Secteurs d'activités

Fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques

Afficher en PDF

Le secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques couvre la fabrication de machines de bureau et de matériel informatique ; de machines et appareils électriques ; la fabrication d'équipements de radio, télévision et communication mais aussi la fabrication d'instruments médicaux, de précision, d'optique et d'horlogerie.  Ce secteur est très vaste et se compose d’entreprises de toutes tailles (depuis les grands leaders mondiaux jusqu’aux TPE). Les industries du secteur imaginent, conçoivent, fabriquent et mettent en œuvre les technologies de l’énergie et du numérique. Elles constituent un pilier majeur de l’économie et de l’industrie et permettent l’innovation grâce à ces nouvelles technologies. 

L’industrie de l’électronique, et plus globalement la fabrication d’équipements informatiques, électroniques et optiques fait partie des quelques secteurs dont la pénétration directe ou indirecte touche l’ensemble des secteurs d’activité économique, ce qui peut souligner la force de sa présence et de son impact. 

Cette présence est d’autant plus importante qu’elle ne cesse de s’amplifier avec l’émergence de nouveaux besoins impliquant systématiquement des mises à jour, améliorations, optimisations voire la création de nouveaux produits électroniques. 

La problématique de l'environnement, l'efficacité énergétique de ses produits (de la conception à l'utilisation en passant par le recyclage) mais aussi le respect des normes environnementales sont autant de défis auxquels le secteur fait face depuis quelques années. En effet, celui-ci est à la fois consommateur d'énergie mais également producteur d'équipements énergivores. La production mondiale de déchets électriques et électroniques a atteint 53,6 millions de tonnes en 2019. Cela représente une hausse de 21% en cinq ans, selon le Global E-Waste Monitor 2020 des Nations unies. Le rapport estime que la quantité de ces téléphones portables, ordinateurs et autres téléviseurs en fin de vie devrait encore massivement augmenter ces prochaines années, pour atteindre 74 millions de tonnes en 2030. La mise en place du système Recupel est un des résultats de la préoccupation environnementale du secteur. 

Du fait de son degré élevé d'interconnexion par rapport à l'économie mondiale, l'industrie technologique apparaît comme un des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire du Covid-19. Ainsi, la forte intégration de l'économie belge dans les chaînes de valeur mondiales est à l'origine d'un effet en cascade : lorsque l'expansion de l'activité économique ralentit dans une région du monde, elle se fait également ressentir dans notre pays, éventuellement via des intermédiaires. La Belgique est un pays exportateur. Même si la crise est terminée ici, tant qu'elle n'a pas été résolue dans les pays exportateurs (même si cela inclut une grande partie de l'UE) et que ceux-ci ne se remettent pas sur les rails, l'impact se fera toujours ressentir pour les entreprises d'ici. Du côté de la demande, par rapport à la situation pré-Covid-19, on devrait s'attendre à des fluctuations tant à la baisse, via des reports ou annulations de commandes, qu'à la hausse, notamment sur les produits et matières qui auront vu leur stock stratégique diminuer au cours de la crise. 

 

   Nombre d'établissements en 2019  Nombre de postes de travail salarié en 2019  Nombre de travailleurs indépendants en 2019  (1)
Wallonie 169 8.277 58
Bruxelles-Capitale 30 741 6
Flandre 282 16.030 102
Belgique 481 25.048 166

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2019 et INASTI 2019, calculs le Forem

 

(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

 

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques se compose de deux grands domaines (1) .

  • Le premier, la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques comprend :
    • la fabrication de composants et cartes électroniques (les microprocesseurs, les tubes électroniques, les circuits intégrés analogiques, câbles USB, cartes d'interface, modems informatiques internes et externes, etc.) ;
    • la fabrication d'ordinateurs (portables, de bureau, gros ordinateurs centraux, de poche) et d'équipements périphériques (imprimantes, écrans, scanneurs, claviers, etc.) ;
    • la fabrication d'équipements de communication (téléphones sans fil, téléphones portables, répondeurs, antennes de transmission et réception, systèmes de détection d'effraction et d'incendie, etc.) ;
    • la fabrication de produits électroniques grand public (téléviseurs, lecteurs CD et DVD, équipements stéréo, caméscopes, consoles de jeux vidéo, etc.) ;
    • la fabrication d'instruments et d'appareils de mesure, d'essai et de navigation (GPS, instruments météorologiques, thermomètres, radars, détecteurs de mouvements, etc.); horlogerie (montres, parcmètres, horloge-pointeuses, appareils de fermeture commandés par une minuterie, etc.) ;
    • la fabrication d'équipements d'irradiation médicale, d'équipements électromédicaux et électrothérapeutiques (appareils à rayon X, IRM, électrocardiographes, stimulateurs cardiaques, appareils facilitant l'audition, etc.) ;
    • la fabrication de matériels optiques et photographiques (loupes, appareils photos numériques et analogiques, télescopes, etc.) ;
    • la fabrication de supports magnétiques et optiques (bandes magnétiques pour le son et l'image, disques optiques vierges, disques durs, etc.).

    Le second, la fabrication d'équipements électriques , est composé de divers sous-secteurs :
    • la fabrication de moteurs, de génératrices et de transformateurs électriques, de matériel de distribution et de commande électrique (disjoncteurs, fusibles, interrupteurs, etc.) ;
    • la fabrication de piles et d'accumulateurs électriques (batteries rechargeables ou non) ;
    • la fabrication d'équipements de communication (câbles de fibres optiques, fils et câbles isolés pour le transport de l'électricité, matériel d'installation électrique, etc.) ;
    • la fabrication de lampes et d'appareils d'éclairage électrique ;
    • la fabrication d'appareils ménagers (électroménagers et appareils ménagers non électriques tels que les cuisinières, chauffe-plats, etc.) ;
    • la fabrication d'autres matériels électriques (chargeurs de batterie, carillons électriques, sirènes, etc.).

Le secteur aujourd'hui

Fortement innovante, la fabrication de composants électriques et électroniques est impliquée dans le développement de solutions pour répondre aux grands enjeux actuels : la transition énergétique (développement des énergies renouvelables, amélioration des infrastructures électriques, production d’équipements participant à l’efficacité énergétique des bâtiments ou des transports), la santé et l’allongement de vie (équipements de santé, télésanté) et la sécurité. 

A l’instar des autres secteurs industriels, celui de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques doit faire face à plusieurs défis : 

La mondialisation des marchés . Face à la globalisation, les entreprises doivent être en mesure d’affronter les conditions de concurrence. L'innovation technologique est une nécessité afin que les entreprises restent compétitives sur le marché. 

L’arrivée de l’industrie 4.0 , concept que l’on peut résumer comme étant une intégration complète de l’ensemble des technologies numériques récentes dans les systèmes de production et sa concrétisation à travers l’usine connectée intelligente (Smart-Industries) apparaît clairement comme le nouvel élan de l’industrialisation en Europe. En effet, l’ensemble du secteur industriel est entré dans une profonde mutation qui voit les technologies numériques s’intégrer au cœur des processus industriels. Il faut noter que le secteur de l’équipement connaît une dualité dans son rapport avec les technologies numériques : il est transformé par celles-ci et il est un facteur de transformation pour l’ensemble de l’industrie. 

L’économie durable . Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE, D3E ou PEEFV - produits électriques et électroniques en fin de vie - en anglais Waste Electronic and Electrical Equipment WEEE) ont une empreinte écologique très élevée en raison des importantes quantités de ressources en eau, métaux, et énergies mobilisées par la conception, la fabrication, le transport, l'utilisation et le recyclage des composants et objets électriques et électroniques. Etant donné l'obligation de reprise et du traitement des appareils arrivés en fin de vie pour les fabricants et importateurs d'appareils électriques et électroniques, l'industrie et les trois régions du pays ont conclu, en 2001, différentes conventions permettant la mise en place d'un système unique de reprise des appareils électriques et électroniques usagés : le système Recupel. Recupel collabore étroitement avec les détaillants, les communes, les intercommunales et les entreprises d'économie sociale, ainsi qu'avec des entreprises spécialisées dans le transport et le traitement écologique des appareils. Le financement des activités est assuré par la cotisation Recupel payée à l'achat d'un nouvel appareil (2)


Suite à la crise du Covid-19, les entreprises vont devoir trouver de nouvelles façons de fonctionner. Elles vont devoir repenser leur modèle commercial ainsi que le fonctionnement de leurs chaînes d’approvisionnement. La pandémie pourrait également mener à une accélération des projets en matière de dématérialisation, d'automatisation, de robotisation et de digital. 

La crise va influencer les choix ; certains choix vont émerger, comme l'utilisation de la réalité augmentée pour pouvoir aider quelqu'un à distance. Des éléments qui n'étaient pas prioritaires avant la crise le sont désormais. À plus long terme, il est possible qu'on produise ici davantage de biens qui sont jusqu'à présent produits en Chine ou ailleurs, pour des raisons stratégiques. 

En Wallonie, le pôle de compétitivité " Génie mécanique " baptisé " Mecatech " a été lancé en 2006 dans le cadre du plan Marshall. Avec un réseau de 230 acteurs combinant de grandes entreprises, des PME, des universités, ainsi que des centres de recherche et de compétences (Technifutur, Technocampus et Campus auto), « MecaTech » vise à renforcer les atouts de la Wallonie en y fédérant les énergies et les savoir-faire des entreprises, des universités et des centres de recherche. Le secteur de la fabrication de machines et d'équipements fait partie de ce pôle de compétitivité. 

En 2016, le Forem a réalisé une analyse des grandes tendances de la transition numérique et de ses effets sur les activités, les métiers et les compétences du secteur : Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique - Métal . Ensuite, en 2018, une synthèse des principales évolutions en cours ou futures ainsi que les effets attendus en termes de développement de métiers et de compétences a été publiée : Evolutions clés sectorielles et effets sur les métiers . Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ces travaux via la page Prospectives du site du Forem.

 


(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives
(2) Recupel asbl, www.recupel.be



Positionnement économique du secteur

Production

En 2019, la valeur de la production du secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques en Belgique est de 5,4 milliards d'euros, soit une diminution de 6,5 % par rapport à 2012 et de 1,7 % à un an d’écart. 


Valeur de la production du secteur entre 2012 et 2019
Source : Prodcom - Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Commerce extérieur

Exportation

En 2019, l'industrie belge de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques a exporté pour une valeur de 14,3 milliards d'euros, ce qui représente une augmentation de 11,5 % par rapport à 2012. Ces exportations représentent 5 % de l'ensemble des exportations belges tous secteurs confondus. Avec ce taux, le secteur se situe en 7e position dans le classement des secteurs.  

En Wallonie, le taux de croissance des exportations est de 33,56 % par rapport à 2012. 

Valeur des exportations du secteur selon les régions entre 2012 et 2019
Source: BNB 2012-2019, calculs le Forem


Importation

En 2019, le secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques a importé pour 23,9 milliards d'euros. 

Le secteur représente 8,4 % des importations en Belgique et 6,6 % des importations en Wallonie ce qui le classe en 4e position des secteurs importateurs belge.  


Chiffre d'affaires

En 2019, le chiffre d'affaires du secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques s'élève en Belgique à un peu plus de 8,8 milliards d'euros. 

Le secteur représente 0,7 % du chiffre d’affaires en Belgique tous secteurs confondus.

 

Evolution du chiffre d'affaires du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2019
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Investissements

La valeur des investissements du secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques au niveau belge est de 153,7 millions d'euros en 2019. 

Evolution des investissements du secteur pour la Belgique entre 2012 et 2019
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Entreprises du secteur

Belgique

En 2019, le secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques compte 492 établissements contre 481 en 2018, soit une augmentation de 2,3 %. 

Ces établissements représentent 0,2 % de l'ensemble des entreprises, tous secteurs confondus.  

Proportionnellement à l'ensemble des établissements belges, tous secteurs confondus, les établissements du secteur de la fabrication d'équipements sont davantage présents en Wallonie.  

 

Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2019
Source : ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem 

 

Répartition des établissements entre les régions en 2019
Source : ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem 

 

Wallonie

La Wallonie compte 175 établissements appartenant au secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques, ce qui représente 0,2 % des établissements wallons, tous secteurs confondus. 

Répartition des établissements par taille en 2019
Source : ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem 

Les établissements du secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques sont principalement situés en provinces de Liège (36,6 %) de Hainaut (26,3 %) et du Brabant Wallon (20 %). Proportionnellement à l'ensemble des établissements de l'industrie wallonne, les établissements du secteur de la fabrication d'équipements sont plus représentés en provinces de Liège et du Brabant Wallon. La situation est inverse pour les provinces de Hainaut et de Namur. Le Luxembourg compte très peu d’établissements dans ce secteur.  

 

Répartition des établissements entre les provinces en 2019
Source : ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem 

 

(1) Le terme "établissement" désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissement). 

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En 2019, le secteur belge d'équipements électriques, électroniques et optiques comptabilise 25.048 postes de travail salarié (1) . Ce secteur pourvoit à 0,6 % de l'ensemble des postes de travail salarié.  

La majorité des postes du secteur sont situés en Flandre. La part de l’emploi salarié en Wallonie s’élève à 33 %. 

A un an d’écart, l’emploi est à la hausse tant au niveau belge que wallon. Cette augmentation est plus marquée en Wallonie (+15,9 % contre +4 % pour l’ensemble de la Belgique). 

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Wallonie

En 2019, le secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques en Wallonie compte 8.277 postes de travail salarié, soit une augmentation de 15,9 % à un an d’écart et de 11,2 % par rapport à 2012. Le secteur représente 0,7 % de l'ensemble des postes salariés wallons tous secteurs confondus.  

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2012-2019, calculs le Forem

A l'instar de ce qui peut être observé sur l'ensemble du territoire belge, la part des personnes occupées sous le statut employé est majoritaire avec plus de 19 % des postes. Les femmes restent minoritaires. Elles ne représentent que 19 % de l’emploi salarié dans le secteur. Elles sont cependant davantage représentées parmi les employés.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

Trois quarts de l'emploi salarié wallon se concentrent dans deux provinces : le Hainaut (45,1 %) et Liège (31,8%). 

Les provinces du Brabant Wallon ainsi que celle du Hainaut comptent, proportionnellement à l'ensemble des secteurs, plus de postes de travail pour le secteur des fabrications d'équipements. Le secteur est presque inexistant en province du Luxembourg avec seulement une centaine d’emplois.  


Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Les indépendants

Le secteur de la fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques compte peu de travailleurs indépendants (2). 

En 2019, 166 personnes travaillaient sous ce statut dans le secteur soit moins de 1 % de l’ensemble total des indépendants.  

En Wallonie, on compte 58 indépendants. Le nombre d’indépendants du secteur est en constante diminution depuis 2012. 

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2019 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2019, calculs le Forem


(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).
(2) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI). 

Commissions paritaires

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2020 en provenance de ce secteur.

Codes NACE

Le secteur Fabrication d'équipements électriques, électroniques et optiques est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 26.1 Fabrication de composants et cartes électroniques
  • 26.2 Fabrication d'ordinateurs et d'équipements périphériques
  • 26.3 Fabrication d'équipements de communication
  • 26.4 Fabrication de produits électroniques grand public
  • 26.5 Fabrication d'instruments et d'appareils de mesure, d'essai et de navigation; horlogerie
  • 26.6 Fabrication d'équipements d'irradiation médicale, d'équipements électromédicaux et électrothérapeutiques
  • 26.7 Fabrication de matériels optiques et photographiques
  • 26.8 Fabrication de supports magnétiques et optiques
  • 27.1 Fabrication de moteurs, de génératrices et de transformateurs électriques, de matériel de distribution et de commande électrique
  • 27.2 Fabrication de piles et d'accumulateurs électriques
  • 27.3 Fabrication de fils et de câbles et de matériel d'installation électrique
  • 27.4 Fabrication de lampes et d'appareils d'éclairage électrique
  • 27.5 Fabrication d'appareils ménagers
  • 27.9 Fabrication d'autres matériels électriques

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
AGORIA

Fédération Belge multisectorielle de l'industrie technologique
https://www.agoria.be/
BELGITRANS

Association Professionnelle pour les techniques de transmission industrielle
https://www.indumotion.be/fr/
beMedtech

Fédération belge de l'industrie des technologies médicales
https://www.bemedtech.be/
FEE

Fédération de l'Electricité et de l'Electronique
https://www.feebel.be/fr/
IFPM

Institut de Formation Postscolaire de l'industrie des fabrications Métalliques (Fonds de formation de l'industrie technologique)
https://www.technios.be/fr/fr.html?IDC=119858
Mecatech

Pôle de compétitivité en génie mécanique
https://www.polemecatech.be/
SIRRIS

Sirris
https://www.sirris.be/fr
TECHNIFUTUR

Centre de compétence dans le domaine des Technologies de l'Information et de la Communication (Liège)
https://technifutur.be/fr/
TECHNOCAMPUS

Technocampus
http://www.technocampus.be
VOLTA

Centre pour l'éducation et la formation professionnelle pour le secteur des électriciens
https://www.volta-org.be/fr
Imprimer