Carrefour des langues - Wallonie

En 2023, le Plan Langues du Gouvernement wallon a initié une dynamique de concertation et de collaboration pour associer les partenaires actifs dans le domaine des langues afin de mutualiser les compétences, les connaissances et les outils présents sur le territoire wallon dans le but de renforcer les initiatives visant à atteindre une insertion durable de la population wallonne sur le marché du travail. Ce regroupement des forces vives sur les langues se concrétise, en 2024, par le pôle de synergies « Carrefour des Langues - Wallonie ».

Le pôle de synergies « Carrefour des Langues - Wallonie » couvre l’ensemble du territoire de la Wallonie. Son offre de services s’adresse à l’ensemble des Wallons.

Publics-cibles prioritaires

  1. Les élèves (+15 ans) / les étudiantes et étudiants / les apprenantes et apprenants en alternance ;
  2. Les travailleuses et travailleurs  ;
  3. Les demandeuses et demandeurs d’emploi.

La mission du pôle de synergies « Carrefour des Langues - Wallonie » est d’améliorer les compétences linguistiques des Wallons en vue d’une insertion durable sur le marché du travail.

Objectifs stratégiques

  1. Soutenir l’innovation dans le domaine des langues ;
  2. Développer les compétences linguistiques et la sensibilité au multiculturalisme ;
  3. Promouvoir l’apprentissage des langues ;
  4. Sensibiliser à la mobilité interrégionale et internationale dans le cadre de l’apprentissage des langues.

Le Carrefour des Langues - Wallonie regroupe les partenaires suivants : le Forem, l’IFAPME, l’Administration générale de l’Enseignement, l’Université de Liège, l’Université de Namur, l’École d’administration publique Wallonie-Bruxelles, l’Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur et les quatre fédérations de pouvoir organisateur de l’enseignement. À terme, d’autres partenaires viendront renforcer le pôle de synergies.

Premier appel à projet du Carrefour des Langues-Wallonie

Le 15 janvier 2024, avec un budget de 830.000 euros à disposition, le Carrefour des Langues - Wallonie a lancé son premier appel à projets à destination de ses membres afin :

  • de favoriser la promotion des langues
  • d'uniformiser les processus de certification des niveaux en langues
  • de lutter contre la pénurie des professeurs et des formateurs en langues
  • de mutualiser les ressources en langues.

3 projets visant à soutenir l'emploi des langues en Wallonie

Suite à la clôture de l'appel à projets, le comité de pilotage du Plan Langues, composé d'un représentant du cabinet de la ministre de la Formation, du Forem, de l'IFAPME, de l'Administration générale de l'enseignement et de l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur, a sélectionné, le 15 avril 2024, les trois projets suivants :

Informations

Partenaires :

Haute Ecole Louvain en Hainaut (SEGEC)
Ecole des Langues Vivantes (ELV) de l’Université de Namur
Haute École Robert Schuman (WBE)

Temporalité :

Septembre 2024 à novembre 2025

Budget :

133 383,00 €

Description du projet

La pénurie d’enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles, particulièrement pour le néerlandais, ne cesse de croître. Pourtant, les besoins d’enseignants en néerlandais sont de plus en plus présents, notamment dans le cadre de l’implémentation du Pacte pour un Enseignement d’Excellence.

Il est très complexe d’identifier les causes de cette pénurie, celles-ci étant liées à différentes réalités (le choix de l’anglais souvent privilégié par les apprenants, des tensions communautaires entre régions francophone et flamande pouvant dissuader les apprenants wallons à se lancer dans l’apprentissage du néerlandais, le fait que l’utilité du néerlandais est souvent sous-estimée par les apprenants n’ayant pas encore été confrontés au monde professionnel, une méconnaissance de la culture de l’autre communauté…).

Il existe des outils et des ressources pédagogiques pour apprendre et enseigner le néerlandais, mais l’accès est souvent difficile, rarement gratuit et pas forcément adapté au développement des compétences spécifiques à un contexte professionnel. La mise à disposition d’outils pratiques pouvant être utilisés par de (futurs) enseignants dans le cadre de leur cours ou pouvant être facilement utilisables pour préparer un entretien d’embauche et pour pouvoir exercer différentes compétences pourrait dès lors être un levier significatif pour l’apprentissage et l’enseignement du néerlandais.

Ce projet vise à dépasser les stéréotypes liés à l’apprentissage du néerlandais et à (re)créer du plaisir dans l’apprentissage et l’enseignement de cette langue. Il a pour objectif de mutualiser les expertises respectives de plusieurs partenaires de formation de l'enseignement supérieur et de créer un outil (mallette pédagogique) rassemblant des ressources connues, compilées, voire réalisées, au cœur des institutions.

Cette mallette se déclinerait suivant deux thématiques principales (l’apprentissage et l’enseignement du néerlandais), chacune d’elle étant à nouveau subdivisée par niveau (secondaire et supérieur).

Le projet consiste dans un premier temps à recenser et à catégoriser les ressources existantes, mais également à créer de nouveaux supports pour certains sujets et compétences qui ne seraient pas encore couverts.

Ces ressources seraient ensuite mises à disposition des apprenants et enseignants de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur à orientations diverses (économique, sociale, politique, pédagogique...) sous la forme d’une mallette pédagogique numérique. La mallette pédagogique serait déclinée par niveau du cadre européen de référence, de A1 à B2, mais aussi en fonction de l’âge, des thématiques et d’autres critères à définir à la suite d'une analyse des besoins émanant du terrain.

Informations

Partenaires :

Hautes Ecoles du SeGEC et de WBE avec ouverture vers toutes les autres HE qui marqueraient leur intérêt

Temporalité :

Septembre 2024 à octobre 2025

Budget :

220 661,36 €

Description du projet

Le projet vise à concevoir une ou plusieurs certifications qui permettront à des personnes qui ne détiennent pas de diplôme à caractère pédagogique orienté vers l’enseignement des langues germaniques, d’accéder pleinement à un emploi d’enseignant en langues germaniques dans l’enseignement obligatoire dans le contexte actuel de pénurie majeure.

Le public visé est un public en reprise d’études, demandeurs d’emploi ayant suivi une formation en langues au Forem ou en reconversion professionnelle. Les formations menant à ces certificats ne seront pas ouvertes aux jeunes sortant directement de l’enseignement secondaire. Les certificats n’ont pas pour objectif de se substituer aux nouvelles formations initiales d’enseignants de Master S3 - S4 - S5 en langues germaniques qui viennent d’être mises en œuvre en septembre 2023.

Pour rappel, c’est en septembre 2027 qu’accèderont à l’emploi les premiers diplômés issus de la réforme de la formation initiale des enseignants (RFIE). Dans cet intervalle, il y a lieu d’offrir à notre système éducatif des voies parallèles de certification pour assurer les besoins exprimés sur le terrain de l’enseignement obligatoire.

Dans un contexte de pénurie d’enseignants, il s’agit de concevoir des formations de courtes durées (30 à 60 crédits, soit une année au maximum en cours de jour et au maximum deux années en horaire décalé). Les certifications s’adresseront donc à un public ayant déjà un niveau de maitrise minimum de la langue ciblée (le niveau du cadre européen des langues pour accéder aux formations sera déterminé en cours de projet).

Lors de la phase exploratoire du projet sera déterminé le niveau des certificats (6 ou 7 par rapport au cadre européen des certifications) nécessaire pour que leurs détenteurs atteignent les compétences requises pour assurer leur future mission d’enseignement dans le respect des normes du Pacte pour un Enseignement d’excellence (référentiels du tronc commun) et de la réforme de la formation initiale des enseignants (RFIE).

Dans la continuité de la conception du projet et pour renforcer l’attractivité de la formation, il sera nécessaire d’offrir une garantie d’accès à l’emploi au candidat qui obtiendra son certificat (lien avec les titres et fonctions, engagement statutaire, accès à un barème, possibilités d’une carrière dans l’enseignement).

Le projet comportera un deuxième volet pour encadrer la mise en œuvre de la première année de formation afin de pouvoir garantir l’assurance qualité au projet.

Informations

Partenaires :

Haute Ecole Charlemagne
Forem
IFAPME

Temporalité :

Juin 2024 à octobre 2025

Budget :

199 992,00 €

Description du projet

Le projet de plateforme Langues & Métiers vise à répondre aux besoins identifiés dans le nouveau Plan Langues du Gouvernement wallon en matière d’apprentissage des langues étrangères orienté « métiers » et de développement d’outils de mutualisation. Les ressources pédagogiques demeurent rares dans le domaine de la didactique de langues étrangères orientée vers la pratique professionnelle.

En effet, développer ces ressources requiert un haut niveau d’expertise dans chaque secteur d’activité concerné et un investissement important en capital humain pour chaque organisation. Pourtant, l’apprentissage de langues étrangères orienté « métiers » constitue un passage obligé pour la formation de professionnels multilingues dans des secteurs d’activité porteurs pour le développement économique régional. Les trois organisations partenaires ont identifié deux langues prioritaires – le néerlandais et l’anglais – ainsi que cinq filières professionnelles stratégiques : le tourisme, la gestion hôtelière, l’alimentation, l’immobilier et la logistique. Ces filières sont stratégiques à la fois pour le développement de l’économie régionale et pour l’amélioration de la qualité des formations offertes par les trois organisations.

La complémentarité des trois partenaires permet de cibler l’ensemble des publics en demande de formation initiale et continuée : étudiants, jeunes en formation en alternance, chercheurs d’emploi, professionnels déjà en activité ou en reconversion. Le projet répond ainsi à un autre défi, celui de l’éclatement de l’offre de formation, en proposant une approche transversale pour chaque filière professionnelle. En effet, si la multiplication des acteurs de la formation constitue un avantage pour répondre aux besoins spécifiques de différents publics cibles, elle entraine aussi une dispersion des moyens disponibles pour le développement de ressources pédagogiques.

En rassemblant des partenaires issus de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, la plateforme Langues & Métiers stimulera la collaboration entre ces acteurs, le croisement de leurs expertises et le partage des ressources. Elle permettra aussi une approche cohérente de chaque filière professionnelle en intégrant dans une même démarche didactique les différents niveaux de qualification : de l’opérationnel au managérial. Dans cette perspective, le dispositif pourrait par la suite être étendu aux enseignants et aux élèves des filières cibles dans l’enseignement obligatoire en technique de qualification.