Le label Centre de compétence

Dès la création des Centres de compétence en 2000, l’octroi du label a été conditionné par le respect d’un cahier des charges décliné en termes de missions.

Depuis 2017, la Wallonie souhaite que l’appellation "Centre de compétence" soit réservée à des initiatives répondant à certaines caractéristiques précises. Après accord du Ministre de la formation, les centres obtiennent,  pour une période de 3 ans, un label spécifique donnant accès, de manière simple et directe, aux ressources mises à disposition par le Réseau.

Pour obtenir le label Centre de compétence, plusieurs éléments de base sont attendus :

  • un ancrage dans la vie économique : s’articuler autour de pôles de développement favorisant l’innovation de produits, l’acquisition des compétences, la formation tout au long de la vie et participer à la création d’un contexte favorable au développement de la Wallonie ;
  • une offre de formation et une diffusion technique/technologique : des formations, sur catalogue ou sur mesure, combinées à des activités d’information, de sensibilisation ainsi qu’à l’utilisation de technologies de pointe ;
  • un centre de ressources multi-utilisateurs : des plate-formes techniques, performantes, dotées d’équipements modernes, mises à la disposition des organismes de formation et des entreprises. Les Centres de compétence organisent des formations pour des publics variés : cadres et chefs d’entreprise, demandeurs d’emploi, professeurs et étudiants ;
  • un partenariat entre les secteurs public et privé  : un investissement mixte qui permet d’intégrer les besoins et demandes de tous les acteurs concernés.

Ces missions sont reprises dans le décret Forem qui, en son article 1er, 7°, définit un Centre de compétence comme étant une « structure partenariale reconnue par le Gouvernement, dans le cadre d’un ou plusieurs secteurs professionnels, ayant pour mission l’information et la sensibilisation aux métiers et aux technologies, la veille, la formation et l’analyse des besoins en formation, ouverte aux usagers tels que ciblés dans le dossier de reconnaissance ».

Responsable éditorial : Coralie RIGAUX
Mise à jour le 14/03/2017