d’établissements du secteur est en constante diminution depuis 2012 (-3,9 %). 

55 % des établissements comptent moins de 10 travailleurs. 

70 % des entreprises sont présentes dans les provinces de Liège et de Hainaut. 


Répartition des établissements par taille en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Répartition des établissements entre les provinces en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

 

(1) Le terme "établissements " désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissement).

 

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En 2019, le secteur de la fabrication de machines et d'équipements comptabilise 31.549 (+ 0,3 % par rapport à 2018) postes de travail salarié en Belgique (1) . Cela représente 0,8 % de l'emploi en Belgique. Le secteur a connu entre 2012 et 2019 un recul de l’emploi de 8,1 %. 

La répartition des emplois est la suivante :  

C'est en Flandre qu'on trouve la plus grande part de travailleurs avec 78,3 %, pour 19 % en Wallonie et 2,7 % à Bruxelles-Capitale. Cette répartition géographique diffère quelque peu de celle des postes de travail de l'ensemble des secteurs : il y a proportionnellement plus de postes de travail de l'industrie des machines et équipements en Flandre que de postes de travail tous secteurs confondus. Pour Bruxelles-Capitale et la Wallonie, c'est le phénomène inverse qui est observé : on constate moins de postes de travail pour le secteur concerné que pour tous les secteurs confondus.  


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Wallonie

Le secteur wallon de la fabrication de machines et d'équipements comptabilise 5.990 postes de travail salarié. Par rapport à 2012, le secteur affiche une diminution de l’emploi de 44,6 %. La diminution est plus sensible dans la catégorie des ouvriers. Cette baisse de l'emploi dans ce secteur peut s'expliquer notamment par la fermeture de grandes entreprises et la délocalisation de certaines activités. 


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2012-2019, calculs le Forem


Comme pour l'ensemble du pays, ce sont les postes de travail ouvrier qui sont principalement présents dans l'industrie de la fabrication des machines et équipements. Peu de femmes travaillent dans ce secteur, par rapport à l'ensemble des travailleurs.  


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Près de 75 % des postes salariés du secteur de la fabrication de machines et d'équipements sont présents dans les provinces de Hainaut et de Liège. C'est la province de Liège et dans une moindre mesure celle de Namur qui se démarquent lorsque l'on compare la ventilation des postes de travail du secteur à la même ventilation pour l'ensemble des secteurs. 


Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Les indépendants

Le secteur de la fabrication de machines et d'équipements compte peu de travailleurs indépendants (2) . En 2019, 224 personnes travaillent en Belgique sous ce statut dans le secteur, soit une diminution de 3,6 % à un an d’écart et de 32 % depuis 2012.  

En Wallonie, il y a 55 indépendants dans le secteur.  

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2019 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2019, calculs le Forem



(1) L’unité statistique "poste de travail" découle de la notion de "travailleur assujetti à la sécurité sociale". La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).
(2) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI).

Commissions paritaires

Ci-dessous vous trouverez les principales commissions paritaires liées au secteur.

Numéro de la CP Intitulé de la CP
111 Commission paritaire des constructions métallique, mécanique et électrique
149 Commission paritaire des secteurs connexes aux constructions métallique, mécanique et électrique
209 Commission paritaire pour les employés des fabrications métalliques
218 Commission paritaire nationale auxiliaire pour employés

 

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2020 en provenance de ce secteur.

Codes NACE

Le secteur Fabrication de machines et d'équipements est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 28.1 Fabrication de machines d'usage général
  • 28.2 Fabrication d'autres machines d'usage général
  • 28.3 Fabrication de machines agricoles et forestières
  • 28.4 Fabrication de machines de formage des métaux et de machines-outils
  • 28.9 Fabrication d'autres machines d'usage spécifique

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
AGORIA

Fédération Belge multisectorielle de l'industrie technologique
https://www.agoria.be/
FEDAGRIM

Fédération Belge de l'Equipement pour l'Agriculture, l'Horticulture, l'Elevage et le Jardin
https://www.fedagrim.be/fr
IFPM

Institut de Formation Postscolaire de l'industrie des fabrications Métalliques (Fonds de formation de l'industrie technologique)
https://www.technios.be/fr/fr.html?IDC=119858
Mecatech

Pôle de compétitivité en génie mécanique
https://www.polemecatech.be/
SIRRIS

Sirris
https://www.sirris.be/fr
TECHNIFUTUR

Centre de compétence dans le domaine des Technologies de l'Information et de la Communication (Liège)
https://technifutur.be/fr/
TECHNOCAMPUS

Technocampus
http://www.technocampus.be
TRAXIO

Confédération Belge du Commerce et de la Réparation Automobiles et des Secteurs Connexes
https://www.traxio.be/fr/
Imprimer