Secteurs d'activités

Action sociale

Afficher en PDF

Le vaste champ professionnel repris sous la dénomination générique "action sociale" regroupe des activités d'une grande diversité en termes de statut (public, privé associatif ou commercial), de bénéficiaires (enfants, jeunes, adultes, personnes âgées, migrants, réfugiés), de problématiques (handicap mental ou physique, difficultés psychosociales, accueil de la petite enfance, intégration sociale ou culturelle) et de modalités d'intervention (avec ou sans hébergement, négociée ou contrainte, individuelle ou collective, préventive ou réparatrice). Parmi toutes les diversités existantes, on pourrait ajouter la finalité commerciale ou non des employeurs. Cela vaut pour les maisons de repos mais aussi pour l’accueil des enfants de 0 à 6 ans non subventionnés (les maisons d’enfants). La dénomination de crèche est réservée au milieu d’accueil d’enfants subventionné sous statut public ou asbl.

On y trouve (liste non exhaustive) des institutions résidentielles pour personnes handicapées, des services résidentiels pour jeunes en difficulté ou en danger, des maisons d'accueil pour adultes en difficulté sociale ou des abris de nuit pour SDF. Mais aussi des entreprises de travail adapté (ETA) pour travailleurs handicapés, des crèches, de l'accueil extrascolaire, des services de garde d'enfants malades, des services d'action en milieu ouvert (AMO) pour jeunes, des centres de jour pour adultes handicapés, des services d'aide familiale à domicile, et d'aide à la vie journalière (AVJ). Sans oublier les centres pour migrants et réfugiés, les centres de service social, de planning familial, d'aide aux justiciables, des organismes d'insertion socioprofessionnelle, etc.

Certaines des activités de l'action sociale, comme les services à la petite enfance ou encore aux personnes âgées, notamment au domicile de celles-ci, sont confrontées aux enjeux démographiques et sociétaux de nos populations.

Ce champ, de par sa huitième place en Belgique et en Wallonie au classement des secteurs offrant le plus de postes de travail salarié, prouve qu'il reste un gros pourvoyeur d'emplois. Ceux-ci sont répartis dans des organisations de taille variable, et sont très majoritairement occupés par des femmes travaillant le plus souvent à temps partiel.

Même si les métiers y sont très variés et comportent, notamment, des fonctions d'intendance et de secrétariat, la majorité d'entre eux (puéricultrice, aide familiale, éducateur, assistant social, psychologue, aide-soignant, professions paramédicales) sont de type relationnel et comportent une forte dimension humaine.

Enfin, la majorité des emplois du secteur de l'action sociale sont financés ou organisés par les divers pouvoirs publics (régions, communautés, fédéral, communes et CPAS, ...), rendant complexe la gestion des établissements du secteur, d’autant plus que ces financements ne couvrent pas toujours l’ensemble des coûts.

Notons que la séparation entre les secteurs " action sociale " et " santé " n'est pas toujours très tranchée, certains établissements étant à cheval sur les deux secteurs (notamment dans le champ du handicap, de la santé mentale ou des toxicodépendances) ou intervenant sur les deux niveaux. Des professionnels de l'action sociale sont actifs dans le secteur santé, des paramédicaux dans l'action sociale.

Certains services qui semblent relever de la seule santé physique ou mentale, comme les maisons médicales ou les centres de santé mentale, font aussi de l'action sociale, notamment dans le cadre de la prévention. On sait par ailleurs que les problématiques de santé peuvent être très liées à des situations socio-économiques. Une intervention préventive ou curative pourra dès lors aussi comporter une dimension d'action sociale.

   Nombre d'établissements en 2017  Nombre de postes de travail salarié en 2017  Nombre de travailleurs indépendants en 2017 (1)
Wallonie 2.473 48.491 62
Bruxelles-Capitale 1.294 21.356 10
Flandre 3.998 119.294 109
Belgique 7.765 189.141 181

Sources : ONSS - statistiques décentralisées juin 2017 et INASTI 2017, calculs le Forem


(1) Les indépendants exerçant en Belgique et résidant à l’étranger sont comptabilisés uniquement au niveau du pays. La somme des indépendants pour les 3 régions peut donc être inférieure au nombre d’indépendants en Belgique.

Activités du secteur

Description du secteur

Le secteur de l'action sociale est divisé, selon la nomenclature des codes Nace-Bel, en trois sous-secteurs (1) .

Le premier sous-secteur, les autres activités sociales avec hébergement (879), couvre les services de soins résidentiels et personnels dispensés aux personnes, autres que les personnes âgées et avec un handicap, qui sont incapables de s'occuper d'elles-mêmes ou qui ne désirent plus vivre de manière autonome. Sont compris dans ce sous-secteur :

  • les services d'aide à la jeunesse avec hébergement ;
  • les services sociaux généraux avec hébergement (centres d'accueil pour sans abri, demandeurs d'asile, femmes maltraitées, etc.).

Le second sous-secteur, l'action sociale sans hébergement pour personnes âgées et pour personnes avec handicap moteur (881), comprend les services sociaux, de consultation, de protection sociale, d'orientation et d'autres services similaires destinés aux personnes âgées et avec un handicap, à leur domicile ou dans d'autres lieux. Sont compris dans ce sous-secteur :

  • les activités des aides familiales à domicile (sauf soins) ;
  • les activités des centres de jour et de services pour personnes âgées ;
  • les activités des centres de jour pour mineurs ou adultes avec un handicap moteur.

Le troisième sous-secteur, autre action sociale sans hébergement (889), comprend :

  • les activités des crèches et des garderies d'enfants ;
  • les activités des gardiennes d'enfants à domicile ;
  • les activités des centres de jour pour mineurs ou adultes avec un handicap mental ;
  • les activités des centres non résidentiels offrant une aide socio-sanitaire aux personnes toxicodépendantes (alcool et drogue) ;
  • les activités des centres de jour et les services ambulatoires dans le domaine de l'aide à la jeunesse (services de placement familial, services d'aide en milieu ouvert, activités des centres de jour)
  • les activités des entreprises de travail adapté ;
  • les activités d'aide sociale accessible à tous, sans hébergement, pour personnes en danger ou en grande précarité qui sont confrontées à des situations de crise (violences conjugales, catastrophes, réfugiés, etc.), des risques d'exclusion sociale... (l'écoute par téléphone, l'accueil de crise, la médiation de dettes, l'aide sociale aux justiciables, les centres de jour pour les sans-abri et les autres groupes sociaux démunis) ;
  • les autres formes d'action sociale sans hébergement telles que les services d'adoption d'enfants, les services de consultations conjugales et familiales, les activités au niveau des collectivités et des quartiers, etc.

Le secteur aujourd'hui

Sur le terrain et dans les réglementations, c'est en général le type de public - souvent appelé bénéficiaire - (enfants, jeunes, personnes âgées, handicapées, ...) qui détermine en premier lieu la subdivision interne, suivi de la modalité d'aide (avec ou sans hébergement), le tout étant souvent associé à un pouvoir subsidiant et un régime juridique. On parlera ainsi de l'aide aux personnes handicapées (ambulatoire, de jour, en hébergement, ...), de l'aide à la jeunesse (en milieu ouvert, de jour ou résidentiel, ...), de l'accueil de la petite enfance, etc.

Les données statistiques fournies par l'ONSS, utilisées ici, suivent quant à elles la logique internationale des codes NACE (Nomenclature générale des Activités économiques dans les Communautés Européennes), qui ne correspond pas toujours à celle qui prévaut sur le terrain. La subdivision première des codes NACE européens concerne l'hébergement, ce qui signifie que la nomenclature distingue d'abord les activités avec hébergement et celles qui se déroulent sans hébergement, quel que soit le public concerné.

Parmi les trois branches d'activités qui composent le secteur, 62 % des emplois en Wallonie se concentrent dans la branche d'activité hétéroclite intitulée " autre action sociale sans hébergement " (889) qui recouvre des activités diverses dont l'accueil de la petite enfance, les entreprises de travail adapté et autre action sociale sans hébergement ne s'adressant pas aux personnes âgées ou handicapées moteur. Le reste de l'emploi se répartit dans les secteurs de " l'action sociale sans hébergement pour personnes âgées et pour personnes avec handicap moteur " (24 %) et les " autres activités sociales avec hébergement " (14 %). Au regard du volume d'emplois, ou du nombre d'établissements, il apparait que l'action sociale est essentiellement organisée en dehors de structures avec hébergement. En moyenne, une vingtaine de travailleurs sont occupés par établissement du secteur. Celui de " l'action sociale sans hébergement pour personnes âgées et pour personnes avec handicap moteur " se démarque toutefois avec une taille moyenne d'établissement de quelque 65 travailleurs. On retrouve notamment dans ce secteur les services de coordination d'aide à domicile.

Parmi cette diversité d’activités, certaines sont particulièrement touchées par les évolutions démographiques et sociales. C’est notamment le cas de l’aide à domicile dont la demande est soutenue par la présence de plus en plus importante de personnes âgées dans la population et la volonté d’un maintien le plus longtemps possible au domicile. Les activités liées à la petite enfance devraient continuer à créer de l’emploi en raison du maintien de la natalité en Wallonie et de l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail. Néanmoins ces activités sont en grande partie financées par les pouvoirs publics, leur croissance est donc dépendante des choix politiques et du contexte budgétaire.

Enfin, les évolutions dans le secteur engendrent un besoin accru en professionnalisation (notamment pour la garde d’enfants), une nécessaire redéfinition des rôles des différents professionnels (notamment dans l’aide à domicile) au sein du secteur, mais aussi avec le secteur de la santé dont les patients ont bien souvent besoin de prises en charge spécifiques en matière d’aide.

Bien que moins directement touchés, les secteurs de l’action sociale sont, comme l’ensemble des secteurs d’activité, impactés par les évolutions technologiques dans la mesure où elles peuvent modifier les outils de travail, mais aussi la réponse aux besoins rencontrés par une autre relation entre prestataires d’activités et bénéficiaires.

 

Les métiers principaux

La majorité des métiers, salariés ou indépendants, relèvent du " travail sur et avec autrui ", c'est-à-dire de l'action psychosociale qui est mise en œuvre de manière individuelle ou collective par des éducateurs, assistants sociaux, aides familiales, puéricultrices, animateurs, psychologues, paramédicaux, médiateurs, agents d'insertion et autres " intervenants psychosociaux ".

Cependant, les publics concernés et les problématiques étant très divers et évolutifs, la manière dont le métier est exercé peut varier considérablement. Travailler comme éducateur avec des jeunes en difficulté, dans un service en milieu ouvert (AMO) n'est pas du tout la même chose qu'exercer ce même métier avec des personnes handicapées adultes dans un service résidentiel. De même, un assistant social dans un abri de nuit pour SDF n'aura pas la même pratique professionnelle que son collègue qui exerce dans un CPAS ou un centre d'action sociale globale. Certaines évolutions contemporaines, notamment la spécialisation de plus en plus poussée des services, tendent même à rapprocher les pratiques de professionnels différents mais exerçant dans un même type de service, et à éloigner les pratiques de professionnels ayant une formation identique mais exerçant dans des types de services différents.

Parmi les principaux métiers, on peut retenir :

  • Les différentes catégories d'éducateurs, de formation de niveau secondaire ou supérieur (de plein exercice ou en promotion sociale). Ils sont présents de manière importante dans les secteurs de l'aide à la jeunesse, du handicap, de l'aide aux adultes en difficulté, de l'insertion socioprofessionnelle.
  • Les puéricultrices. Elles sont très nombreuses dans les divers services d'accueil de l'enfance et dans certains services d'hébergement de crise de l'ONE, voire dans l'aide aux enfants handicapés.
  • Les assistants sociaux. Ils sont moins nombreux et disséminés dans la plupart des établissements de l'action sociale. Certains exercent d'autres fonctions que celle d'assistant social, notamment celle de coordination dans le secteur de l’aide à domicile ou de l’accueil de la petite enfance.
  • Les animateurs. Ils sont plus présents dans le secteur socioculturel mais néanmoins actifs dans divers services développant des animations, notamment en centre de jour ou dans les services avec hébergement.
  • Les aides-familiales. Elles sont très présentes dans le secteur de l'action sociale à domicile, notamment pour les personnes âgées ou handicapées et les familles. Dans ce même groupe professionnel, les aides ménagers sociaux et les assistants d'aide à la vie journalière qui travaillent dans les services AVJ pour soutenir l'autonomie de personnes handicapées physiques.
  • Les psychologues, moins nombreux, mais également disséminés dans la plupart des secteurs avec une action vis-à-vis des bénéficiaires, mais parfois aussi une fonction de supervision-accompagnement des autres travailleurs.
  • Les professions paramédicales (kiné, infirmières sociales, ergothérapeutes, ...). Celles-ci sont présentes dans certains secteurs, notamment du handicap.

Ces métiers seront encore amenés à évoluer tant dans leurs activités propres que dans leurs interactions. Ils exigent des compétences à acquérir par l’obtention de qualifications spécifiques à chacun d’eux. Certains font l’objet d’autorisation de pratiquer sous réserve d’un diplôme spécifique et parfois au travers de processus d’agrément qui se matérialisent par l’enregistrement et l’obtention de visa auprès des autorités compétentes (2) . Le port de titre(s) et/ou qualification(s) professionnelle(s) particulière(s) est un enjeu important.

  • D'autres formations (comme celle d'enseignant, ...) sont une porte d'entrée pour travailler dans le champ de l'action sociale (travail éducatif, insertion, ...).
  • Enfin, n'oublions pas qu'un nombre non négligeable de travailleurs du secteur de l'action sociale, notamment dans l'hébergement ou les services d'accueil de jour, n'ont pas de fonction psychosociale stricto-sensu : personnel administratif, personnel d'entretien, personnel technique, cuisinier, chauffeur, ...

La publication du Forem « Métiers d’avenir », dans une vision à moyen terme et pour la Wallonie, balaie les différents facteurs d’évolution du secteur et leurs effets présumés sur l’évolution des métiers. Le lecteur intéressé peut consulter les tendances issues de ce travail prospectif via : Métiers d'avenir : L'action sociale .

Texte rédigé en collaboration avec l'APEF.
http://www.lenonmarchand.be/

(1) SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie, NACE-BEL 2008 Nomenclature des activités économiques avec notes explicatives
(2) http://emploi.wallonie.be/home/formation/aides-familiales.html
     https://www.health.belgium.be/fr/sante


Positionnement économique du secteur

Chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires ne peut être utilisé pour mesurer l'activité du secteur non marchand dans l'économie. Cependant, comme toute activité économique, les activités non marchandes génèrent de la richesse. Ainsi selon l'UNIPSO (1) le secteur non marchand (bien plus large que le seul secteur de l'action sociale) représente 18 % de la valeur ajoutée (selon les chiffres de l’institut des comptes nationaux, calculée sur base de la masse salariale) totale de la Wallonie en 2009, soit davantage que les secteurs de l'Horeca et de la construction. Cette valeur ajoutée est de plus sous-estimée, vu que son calcul ne prend notamment pas en compte le travail de nombreux bénévoles (2) .

(1) Union des entreprises à profit social

(2) Source : http://www.unipso.be

Entreprises du secteur

Belgique

Selon les chiffres de la sécurité sociale qui ne reprennent que les établissements avec salariés, on compte en 2017, quelque 7.765 établissements dans le secteur en Belgique. Le nombre d'établissements dans le secteur est légèrement surreprésenté en Wallonie (2.473 établissements) : en effet, les établissements wallons représentent 30 % de l'ensemble des établissements avec salariés de Belgique (tous secteurs confondus) et ceux propres au secteur représentent 32 % des établissements du secteur de l'action sociale en Belgique.

Nombre d'établissements du secteur pour la Belgique et les régions en 2016
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Répartition des établissements entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem

Wallonie

Selon les chiffres de la sécurité sociale qui ne comptent que les établissements avec salariés, on dénombre en 2017, 2.473 établissements dans le secteur en Wallonie. Un peu plus de la moitié des établissements comptent moins de 10 travailleurs (57 %), et 35 % entre 10 et 49. Par rapport à la distribution par taille des établissements dans l'ensemble des secteurs de l'économie wallonne, celle du secteur de l'action sociale se démarque par une surreprésentation d'établissements comptant de 10 à 99 travailleurs.

Répartition des établissements par taille en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Tout comme dans l'ensemble de l'économie, ce sont les provinces de Hainaut et de Liège qui comptent le plus grand nombre d'établissements salariés.

Répartition des établissements entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


 

Emploi dans le secteur

Niveau d'emploi

Belgique

En 2017, le secteur de l'action sociale compte 189.141 postes de travail salarié (1) , ce qui représente près de 5 % de l'ensemble des postes de travail salarié belges.

Pour 100 postes de travail dans le secteur, 63 sont localisés en Flandre, 26 en Wallonie et 11 à Bruxelles-Capitale.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut pour les différentes régions et la Belgique en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Répartition des postes de travail salarié entre les régions en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Wallonie

En 2017, le secteur de l'action sociale compte 48.491 postes de travail salarié, ce qui représente 4,6 % de l'ensemble des postes de travail salarié wallons.

Le nombre d'emplois a augmenté dans le secteur entre 2012 et 2017 de quelque 4 % (et ce, en dehors des emplois de type aide-ménagère occupés dans le cadre des titres-services aujourd’hui enregistrés dans le secteur des services relatifs aux bâtiments (NACE 81)).

D’autres analyses, qui ont abordé des domaines assez proches du secteur de l’action sociale tel qu’ici défini indiquent une hausse continue de l’emploi dans le secteur (2) . Selon les données ONSS, cette croissance serait essentiellement portée par le secteur de la petite enfance ; les entreprises de travail adapté et les services sociaux généraux avec hébergement ; alors que les activités des aides familiales à domicile voient le volume d’emplois baisser entre 2012 et 2017.

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut entre 2012 et 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2012-2017, calculs le Forem


Le secteur est très majoritairement occupé par des femmes (74 %), quel que soit le statut. La part des postes de travail occupés par des hommes connait cependant une certaine progression. Pointée à 21 % en 2008, elle atteint 25 % en 2012 et 26 % en 2017. Les travailleurs masculins sont plus fortement présents dans certains sous-secteurs tels que les entreprises de travail adapté (65 %) ; les services sociaux généraux (40 %), les centres de jour pour personnes avec un handicap (36 %) et les services d’aide à la jeunesse (30 %).

Nombre de postes de travail salarié du secteur selon le statut et le genre en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Comme pour l'emploi dans l'ensemble de l'économie, c'est dans les provinces de Hainaut et de Liège que l'on retrouve la part la plus importante d'emplois salariés (respectivement 41 % et 26 %). L'emploi dans le secteur semble toutefois proportionnellement plus développé dans la province du Luxembourg et de Hainaut, ainsi que dans une moindre mesure dans celle de Namur.


Répartition des postes de travail salarié entre les provinces en 2017
Source: ONSS, statistiques décentralisées, juin 2017, calculs le Forem


Les indépendants

181 indépendants (3) travaillent dans le secteur de l'action sociale en Belgique, dont 62 en Wallonie, en 2017. Tous sont répertoriés dans le sous-secteur 889 « autres actions sociales sans hébergement ». Entre 2012 et 2017, le nombre d'indépendants dans le secteur a baissé de 30 % en Wallonie, de 22 % en Belgique.

Evolution du nombre d'indépendants du secteur entre 2012 et 2017 pour les régions
Source : INASTI 2012 - 2017, calculs le Forem

(1) L’unité statistique « poste de travail » découle de la notion de « travailleur assujetti à la sécurité sociale ». La statistique des postes de travail occupés à la fin d’un trimestre consiste à dénombrer le nombre de travailleurs occupés par chaque employeur à la fin d’un trimestre. Les travailleurs qui, à la fin d’un trimestre, sont occupés par plus d’un employeur, sont comptabilisés plusieurs fois (ONSS)
(2) Voir APEF, http://www.lenonmarchand.be/
(3) Un travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce en Belgique une activité professionnelle en raison de laquelle elle n'est pas engagée dans les liens d'un contrat de louage de travail ou d'un statut (INASTI)

Commissions paritaires

Ci-dessous vous trouverez les principales commissions paritaires liées au secteur.

Numéro de la CP Intitulé de la CP
318 Commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors
319 Commission paritaire des établissements et services d'éducation et d'hébergement
322 Commission paritaire pour le travail intérimaire et les entreprises agréées fournissant des travaux ou services de proximité
327 Commission paritaire pour les entreprises de travail adapté et les ateliers sociaux
329 Commission paritaire pour le secteur socio-culturel
330 Commission paritaire des établissements et des services de santé
331 Commission paritaire pour le secteur flamand de l'aide sociale et des soins de santé
332 Commission paritaire pour le secteur Francophone, Germanophone et bicommunautaire de l'aide sociale et des soins de santé

 

Métiers du secteur

Les métiers les plus demandés par le secteur d'activités, c'est-à-dire classés par ordre décroissant du nombre d'opportunités d'emploi gérées par le Forem en 2018 en provenance de ce secteur.

Codes NACE

Le secteur Action sociale est composé des codes Nace-Bel 2008 suivants :
  • 87.9 Autres activités sociales avec hébergement
  • 88.1 Action sociale sans hébergement pour personnes âgées et pour personnes avec un handicap moteur
  • 88.9 Autre action sociale sans hébergement

Associations sectorielles

Ci-dessous vous trouverez une liste non-exhaustive d'associations sectorielles (fédérations patronales, associations paritaires, centres de compétences, clusters ou autres).
Nom Description Lien


Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse
http://www.oejaj.cfwb.be/
Alter Echos

Bimensuel de l'actualité sociale à Bruxelles et en Wallonie
https://www.alterechos.be/
AMA

Association des maisons d'accueil et des services d'aide aux sans-abri ASBL
http://www.ama.be/
APEF

Association Paritaire pour l'Emploi et la Formation
https://www.apefasbl.org/
EWETA

Entente Wallonne des Entreprises de Travail Adapté - ASBL
http://www.eweta.be/
Fédération des CPAS

La fédération des CPAS
http://www.uvcw.be/espaces/cpas/
Guide Social

Guide Social
https://pro.guidesocial.be/
ISAJH

Fonds paritaire des Institutions et Services d'Aide aux Jeunes et aux Handicapés
https://www.apefasbl.org/les-fonds-de-formation/isajh-institutions-et-services-daide-aux-jeunes-et-aux-handicapes
KCE

Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé
https://kce.fgov.be/fr
Observatoire

Revue d'action sociale et médico-sociale
http://www.revueobservatoire.be/
Santhea

Association professionnelle des établissements de soin du secteur privé non confessionnel et du secteur privé de Wallonie et de Bruxelles
https://santhea.be/
SPF Santé publique

Le service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
https://www.health.belgium.be/fr
UNIPSO

Union des Entreprises à profit social
http://www.ufenm.be
Imprimer