Secteurs d'activités

Education et formation

Afficher en PDF

Le secteur de l'éducation et de la formation vise la transmission de savoirs et savoir-faire. Il va bien au-delà de l'enseignement dit scolaire (fondamental, secondaire, post-secondaire et supérieur). D'autres activités, qu'elles soient d'initiative publique ou privée sont concernées : l'enseignement de disciplines sportives et d'activités de loisirs, l'enseignement culturel, l'enseignement de la conduite (auto-écoles) ou encore l'enseignement de promotion sociale, la formation professionnelle, la formation socio-culturelle et les activités de soutien à l'enseignement (P.M.S., etc.). 

Le secteur de l'éducation et de la formation offre de nombreuses possibilités d'emploi. Au-delà du métier bien connu d'enseignant, d'autres métiers existent. Très variés, tous ont néanmoins en commun le contact avec l'apprenant et requièrent dès lors d'importantes qualités relationnelles et pédagogiques. 

Le secteur de l’éducation et de la formation est aujourd’hui confronté à des évolutions technologiques, économiques, culturelles et sociétales majeures qui le mettent – lui et ses métiers – face à d’importants enjeux pédagogiques et organisationnels. La crise du coronavirus a contribué à accélérer certaines évolutions préexistantes, en particulier le recours aux nouvelles formes de formation et d’enseignement reposant sur des outils numériques, tout en révélant certaines de leurs limites. 

 

   Nombre d'établissements en 2019  Nombre de postes de travail salarié en 2019  Nombre de travailleurs indépendants en 2019 (1)
Wallonie 5.496 132.889 5.352
Bruxelles-Capitale 2.134 67.962 2.120
Flandre 8.178 228.297 11.702
Belgique 15.808 429.148 19.312

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2019 et INASTI 2019, calculs le Forem

 

(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

 

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de l'éducation et de la formation (1) comprend l'enseignement de tous les niveaux et pour toutes les disciplines. Il comprend l'enseignement délivré par les différentes institutions composant le système scolaire traditionnel mais aussi l'enseignement pour adultes, les programmes d'alphabétisation, les écoles et académies militaires, les activités éducatives organisées dans les prisons, l'enseignement de disciplines sportives et d'activités récréatives, l'enseignement culturel, l'enseignement de la conduite, etc. Ce secteur comprend l'enseignement tant public que privé.

L'enseignement spécialisé pour les élèves avec un handicap ou d'autres difficultés d'apprentissage fait également partie de ce secteur.

Divers sous-secteurs composent le secteur de l'éducation et de la formation :

  • l'enseignement maternel ;
  • l'enseignement primaire ;
  • l'enseignement secondaire ;
  • l'enseignement supérieur et post-secondaire non supérieur;
  • les autres activités d'enseignement : ce sous-secteur comprend la formation continue générale et professionnelle, à des fins professionnelles, de loisirs ou de développement personnel.
  • les activités de soutien à l'enseignement telles que les activités des centres psycho-médico-sociaux, les activités de tests de connaissance, etc.

 

Le secteur aujourd'hui

Il est loin le temps où l'apprentissage avait exclusivement lieu sur les bancs de l'école, durant la jeunesse ou au travers de manuels. Désormais, l'éducation et la formation se conjuguent tout au long de la vie, font partie intégrante de la carrière professionnelle, voire de l'existence et deviennent autant une responsabilité collective qu’individuelle. 

Grâce aux progrès des technologies numériques et à la démocratisation de l’internet à haut débit, il est désormais possible d’apprendre depuis n’importe quel endroit, à n’importe quel moment. Le cadre spatio-temporel de la formation s’élargit. Le « digital learning », c’est-à-dire l’apprentissage au moyen des technologies d’éducation se développe. On parle de « mobile learning » lorsque l’apprentissage se veut nomade avec comme supports les smartphones, tablettes et autres lecteurs MP3 ; de « social learning » dans le cas où les interactions d’apprentissage ont lieu via les réseaux sociaux, les forums, les blogs, les wiki ou encore les classes virtuelles ; de « game based learning » si l’apprentissage se fait par le jeu, dans une intention « sérieuse », immersive et ludique ; de « video learning » quand l’apprentissage se fait au travers de la vidéo (pod- et webcasts, tutoriels ou webinars), etc. Parmi les tendances actuelles, citons notamment les MOOC/SPOC et la classe inversée (« flipped classroom »). La réalité virtuelle/augmentée et l’intelligence artificielle, par la personnalisation des apprentissages, ne sont pas en reste et devraient profondément influencer les pratiques pédagogiques dans les prochaines années.  

Mais le cadre spatio-temporel de la formation n’est pas le seul à évoluer. Le rôle de l’enseignant/formateur se transforme lui aussi. Sur la toile, des moteurs de recherche de plus en plus performants permettent d’accéder à quantité d’informations. La transmission de savoirs ne se fait plus uniquement au travers de manuels, mais également via les canaux numériques. L’enseignant/formateur n’est pas voué à disparaitre pour autant. Il reste le garant des apprentissages. Le numérique implique néanmoins une profonde remise en question du rôle de l’enseignant/formateur, un changement de posture (2) . De « transmetteur de savoirs », l’enseignant/formateur devient un véritable « médiateur de connaissance » dont le rôle est de guider et de coacher les apprenants dans leurs processus d’apprentissage. Parallèlement à l’évolution du métier d’enseignant/formateur, de nouvelles fonctions se développent. C’est le cas de l’« e-tuteur » ou encore du « Digital Learning Manager »  (3) . Le premier accompagne de façon réactive et proactive, régulière et personnalisée un apprenant ou un groupe d’apprenants dans son/leur processus d’apprentissage à distance. Le second est un chef de projet qui accompagne les équipes technique et pédagogique dans la conception de programmes de formation digitalisés ou de ressources pédagogiques numériques. 

La crise du coronavirus a amplifié ces évolutions, en obligeant les formateurs ou enseignants à recourir, dans un délai très court, à des outils de communication numérique pour maintenir, partiellement ou totalement, leurs activités. On observe une hybridation croissante des cursus de formation, y compris dans les domaines techniques et manuels, qui devrait continuer à s’amplifier.  

Cependant, selon l’enquête TALIS publiée par l’OCDE en 2019 (4) , un peu plus de la moitié des enseignants des pays participants, dont la Belgique, déclarent avoir été formés à l’utilisation de technologies appliquées à l’enseignement et moins de la moitié s’estiment bien préparés à leur utilisation. Un quart des chefs d’établissements d’enseignement considèrent que le manque et l’inadaptation des technologies numériques sont des obstacles à une instruction de qualité. Il y a donc un important défi à relever en la matière dans les prochaines années.  

C'est pour saisir les opportunités offertes grâce au numérique que de multiples stratégies, mesures et initiatives axées sur l’éducation et la formation se développent à tous les échelons de décision (supranational, national et régional). Au niveau wallon, les actions portées par l’agence Digital Wallonia  (5) traduisent la volonté de faire de la Wallonie une référence en matière de numérique. L’axe « Education et talents » vise plus particulièrement à éduquer et former les citoyens au numérique et par le numérique tout en assurant leur inclusion. Le projet « Ecole numérique » (2016-2022), dont l’objectif est d’augmenter l’équipement numérique dans les écoles, en fait partie. Celui-ci a été renforcé suite à la crise sanitaire et au besoin d’équipement nécessaire pour assurer l’enseignement à distance ou hydride.  

La transition numérique est également au cœur du redéploiement de l’enseignement francophone. Lancé en 2015, le Pacte pour un enseignement d’excellence (6) entend renforcer la qualité de l’enseignement et relever le défi de la modernité.  

Alors que le développement de l’équipement numérique et l’intégration de ces outils dans l’apprentissage ne progressaient que lentement (7) , la crise du coronavirus a mené un ensemble important d'enseignants et d'élèves à "franchir le pas" des outils numériques. Cependant, l’expérience de l’enseignement à distance vécue durant le confinement s’accompagne de nouvelles difficultés. Selon une enquête réalisée par des chercheurs de l’UMons auprès des enseignants de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le recours massif à l’enseignement à distance pendant le confinement a augmenté la charge de travail des enseignants et amplifié les inégalités scolaires entre élèves (12) . Plusieurs études relèvent également un impact négatif de l’enseignement à distance sur la motivation et le bien-être des élèves (13) . Le développement des usages du numérique à l’école devra tenir compte des enseignements de la crise sanitaire pour éviter ces écueils. 

Au fil des évolutions de la société (massification scolaire, immigration, transformations de la famille, etc.), le public scolaire est devenu plus hétérogène : diversité d’origines, de croyances, de milieux sociaux, de conditions de vie, de structures familiales, d’acquis initiaux, de rythmes d’apprentissage, d’âges, etc. À bien des égards, cette diversité est source d’enseignements et d’enrichissements. Pourtant, l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) se caractérise encore par un taux élevé de redoublement. L’origine socioéconomique des élèves pèse sur leur parcours scolaire, tant en termes de retard scolaire que d’orientation.  

La réforme du tronc commun de l’enseignement, adoptée en mai 2019 par le Parlement de la FWB, vise à répondre à cette situation. Elle impliquera cependant de nouveaux défis pour l’enseignement, parmi lesquels la généralisation de pédagogies différenciées pour pouvoir encadrer des classes d’élèves aux niveaux hétérogènes et une collaboration accrue entre le secteur scolaire et parascolaire (remédiation, activités sportives et artistiques, logopédie, …). L’allongement de la formation initiale des enseignants, reporté en raison de la crise sanitaire, vise à préparer les professionnels de l’enseignement à ces nouveaux défis ainsi qu’à revaloriser la profession, caractérisée par un taux important de réorientation aux cours des premières années de carrière (8) .  

Les pédagogies actives et/ou alternatives, dont la diffusion et le succès sont croissants, traduisent aussi une nécessité pour l’enseignement de s’adapter aux évolutions de la société. La crise sanitaire a par ailleurs amplifié le recours à la scolarisation à domicile qui, même si elle reste marginale, a connu une augmentation de 30% en 5 ans. Cette tendance pourrait conduire au développement de nouveaux services d’apprentissage et de soutien scolaire, au travers notamment de plateformes digitales.  

Le secteur de l’éducation et de la formation est également confronté aux évolutions de l’économie. La transformation numérique qui traverse l’ensemble des secteurs implique que l’éducation et la formation ne peuvent plus être résumées à la transmission de savoirs mais doivent aussi viser l’acquisition de compétences comportementales transversales. Une enquête menée au sein de deux fédérations patronales fait apparaître que c’est avant tout au niveau des compétences de base, en particulier la maîtrise de la langue française, et des savoir-faire comportementaux (travail en équipe, esprit d’entreprise, ...) que se situent les attentes des employeurs face à l’enseignement et la formation (9) . Former davantage aux métiers en pénurie, aux fonctions critiques et aux métiers d’avenir devient une priorité. Aussi les filières qualifiantes, l’apprentissage, l’enseignement supérieur et la formation professionnelle sont amenés – de manière continue – à faire évoluer leurs offres et à proposer des solutions de formation toujours plus flexibles et personnalisées. De nouvelles filières et formations sont régulièrement créées et de nouveaux acteurs apparaissent comme, par exemple, les écoles de codage soutenues par des entreprises en carence de profils numériques. 

La formation s’étend désormais tout au long de la vie, sous l’impulsion des politiques européennes en matière de développement des compétences. Ce domaine est appelé à prendre une part croissante sous la pression de plusieurs enjeux : le vieillissement de la population active ; la transformation d'une économie fondée sur la production à une économie basée sur la connaissance, sous l'effet du développement technologique ; la transition écologique et la fragmentation des parcours professionnels. En Belgique, le taux de participation à la formation continue correspond à la moyenne européenne, mais est inférieur à celle-ci pour les personnes de plus de 55 ans et les moins diplômés (10)

En 2020, le Gouvernement wallon a adopté un plan d’actions visant à faire de la formation professionnelle un levier pour la relance économique consécutive à la crise sanitaire. Ce plan se traduit notamment par la mise en place d'une plateforme multi-partenariale « Wallonie, Compétences d’avenir ». Sa mission sera d'organiser des formations qui répondent aux besoins de main d’œuvre non ou insuffisamment rencontrés, d’anticiper les réponses aux besoins en compétences à court, moyen et long terme. Elle servira d'interface entre les opérateurs de la formation professionnelle et les clusters d’entreprises, les fédérations sectorielles et les acteurs institutionnels. Ses axes opérationnels concernent la digitalisation, la transition durable, la formation en entreprise, l'innovation, la transversalité entre opérateurs et la formation tout au long de la vie.  

Le secteur de l'éducation et de la formation est porteur de réelles perspectives d'emploi. Non seulement, le métier d'enseignant connait régulièrement des pénuries, mais le potentiel de personnes proches de la pension est important. 18,9% des travailleurs wallons actifs dans le secteur sont âgés de 55 ans ou plus (soit 24.000 personnes), contre 17,8% tous secteurs confondus (11) . Par ailleurs, dans un contexte de croissance de la population scolaire et de formation tout au long de la vie, les besoins en personnel évoluent positivement.  

Au-delà du métier d'enseignant, le secteur de l'éducation et la formation offre bien d'autres possibilités d'emploi, que ce soit dans le secteur public ou privé : formateur, assistant aux instituteurs maternels ou primaires, éducateur (en établissement scolaire), animateur d'activités culturelles et techniques, responsable pédagogique, instructeur en conduite de véhicules à moteur... Ces métiers sont très variés mais tous ont néanmoins en commun le contact avec l'apprenant et requièrent dès lors d'importantes qualités relationnelles (écoute, disponibilité, etc.) et pédagogiques. En raison des évolutions décrites plus haut, la maîtrise des compétences numériques est amenée à prendre une importance croissante dans les métiers de l’éducation et la formation. L’exercice du métier d’enseignant repose sur des titres pédagogiques reconnus (avec certaines dérogations), tandis que la profession de formateur n’est pas structurée par un cadre normatif, mais recouvre des pratiques très hétérogènes. 

 

(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives 
(2) Métiers d'avenir 4.0 - La transition numérique – Education
(3) Plus d’informations : https://www.leforem.be/chiffres-et-analyses/metiers-d-avenir-prospectives-abilitic2perform.html  
(4) TALIS - The OECD Teaching and Learning International Survey - 2018
(5) Plus d'informations : http://www.digitalwallonia.be  
(6) Plus d'informations : http://www.pactedexcellence.be  
(7) Baromètre Digital Wallonia 2018 Education & Numérique   
(8) Le taux d’abandon des enseignants se situe actuellement entre 30 % et 40 % pour les cinq premières années selon une étude du Girsef. 
(9) « Les patrons insistent sur le renforcement des savoirs de base dans l'enseignement » - Echo - 22/02/2018 
(10) Eurostat, Adult learning statistics 2019   
(11) ONSS Résidents, statistiques au 30 juin 2019. 
(12) “Une enquête de l’UMONS auprès de 1000 enseignant(e)s analyse leurs pratiques pédagogiques durant le confinement », UMons, 24 août 2020  
(13)  CEF, CERE, FAPEO, "Enquête sur l'enseignement hybride en période COVID-19", janvier 2021    
       N. Baudouin et al., SONDAGE « Bien-être et motivation des élèves du secondaire – Rentrée post-confinement » (septembre-octobre 2020), UCL- ULiège, novembre 2020  


Positionnement économique du secteur

Entreprises du secteur

Belgique

En 2019, 15.996 établissements (1) sont répertoriés dans le secteur de l'éducation et de la formation en Belgique, soit 5,4% des établissements tous secteurs confondus. Le secteur se place ainsi en sixième position en nombre d’établissements.  

La répartition régionale indique que 52% des établissements se situent en Flandre (58% tous secteurs confondus), 35% en Wallonie (30% tous secteurs confondus) et 14% à Bruxelles-Capitale (13% tous secteurs confondus). En termes d’établissements – tout comme en termes d’emplois – le secteur est donc mieux représenté en Wallonie.  

48% des établissements du secteur sont liés à l'enseignement primaire, 23% à l'enseignement secondaire et 3% à l’enseignement maternel. L'enseignement supérieur et post-secondaire non supérieur est représenté à hauteur de 4%. Les autres activités d'enseignement recouvrent 19% des établissements du secteur. Enfin, 3% des établissements organisent des activités de soutien à l'enseignement.  


Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Répartition des établissements entre les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Wallonie

En 2019, le secteur de l'éducation et de la formation rassemble 5.565 établissements, soit 6 % des établissements wallons, tous secteurs confondus. Comme pour la Belgique dans son ensemble, ce sont l'enseignement primaire et l'enseignement secondaire qui comptent le plus d’établissements au niveau wallon (respectivement 46% et 23%). Les autres activités d'enseignement recouvrent quant à elles 20% des établissements du secteur. 5% font partie de l'enseignement supérieur et post-secondaire non supérieur et 4% organisent des activités de soutien à l'enseignement. Enfin, l’enseignement maternel regroupe 2% des établissements du secteur. 

Le secteur se compose principalement de petites et moyennes entreprises : 89% des établissements ont moins de 50 travailleurs. Proportionnellement à l'ensemble des établissements wallons, le secteur compte davantage d’établissements de 10 à 49 travailleurs (43% contre 16% tous secteurs confondus) et de 50 à 199 travailleurs (10 % contre 4%) que de très petits établissements de moins de 10 travailleurs (47% contre 79%). 


Répartition des établissements par taille en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem

Tout comme dans le reste de l'économie, les établissements sont principalement situés en provinces de Hainaut et de Liège. Les établissements du secteur sont aussi surreprésentés dans la province de Hainaut (37% contre 32% tous secteurs confondus) et sous-représentés dans la province du Brabant wallon (10% contre 13% tous secteurs confondus). 

Répartition des établissements entre les provinces en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


(1) Le terme "établissement" désigne, pour les statistiques ONSS, l'unité d'établissement c'est-à-dire un lieu d'activité, géographiquement identifiable par une adresse où s'exerce au moins une activité de l'entreprise. Il ne faut donc pas confondre avec la notion d'employeur (un employeur peut compter différentes unités d'établissement).

 

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En 2019, le secteur de l'éducation et de la formation comptabilise 429.148 postes de travail salarié en Belgique (1) . Ce secteur pourvoit ainsi 10,5% de l'emploi belge, ce qui le place en seconde position, derrière celui des Services aux particuliers et aux entreprises (16,2%). On observe une croissance régulière de l’emploi dans le secteur au niveau belge (+10,3% entre 2012 et 2019 et +1,2% entre 2018 et 2019). Cette croissance devrait être amenée à se poursuivre dans les prochaines années avec l’augmentation du nombre d’enfants scolarisés et le développement de la formation tout au long de la vie.  

Près de 6 postes de travail sur 10 sont occupés sous le statut de fonctionnaire (58%), 4 sur 10 sous le statut d'employé (37%) et moins d'un poste sur 10 sous le statut d'ouvrier (5%).  

La répartition géographique des postes de travail salarié indique une surreprésentation du secteur de l’éducation et de la formation en Wallonie par rapport à l’ensemble des secteurs d’activité : 31% des postes de travail salarié du secteur sont situés en Wallonie, contre 26,3% tous secteurs confondus. 

Les postes de travail se répartissent principalement entre l'enseignement secondaire (36%) et l'enseignement primaire (33%). Viennent ensuite l'enseignement supérieur et post-secondaire non supérieur (17%), les autres activités d'enseignement (10%), les activités de soutien à l'enseignement (2%) et enfin l’enseignement maternel (1%). 

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Wallonie

En 2019, la Wallonie compte 132.889 postes de travail salarié dans le secteur de l'éducation et de la formation, ce qui représente 12,4% de l'emploi wallon, tous secteurs confondus. Le secteur est ainsi le troisième pourvoyeur d'emplois en Wallonie.  

Comme pour la Belgique dans son ensemble, les postes wallons se répartissent principalement entre l'enseignement secondaire (40%) et l'enseignement primaire (32%). 

La répartition des postes de travail salarié par statut montre que 55% des postes de travail sont occupés par des fonctionnaires, 38% par des employés et 6% par des ouvriers. 

Entre 2012 et 2019, l'emploi salarié dans le secteur a connu une hausse de 12,5% en Wallonie (+5,6% tous secteurs confondus), contre une hausse de 10,3% en Belgique (+6,3% tous secteurs confondus). L’emploi salarié wallon a augmenté de 0,2% entre 2018 et 2019. 


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2012-2019, calculs le Forem

Le secteur de l'éducation et de la formation est fortement féminisé puisque 70% des travailleurs salariés du secteur sont des femmes contre 50% dans l'ensemble de l'économie. 


Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Les postes de travail salarié wallons sont principalement situés en provinces de Hainaut (35%) et de Liège (31%). La répartition des postes par province est assez semblable à celle de l’ensemble des secteurs d’activité. 

Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2019
Source: ONSS, statistiques décentralisées, 30 juin 2019, calculs le Forem


Les indépendants

En 2019, 19.312 travailleurs indépendants (2) exercent une activité dans le secteur de l'éducation et de la formation en Belgique. C'est en Flandre qu'ils sont les plus nombreux (60% contre 29% en Wallonie et 11% à Bruxelles). La part du secteur dans l'emploi indépendant total est relativement faible. Elle est de 1,7% en Wallonie comme en Belgique. 55% des indépendants dans le secteur exercent à titre complémentaire.  

Entre 2012 et 2019, l'emploi indépendant dans le secteur a connu une hausse de 25,6% en Wallonie (+13,9% tous secteurs confondus), contre 41,2% en Belgique (+15,8% tous secteurs confondus). L’emploi indépendant wallon a augmenté de 1,6% entre 2018 et 2019. 

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2019 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2019, calculs le Forem


 

(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS).
(2) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI).

 

Commissions paritaires

La majorité des travailleurs de ce secteur ne relèvent pas de commission paritaire, mais quelques-uns peuvent toutefois dépendre des CP suivantes:

Numéro de la CP Intitulé de la CP
152 Commission paritaire pour les institutions subsidiées de l'enseignement libre
200 Commission paritaire auxiliaire pour employés
218 Commission paritaire nationale auxiliaire pour employés
225 Commission paritaire pour les employés des institutions de l'enseignement libre subventionné
319 Commission paritaire des établissements et services d'éducation et d'hébergement
329 Commission paritaire pour le secteur socio-culturel
337 Commission paritaire pour le secteur non-marchand

 

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2020 en provenance de ce secteur.
  • Enseignant/enseignante d'enseignement général (22121)
    Métiers du groupe :  Enseignant de cours généraux dans l'enseignement secondaire inférieur (2212101) , Enseignant de cours généraux dans l'enseignement secondaire supérieur (2212102) , Maître (2212103) , Enseignant dans l'enseignement secondaire (2212104)
  • Enseignant/enseignante des écoles (22111)
    Métiers du groupe :  Instituteur de maternelles (2211101) , Instituteur primaire (2211102) , Enseignant dans l'enseignement maternel ou primaire (2211103)
  • Enseignant/enseignante d'enseignement technique (agricole, professionnel, technologique) (22122)
    Métiers du groupe :  Enseignant dans le secteur de la Construction dans l'enseignement secondaire inférieur (2212203) , Enseignant dans le secteur de l'hôtellerie-alimentation dans l'enseignement secondaire inférieur (2212204) , Enseignant dans le secteur du textile-habillement dans l'enseignement secondaire inférieur (2212205) , Enseignant dans le secteur des Arts appliqués dans l'enseignement secondaire inférieur (2212206) , Enseignant dans le secteur de l'économie dans l'enseignement secondaire inférieur (2212207) , Enseignant dans le secteur des Services aux personnes dans l'enseignement secondaire inférieur (2212208) , Enseignant dans le secteur des Sciences appliquées dans l'enseignement secondaire inférieur (2212209) , Enseignant dans le secteur Artistique dans l'enseignement secondaire inférieur (2212210) , Enseignant dans le secteur de l'Agronomie dans l'enseignement secondaire inférieur (2212211) , Enseignant dans le secteur de l'Industrie dans l'enseignement secondaire inférieur (2212212) , Enseignant dans le secteur de la Construction dans l'enseignement secondaire supérieur (2212213) , Enseignant dans le secteur de l'Hôtellerie-alimentation dans l'enseignement secondaire supérieur (2212214) , Enseignant dans le secteur du textile-habillement dans l'enseignement secondaire supérieur (2212215) , Enseignant dans le secteur des Arts appliqués dans l'enseignement secondaire supérieur (2212216) , Enseignant dans le secteur de l'Economie dans l'enseignement secondaire supérieur (2212217) , Enseignant dans le secteur des Services aux personnes dans l'enseignement secondaire supérieur (2212218) , Enseignant dans le secteur des Sciences appliquées dans l'enseignement secondaire supérieur (2212219) , Enseignant dans le secteur Artistique dans l'enseignement secondaire supérieur (2212220) , Enseignant dans le secteur de l'Agronomie dans l'enseignement secondaire supérieur (2212221) , Enseignant dans le secteur de l'Industrie dans l'enseignement secondaire supérieur (2212222) , Enseignant de l'enseignement secondaire technique et professionnel (2212223)
  • Formateur/formatrice (22211)
    Métiers du groupe :  Formateur : agriculture (2221102) , Formateur : arts (2221103) , Formateur : échange et gestion (2221104) , Formateur : fonction production (2221105) , Formateur : génie civil, construction, bois (2221106) , Formateur : production mécanique (2221107) , Formateur : sciences humaines, économie, droit (2221108) , Formateur : sciences (2221109) , Formateur : services à la collectivité (2221110) , Formateur : services aux personnes (2221111) , Formateur : transformation (2221112) , Formateur : électricité, électronique (2221113) , Formateur : formation générale, lettres et langues (2221114) , Formateur : information, communication (2221115) , Formateur pour adultes (2221116)
  • Intervenant/intervenante auprès d'enfants (11113)
    Métiers du groupe :  Accueillant d'enfants en milieu collectif (1111301) , Accueillant d'enfants à domicile (1111302) , Assistant aux instituteurs maternels ou primaires (1111303) , Responsable de structure d'accueil de la petite enfance (1111304)
  • Enseignant chercheur/enseignante chercheuse (22131)
    Métiers du groupe :  Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours paramédicaux (2213104) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours généraux (2213105) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours à caractère social (2213106) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire en agronomie (2213107) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de traduction et/ou interprétariat (2213108) , Professeur des instituts supérieurs d'architecture (2213109) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire d'arts plastiques visuels et de l'espace (2213110) , Professeur des écoles supérieures de théâtre et des arts de la parole (2213111) , Professeur des écoles supérieures de musique (2213112) , Professeur des écoles supérieures des arts du spectacle et des techniques de diffusion de la communication (2213113) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours techniques (2213114) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire d'Arts appliqués (2213115) , Professeur de l'enseignement supérieur non universitaire de cours d'économie (2213116) , Professeur d'université en sciences économiques et de gestion (2213117) , Professeur d'université en sciences de l'ingénieur (2213118) , Professeur d'université en sciences agronomiques et ingénierie biologique (2213119) , Professeur d'université de langues et lettres (2213120) , Professeur d'université de Philosophie (2213121) , Professeur d'université de Traduction et/ou Interprétariat (2213122) , Professeur d'université de Théologie (2213123) , Professeur d'université d'histoire, Art et Archéologie (2213124) , Professeur d'université de Sciences médicales (2213125) , Professeur d'université de Sciences biomédicales et pharmaceutiques (2213126) , Professeur d'université de Sciences politiques et sociales (2213127) , Professeur d'université d'information et communication (2213128) , Professeur d'université de Droit (2213129) , Professeur d'université de Criminologie (2213130) , Professeur d'université de Sciences dentaires (2213131) , Professeur d'université de médecine vétérinaire (2213132) , Professeur d'université en sciences psychologiques et de l'éducation (2213133) , Professeur d'université en sciences de la motricité (2213134) , Professeur d'université en sciences (2213135) , Assistant d'université en sciences psychologiques et de l'éducation (2213136) , Assistant d'université en sciences de la motricité (2213137) , Assistant d'université en sciences (2213138) , Assistant d'université en sciences économiques et de gestion (2213139) , Assistant d'université en sciences de l'ingénieur (2213140) , Assistant d'université en sciences agronomiques et ingénierie biologique (2213141) , Assistant d'université de langues et lettres (2213142) , Assistant d'université de Philosophie (2213143) , Assistant d'université de Traduction et/ou Interprétariat (2213144) , Assistant d'université de Théologie (2213145) , Assistant d'université d'histoire, Art et Archéologie (2213146) , Assistant d'université de Sciences médicales (2213147) , Assistant d'université de Sciences biomédicales et pharmaceutiques (2213148) , Assistant d'université de Sciences politiques et sociales (2213149) , Assistant d'université d'information et communication (2213150) , Assistant d'université de Droit (2213151) , Assistant d'université de Criminologie (2213152) , Assistant d'université de Sciences dentaires (2213153) , Assistant d'université de médecine vétérinaire (2213154) , Professeur de l'enseignement supérieur (2213155)
  • Personnel d'éducation et de surveillance d'établissement d'enseignement (22141)
    Métiers du groupe :  Educateur en établissement scolaire (2214101) , Orthopédagogue (2214102) , Accompagnateur de bus scolaire (2214103) , Accueillant extrascolaire (2214104)
  • Nettoyeur/nettoyeuse de locaux et de surfaces (11211)
    Métiers du groupe :  Technicien de surface (1121101)
  • Agent administratif/agente administrative d'entreprise (12121)
    Métiers du groupe :  Aide-comptable (1212101) , Employé administratif (1212104)
  • Orthophoniste (24314)
    Métiers du groupe :  Logopède (2431401)
  • Agent/agente de service de collectivité (11122)
    Métiers du groupe :  Assistant logistique en milieu hospitalier (1112201) , Ouvrier d'entretien du bâtiment (1112202) , Brancardier (1112203) , Agent de soins en hydrothérapie (1112206) , Assistant ménager en collectivité (1112207)
  • Secrétaire bureautique polyvalent/polyvalente (12131)
    Métiers du groupe :  Secrétaire (1213101)
  • Agent/agente d'enquêtes (12113)
    Métiers du groupe :  Agent d'enquêtes (1211301) , Responsable d'enquêtes terrain (1211302)
  • Conseiller/conseillère en emploi et insertion professionnelle (23221)
    Métiers du groupe :  Conseiller en emploi et insertion professionnelle (2322101) , Accompagnateur socioprofessionnel (2322102)
  • Instructeur/instructrice en conduite de véhicules à moteur (22221)
    Métiers du groupe :  Instructeur en conduite de véhicules à moteur (2222101)
  • Animateur/animatrice spécialiste d'activités culturelles et techniques (23132)
    Métiers du groupe :  Animateur d'activités culturelles et techniques (2313201) , Responsable de structures d'animations culturelles et techniques (2313202) , Animateur nature environnement (2313203) , Animateur socioculturel (2313204)
  • Educateur-intervenant éducatif/éducatrice-intervenante éducative (23151)
    Métiers du groupe :  Responsable de service éducatif (2315101) , Educateur (2315102) , Intervenant en accompagnement médicosocial (2315103)
  • Technicien/technicienne des services comptables (12142)
    Métiers du groupe :  Comptable (1214201)
  • Responsable pédagogique (22213)
    Métiers du groupe :  Responsable de centre de formation (petite structure) (2221301) , Responsable pédagogique (2221302) , Coordinateur technique de formation (2221303)
  • Intervenant/intervenante d'action sociale (23112)
    Métiers du groupe :  Assistant social (2311201) , Conseiller conjugal et familial (2311202)
  • Psychologue clinicien/psychologue clinicienne (31113)
    Métiers du groupe :  Psychologue (3111301) , Psychothérapeute (3111302) , Assistant en psychologie clinique (3111303)
  • Cadre technique d'hygiène et sécurité (53213)
    Métiers du groupe :  Conseiller en prévention (5321301)
  • Informaticien/informaticienne d'étude (32321)
    Métiers du groupe :  Analyste informatique (3232101) , Développeur informatique (3232102) , Web développeur (3232103) , Spécialiste de réseaux (3232104) , Géomaticien (3232105) , Administrateur de systèmes d'information (3232106) , Architecte réseaux de télécom (3232107)
  • Technicien/technicienne de laboratoire d'analyses médicales (24212)
    Métiers du groupe :  Technologue de laboratoire médical (2421201)
  • Chargé/chargée de communication (32213)
    Métiers du groupe :  Chargé de communication (3221301) , Community manager (3221303)

Codes NACE

Le secteur Education et formation est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 85.1 Enseignement maternel
  • 85.2 Enseignement primaire
  • 85.3 Enseignement secondaire
  • 85.4 Enseignement supérieur et post-secondaire non supérieur
  • 85.5 Autres activités d'enseignement
  • 85.6 Activités de soutien à l'enseignement

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien
ARES

Académie de recherche et d'enseignement supérieur
https://www.ares-ac.be/fr/
CREF

Conseil des Recteurs francophones de Belgique
http://www.cref.be/
Enseignement.be

Enseignement.be - Site de l'enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles
http://www.enseignement.be/index.php
FAA

Fédération des Auto-écoles agréées
https://www.faa.be
Federdrive

Fédération des Ecoles de Conduite et Centres de Formation agréés
https://www.federdrive.eu/contact-fr/
FESEFA

Fédération des employeurs des secteurs de l'éducation permanente et de la formation des adultes
https://www.fesefa.be/
Fondation Enseignement

Fondation pour l'enseignement
https://www.fondation-enseignement.be/
FormaForm

FormaForm - La formation des formateurs tout au long de leur vie
https://www.formaform.be
Imprimer