Un financement du Fonds Européens d’Ajustement à la Mondialisation (FEM)

Les cellules de reconversion sont mises en place et fonctionnent grâce à une allocation de la Wallonie et aux forces vives qui les composent. Néanmoins, c’est aussi grâce à des subsides européens, notamment ceux venant du Fonds Européens d’Ajustement à la Mondialisation (FEM), que les cellules peuvent fonctionner de manière optimale.

Logo du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM)

Le Fonds Européens d’Ajustement à la Mondialisation

Le FEM a pour objectif de contrer les effets de la crise financière et économique mondiale en augmentant les compétences des travailleurs victimes des licenciements collectifs afin de les rendre plus compétitifs sur le marché de l’emploi.

Le FEM peut cofinancer les projets et les mesures suivantes :

  • aide à la recherche d’emploi ;
  • orientation professionnelle ;
  • études, formation et reconversion ;
  • accompagnement et encadrement ;
  • entrepreneuriat et création d'emplois.

Pour bénéficier d’une aide du FEM il faut :

  • qu’un lien entre les licenciements et la mondialisation soit établi (minimum 500 personnes licenciées dans une même entreprise – y compris fournisseurs et producteurs en aval ou licenciement de nombreux travailleurs dans un secteur particulier, dans une ou plusieurs régions avoisinantes) ;
  • qu’un dossier soit déposé par l’Etat membre à la Commission européenne.

Le FEM dispose d'un budget annuel maximum de 150 millions d'euros pour la période 2014-2020. Il peut financer jusqu'à 60 % du coût des projets destinés à aider les personnes ayant perdu leur emploi à retrouver du travail ou à créer leur propre entreprise.

Les projets du FEM sont généralement gérés et mis en œuvre par les autorités nationales ou régionales. Chaque projet a une durée de deux ans.

L’action du FEM en Wallonie

En Wallonie, c’est pour Carsid que le premier dossier a été introduit en 2013. D’autres dossiers ont été, par la suite, introduits pour : Duferco-NLMK, Saint-Gobain Sekurit, Arcelor et Caterpillar.

Intervention du FEM en Wallonie

Intervention du FEM en Wallonie
Entreprise(s) concernée(s) Demande d’intervention Période d’intervention Contribution maximale du FEM Nombre de travailleurs licenciés
Carsid 02/04/2013 01/10/2012 - 31/12/2014 911 934 € 960
Duferco-NLMK 27/09/2013 01/06/2013 - 31/05/2015 981 956 € 719
Saint-Gobain Sekurit 19/12/2013 16/09/2013 - 15/09/2015 1 339 928 € 262
Caterpillar 22/07/2014 01/04/2014 - 31/03/2014 1 222 854 € 1399
Arcelor-Mittal 22/07/2014 01/01/2014 - 31/12/2015 1 591 486 € 1581
Secteur du verre Hainaut - Namur 19/08/2015 10/09/2014 - 19/08/2017 1 095 544 € 412 + 100 jeunes NEETS

(Mise à jour : juin 2016)

Pour les projets terminés ou en cours, le FEM a permis un renforcement de l’accompagnement des travailleurs licenciés, l’aménagement de modules de formations spécifiquement adaptés aux besoins du public, l’organisation d’une rencontre entre le public et les employeurs locaux, un soutien à la création d’activité individuelle et collective.

Dans le cadre de la fermeture de Saint-Gobain Sekurit, le projet comprend des actions de reclassement menées par le groupe Saint-Gobain.

Le FEM permet également de mener des actions d’accompagnement vers l’emploi et de formation à destination de jeunes NEETS (ni à l’emploi, ni en formation, ni dans l’enseignement) résidant dans des provinces éligibles au titre de l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ) et concernées par un licenciement collectif pour lequel le FEM intervient.

Plus d'informations sur le FEM