Secteurs d'activités

Culture, loisirs et tourisme

Afficher en PDF

Le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme est composé de divers sous-secteurs :  les activités des bibliothèques, archives publiques, musées et autres activités culturelles, les activités des agences de voyage et des voyagistes, les autres services de réservation et activités connexes, les activités créatives, artistiques et de spectacle, les organisations de jeux de hasard et d'argent, les activités liées aux sports et les activités récréatives et de loisirs.

Ce secteur, composé d'activités plus ou moins diverses, présente des conditions de travail qui se différencient fortement selon que le travailleur exerce dans le domaine purement artistique (musique, arts du spectacle, etc.) ou dans le domaine culturel (activités de bibliothèque, musées, etc.). Le parcours pour arriver à vivre de son métier dans le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme varie tout autant. En effet, des formations poussées sont nécessaires pour tenter d'exercer certains métiers alors que pour d'autres des formations de base suffisent. Toutefois, la numérisation de l’économie oblige désormais tous les acteurs à interagir avec leur public via Internet.

Le secteur touristique peut se décliner dans une multitude d'activités. Néanmoins, on observe dans la branche d'activité spécifique au tourisme une forte concurrence suite à une croissance de l'offre et de la demande, notamment en ligne. Il serait intéressant de développer les capacités linguistiques des travailleurs afin de pouvoir répondre qualitativement aux besoins des clients mais également d'essayer d'attirer une clientèle encore plus internationale.

   Nombre d'établissements en 2017  Nombre de postes de travail salarié en 2017  Nombre de travailleurs indépendants en 2017 (1)
Wallonie 2.834 16.621 12.044
Bruxelles-Capitale 1.461 12.552 4.622
Flandre 4.570 32.541 25.894
Belgique 8.865 61.714 43.018

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2017 et INASTI 2017, calculs le Forem


(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme est composé de cinq grandes parties (1) .

La première, les activités des agences de voyage, voyagistes, services de réservation et activités connexes est composée de différents sous-secteurs :

  • Les activités des agences de voyages et voyagistes
  • Les autres services de réservation et activités connexes c'est-à-dire la fourniture d'informations touristiques, les activités des guides touristiques et les activités de promotion du tourisme ainsi que la vente de billets pour des spectacles, manifestations sportives, etc.

La seconde, activités créatives, artistiques et de spectacles , englobe les activités suivantes :

  • Arts du spectacle vivant (activités exercées par des artistes indépendants dans le domaine des arts dramatiques et musicaux tels que des acteurs, danseurs, musiciens, conteurs, conférenciers, etc.)
  • Activités de soutien au spectacle vivant (la promotion et l'organisation des spectacles, la conception et réalisation de décors, les services spécialisés du son, de l'image et de l'éclairage et les autres activités du type metteurs en scène, chorégraphes, etc.)
  • La création artistique (sculpteurs, peintres, graveurs, écrivains, restauration d'?uvres d'art, les activités des journalistes indépendants, etc.)
  • La gestion de salles de spectacle (salles de théâtres, de concret, exploitation de centres culturels, etc.)

La troisième, bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles comprend :

  • La gestion des bibliothèques, médiathèques et ludothèques ainsi que la gestion des archives publiques
  • La gestion des musées
  • La gestion des sites, monuments historiques et des attractions touristiques similaires
  • La gestion des jardins botaniques, zoologiques et des réserves naturelles

La quatrième, l'organisation de jeux de hasard et d'argent , comprend l'exploitation d'installations de jeux de hasard telles que les casinos, salles de bingo et terminaux de jeux vidéo, et la fourniture de services de jeux de hasard, tels que loteries et paris mutuels.

La cinquième, les activités sportives, récréatives et de loisirs , est composée des sous-secteurs suivants :

  • Les activités liées au sport qui comprend la gestion d'installations sportives, les activités de clubs de sports, les activités de centres de culture physique et les autres activités liées au sport telles que les ligues et fédérations sportives, les activités des sportifs indépendants professionnels, les arbitres, les activités liées à la promotion de manifestations sportives, etc.
  • Les activités récréatives et de loisirs. Ce groupe est composé des activités foraines, des parcs d'attractions et des parcs à thèmes ainsi que de l'exploitation des salles de billard et de snooker, de l'exploitation de domaines récréatifs et d'autres activités récréatives comme la location d'équipements de loisirs ou l'exploitation d'infrastructures des plages, etc.

 

Le secteur aujourd'hui

Par sa propre définition, ce secteur possède de multiples aspects que l'on peut relier avec d'autres secteurs (Horeca, non-marchand, technologies de l'information et de la communication, etc.). Pour cette raison, l'analyse s'attache à expliquer les différentes facettes de ce secteur plutôt que l'ensemble comme entité unique.

" Historiquement, les liens entre l'économie et la culture ont longtemps été considérés avec scepticisme. Les secteurs artistique et culturel semblaient ne revêtir qu'une importance secondaire pour l'État en termes d'économie et d'emploi. La culture était davantage perçue comme une composante sociopolitique que comme un domaine pouvant ou devant être soumis aux critères économiques " normaux ", ces critères étant considérés comme incompatibles avec elle. Au cours des quinze dernières années, deux processus indépendants et interactifs au niveau de leur développement ont toutefois vu le jour, l'"économisation " de la culture, d'une part, et la "culturisation" de l'économie, d'autre part" (2) .

Lorsqu'on parle de culture, cela reprend bon nombre d’activités qui se répartissent dans deux dimensions différentes : le non-industriel et l'industriel. Le premier de ces deux domaines englobe tout le côté artistique du culturel, comme les arts visuels et musicaux, les arts du spectacle et le patrimoine. Le second concerne davantage la culture comme un produit commercial. La différence entre ces deux branches est que l'une est destinée à une utilisation à un moment donné à un endroit donné et l'autre à une diffusion de plus grande échelle et qui est reproductible à l’identique (3) . Les types de financement des activités peuvent également grandement varier (4) .

Le domaine artistique fournit différents types d'artistes. Selon que l'on choisisse une voie plutôt qu'une autre (musique classique, art lyrique, comédie, danse, etc.), les formations et le cadre professionnel varient. Le parcours professionnel aussi peut varier énormément. De l'académie à l'auto-apprentissage, il y a une palette importante de chemins qui mènent à une carrière artistique.

Avec les avancées technologiques, la branche culturelle de ce secteur devient le fournisseur de contenus des services de technologies de l'information et de la communication (TIC). Les multimédias regroupent aussi bien les télécommunications, la presse, la publicité, tout ce qui touche à l'audiovisuel, les jeux vidéo, etc. Les progrès réalisés dans ce domaine l'amènent donc à être un des secteurs les plus ouverts à la création.

La partie tourisme du secteur comprend les attractions touristiques, la promotion du tourisme, les agences de voyage, ... Or, les acteurs de cette branche voient le tourisme comme un secteur à part entière, multidimensionnel qu'il apparaît illusoire de baliser de manière précise. L'organisation mondiale du tourisme en donne la définition suivante : " les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs ". Les activités potentiellement concernées par le tourisme sont par conséquent beaucoup plus nombreuses que celles délimitées par la classification NACE-BEL. La lecture de la fiche relative au secteur de l'Horeca peut apporter un complément d'informations à ce sujet. La récente étude du Forem concernant l’économie numérique dans le tourisme montre l’importance de l’impact des nouvelles technologies sur le secteur. La planification du voyage et la réservation se font massivement en ligne. La présence des acteurs touristiques sur la toile devient donc capitale, que ce soit via des sites classiques mais aussi via les réseaux sociaux et les nombreux sites d’avis. Par ailleurs, l’expérience touristique ne peut plus se passer des outils mobiles : smartphones, tablettes, casques de réalité virtuelle. Le développement des produits numériques touristiques est en pleine expansion et cela devrait continuer dans les années à venir. (5) . Toutefois, une enquête auprès des opérateurs privés de tourisme wallons pointe les progrès à réaliser dans le domaine de l’« e-tourisme », le tourisme numérique (6) .

Les transferts de compétences et les réorganisations des matières entre les différentes entités fédérées ont fait glisser le tourisme dans le giron régional en 2014. Dans un temps très liée à la région Bruxelloise, la Wallonie devient de plus en plus autonome au point de vue institutionnel.

Au niveau des attractions touristiques, la Wallonie connaît une évolution positive ces dix dernières années. Néanmoins, cette progression n'est pas perceptible dans toutes les communes wallonnes. Si un taux de croissance soutenu a été enregistré à Brugelette, Stavelot, Froidchapelle, Boussu, Dinant, Liège et Namur, a contrario, les communes de Seneffe, Morlanwelz, Braine-le-Comte, Bouillon et Durbuy ont vu leur fréquentation diminuer sur la même période. Par ailleurs, la fréquentation des attractions wallonnes reste fortement belge (huit personnes sur dix) voire belge francophone (cinq personnes sur dix). (8)

En 2017, on compte 3.393.160 arrivées touristiques en Wallonie pour près de 8 millions de nuitées ( +1,0 %). Environ 40 % des touristes en Wallonie viennent de l’étranger (8) .

La connaissance des langues étrangères (surtout le néerlandais et l’anglais) est indispensable et constitue un élément majeur de la politique et des pratiques de formation du personnel.

En 2017, le sous-secteur du sport a généré un peu moins d’un tiers de l'emploi de l'ensemble de ce secteur en Belgique. Ces dernières années, le loisir sportif a été à la base de la création d'emplois. La volonté de rester plus longtemps actifs et en bonne santé ainsi que l’engouement médiatique ont permis de faire progresser régulièrement le nombre d’affiliés dans des clubs sportifs et de diversifier les disciplines proposées au public. La volonté politique d’accompagner les jeunes talents pour obtenir de meilleurs résultats dans le sport de haut niveau peut également expliquer cette croissance. La création d'emplois, s'effectue grâce à l'ouverture de salles de sport, de l'enseignement sportif, des métiers liés à la santé des sportifs, etc.

La première publication réalisée en 2013 « Métiers d’avenir », dans une vision à moyen terme et pour la Wallonie, balaie les différents facteurs d’évolution du secteur et leurs effets présumés sur l’évolution des métiers. Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ce travail prospectif via :  Métiers d'avenir pour la Wallonie - La culture et le tourisme                                                         

Ensuite, en 2016, une analyse plus approfondie des grandes tendances de la transition numérique et de ses effets sur les activités, les métiers et les compétences du secteur a été réalisée : Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique - Tourisme

(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives

(2) http://ec.europa.eu/culture/eac/sources_info/studies/economy_fr.html

(3) KEA European Affairs, L'économie de la culture en Europe, 2005

(4) J.-G. LOWIES, L’évaluation des politiques culturelles en Fédération Wallonie-Bruxelles, Bruxelles, 2012.

(5) Le Forem, Effets de la transition numérique sur le secteur du tourisme en termes d’activités, métiers et compétences, 2016.

(6) G. RAFFOUR, Les nouvelles tendances de consommation touristique portées par le tourisme en ligne, analyse présentée aux ateliers du tourisme le 24 avril 2018 à Marche-en-Famenne.

(7) CPDT, 2011, Diagnostic territorial de la Wallonie, Namur, 2011, p. 95-96.

(8) Commissariat général au Tourisme, La Wallonie touristique en chiffres. Données 2017, Namur, 2018

Positionnement économique du secteur

Chiffre d'affaires

En 2017, le secteur culture, loisirs et tourisme a connu une légère progression de son chiffre d’affaires par rapport à 2016 (+ 2%). Celui-ci se monte à 12 milliards et 100 millions.

Après une année 2016 difficile associée aux attentats et au climat d’insécurité dans la capitale belge, le secteur touristique retrouve la croissance. La fluctuation des subsides publics affectés à la culture peut également influencer le chiffre d’affaires des loisirs, de la culture et du tourisme. Enfin, la numérisation des activités de commercialisation des opérateurs de tourisme et d’hébergement a eu un impact sur le volume d’activités.

En Belgique en 2017, 56 % du chiffre d'affaires du secteur est réalisé par les agences de voyages, 19 % par les activités de sport, 16 % par les activités de spectacle et 6 % par les activités récréatives et de loisirs.


Evolution du chiffre d'affaires du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2017
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem


Investissements

Depuis 2014, les investissements en Belgique dans le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme ont connu une évolution à la hausse après une période de diminution. Sur la période 2016-2017, le secteur voit une augmentation de ses investissements de plus de 14 %.

Sur une perspective plus longue, entre 2012 et 2017, les investissements ont augmenté en volume de 16 % en Belgique.

Pour l'année 2017, les investissements s'élèvent à 692 millions d'euros au niveau national. 65 % des investissements concernaient les activités liées au sport et 17 % les activités créatives, artistiques et de spectacle.

 
Evolution des investissements du secteur pour la Belgique et la Wallonie entre 2012 et 2017
Source : Direction générale Statistique - Statistics Belgium, calculs le Forem



(1) Remarque concernant les données du commerce international de la BNB : une différence peut exister entre les données fédérales et la somme des données régionales. Celle-ci s'explique par le caractère confidentiel de certaines données au niveau régional et par l'impossibilité d'identifier la région de provenance ou de destination de certains biens (dans ce cas, les données concernant ces biens sont publiées au niveau fédéral mais pas régional).
(2) idem

Entreprises du secteur

Belgique

En 2017, le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme compte 8.865 établissements (1) en Belgique. Cela représente une hausse de 2 % par rapport à 2016. Cela place le secteur à la 11 ème position en termes de nombre d’établissements sur l'ensemble des secteurs en Belgique avec 3 % du total des établissements du Royaume.

La répartition géographique des établissements de ce secteur diffère peu de celle de l'ensemble des secteurs. La Wallonie représente 32 % des établissements du secteur de la culture, des loisirs et du tourisme en Belgique. 16 % des établissements se trouvent à Bruxelles-Capitale et 52 % en Flandre. Bruxelles-Capitale et la Wallonie sont un peu mieux représentées que la Flandre.

84 % des établissements sont présents dans quatre sous-secteurs : activités liées au sport (2.877 soit 34 %) ; activités créatives, artistiques et de spectacle (1.919 soit 22 %) ; bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles (1.316 soit 15 %) ; agences de voyage et voyagistes (1.087, soit 13 %).


Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Répartition des établissements entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem  
 

Wallonie

En 2017, la Wallonie compte 2.834 établissements employant des travailleurs salariés.

87 % des établissements de ce secteur occupent moins de 10 travailleurs.

Globalement 99 % des établissements du secteur de la culture, des loisirs et du tourisme occupent moins de 50 travailleurs. Tous secteurs confondus, cette proportion est de 96 %.


Nombre d'exploitations agricoles selon les provinces wallonnes pour l'année 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

En 2017, la répartition provinciale des établissements de ce secteur suit globalement la tendance de l'ensemble des secteurs. Ce sont les provinces de Liège (33 %) et de Hainaut (29 %) qui possèdent la plus grande proportion des établissements wallons.

Comparé à l'ensemble des secteurs, c'est dans les provinces du Brabant wallon, de Liège et de Luxembourg que l'on compte proportionnellement plus d’établissements appartenant au secteur de la culture, des loisirs et du tourisme.


Répartition des établissements par province en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

(1) Le terme "établissement" désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissement).

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En 2017, le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme comptabilise 61.714 postes de travail salariés en Belgique (1) . Cela représente 1,6 % des postes salariés belges (2) .

C'est en Flandre que se trouve le plus grand nombre de postes (32.548, soit 53 %). La Wallonie regroupe 18.286 postes soit 30 % du total.

En Belgique, 6 postes sur 10 sont occupés sous le statut d'employé (65 %), un quart sous le statut d'ouvrier (25 %) et 10 % en tant que fonctionnaire.

C'est à Bruxelles-Capitale que la proportion d'employés est la plus forte (86 %) et celle des ouvriers la plus faible (3 %).

Les sous-secteurs qui génèrent le plus d'emplois sont : les activités liées au sport (18.423 unités, soit 30 %) ; les activités artistiques, créatives et de spectacle (14.723 unités, soit 24 %) et les bibliothèques, musées, archives et autres activités culturelles (13.576 unités, soit 22 %).

Comme le montre le graphique, la proportion d'emplois dans les régions est sensiblement équivalente à celle qu'elle occupe dans l'ensemble des secteurs.

 
Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

 

Wallonie

En 2017, le nombre de postes de travail du secteur de la culture, des loisirs et du tourisme est de 16.621, ce qui représente moins de 2 % de l'emploi wallon.

De 2012 à 2017, l'emploi a crû de plus de 7 pourcent.

Le nombre de fonctionnaires et d'ouvriers est resté relativement stable. Le nombre d’employés a légèrement augmenté.


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2012-2017, calculs le Forem

En 2017, la répartition hommes-femmes pour le secteur wallon de la culture, des loisirs et du tourisme montre une parité quasi parfaite.

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes pour les statuts d'employé et de fonctionnaire.


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem
 

La répartition de l'emploi salarié par province indique que c'est dans les provinces de Liège et de Hainaut que l'emploi du secteur culture, loisirs et tourisme se retrouve majoritairement.

La province de Liège représente 35 % des postes de travail salariés du secteur de la culture, des loisirs et du tourisme en Wallonie. Tous secteurs confondus, cette part est de 31 %. Inversement, la province de Hainaut détient 36 % de l'emploi salarié mais seulement 31 % des postes dans le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme.


Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


 

Les indépendants

En 2017, on dénombre en Belgique 43.018 travailleurs indépendants (3) dans le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme. Cela représente 4 % du total belge.

Entre 2016 et 2017, le nombre d'indépendants dans ce secteur est en augmentation (4%) en Belgique.

La Wallonie compte 12.044 travailleurs indépendants pour le secteur de la culture, des loisirs et du tourisme. La répartition géographique selon les régions montre que 60 % des indépendants sont situés en Flandre, 28 % en Wallonie et 11 % à Bruxelles-Capitale.

C’est le sous-secteur des activités créatives artistiques et de spectacle (45 %) qui est le mieux représenté chez les indépendants wallons, suivi des activités des agences de voyages et des voyagistes (31 %) et des activités récréatives et de loisirs (18 %).

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2017 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2017, calculs le Forem

 

(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).

(2) Le total des travailleurs ne comprend pas les indépendants.

(3) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI).

Commissions paritaires

Ci-dessous vous trouverez les principales commissions paritaires liées au secteur.

Numéro de la CP Intitulé de la CP
121 Commission paritaire pour les entreprises de nettoyage et de désinfection
217 Commission paritaire pour les employés de casino
223 Commission paritaire nationale des sports
227 Commission paritaire pour le secteur audio-visuel
302 Commission paritaire de l'industrie hôtelière
303 Commission paritaire de l'industrie cinématographique
303.01 Sous-commission paritaire pour la production de films
303.02 Sous-commission paritaire pour la distribution de films
303.03 Sous-commission paritaire pour l'exploitation de salles de cinéma
303.04 Sous-commission paritaire pour les industries techniques du film
304 Commission paritaire du spectacle.
314 Commission paritaire de la coiffure et des soins de beauté
329 Commission paritaire pour le secteur socioculturel
329.01 Sous-commission paritaire pour le secteur socioculturel de la Communauté Flamande
329.02 Sous-commission paritaire pour le secteur socioculturel de la Communauté Française et Germanophone et de la Région wallonne
329.03 Sous-commission paritaire pour les organisations socioculturelles fédérales et bicommunautaires
333 Commission paritaire pour les attractions touristiques
334 Commission paritaire des loteries publiques

 

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2018 en provenance de ce secteur.

Codes NACE

Le secteur Culture, loisirs et tourisme est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 79.1 Activités des agences de voyage et des voyagistes
  • 79.9 Autres services de réservation et activités connexes
  • 90.0 Activités créatives, artistiques et de spectacle
  • 91.0 Bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles
  • 92.0 Organisation de jeux de hasard et d'argent
  • 93.1 Activités liées au sport
  • 93.2 Activités récréatives et de loisirs

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
ABTO

Association Belge des Tours Operators
https://www.abto.be
APA

Association du Patrimoine artistique asbl
http://www.associationdupatrimoineartistique.be/
APEF

Association Paritaire pour l'Emploi et la Formation
https://www.apefasbl.org/
APSAM

Service général des arts de la scène
http://www.creationartistique.cfwb.be/
CESSOC

Confédération des Employeurs des secteurs Sportif et SocioCulturel
http://www.cessoc.be
CGT

Le Commissariat Général au Tourisme de la Région wallonne
https://www.tourismewallonie.be/
FBAA

Fédération Belge des Exploitants d'Autobus et d'Autocars et des Organisateurs de Voyage
https://www.fbaa.be/fr
FIT

Fédération de l'Industrie du Tourisme
https://www.fit-fti.be/indexfr.php
Forem Formation Tourisme

Centre de compétence dans le domaine du Tourisme
https://www.formation-tourisme.be/
RECREABEL

Association belge de fournisseurs d'équipements de jeu, de mobilier de parc et jardin et d'autres produits et services destinés au secteur récréatif
https://www.fedustria.be/fr/textile-bois-ameublement/hout-meubelindustrie/andere/recreabel
SABAM

Société Belge des Auteurs, Compositeurs et Editeurs
https://www.sabam.be/fr
UIFB

Union des Industriels Forains Belges
Boulevard Du Midi, 96
1000 Bruxelles
02/512.21.67
UPAV

Union Professionnelle des Agences de Voyages
https://www.upav.be/
Wallonie Belgique Toursime

Wallonie Belgique Tourisme
http://walloniebelgiquetourisme.be/
Imprimer