Découvrir un secteur :

Énergie, eau, assainissement et dépollution

Énergie, eau, assainissement et dépollution

Ce secteur regroupe l'ensemble des activités industrielles liées à la filière énergie, eau, assainissement et dépollution

Le secteur de l'énergie couvre deux domaines. Le premier, la cokéfaction et le raffinage, comprend les activités de transformation du pétrole brut et du charbon en produits utilisables. Le second, la production et la distribution d'électricité, de combustibles gazeux, de vapeur et d'air conditionné via une infrastructure permanente de câbles, canalisations et conduites. 

Le secteur de l'eau, assainissement et dépollution est composé de quatre domaines majeurs. Le premier comprend les activités de captage, de traitement et de distribution d'eau pour les besoins des ménages et industries. Le deuxième, la collecte et le traitement des eaux usées. Le troisième est composé de la collecte, le traitement, l'élimination et la récupération des déchets triés ainsi que le démantèlement d'épaves. Le quatrème domaine comprend la dépollution et autres services de gestion des déchets

Analyse du secteur

En réponse au dysfonctionnement global de la société (crises écologique, sociale, sanitaire et énergétique), la transition vers une économie neutre en carbone est une valeur environnementale forte pour guider tous les acteurs des différents secteurs à atteindre la transformation attendue de l'économie mondiale.

Les transitions écologique et énergétique constituent la trame des stratégies européennes (Green Deal) et wallonnes (Plan de Relance, Plan Air Climat Energie, Circular Wallonia...) qui en fixent les balises

La raréfaction des ressources naturelles, la perte de la biodiversité, les changements climatiques et les enjeux énergétiques mettent le secteur de l'énergie, l'eau, l'assainissement et la dépollution au premier plan.

Ainsi les chaines de valeurs des entreprises, les modes de production et de consommation et le recyclage des matières doivent être revus. Cependant, les marchés des produits restent dépendants des règlementations en matière d'environnement, des attentes des clients et des progrès technologiques et numériques. Ainsi, de nouveaux modèles économiques sont apparus en lien avec l'économie circulaire, de la fonctionnalité, collaborative, de partage, des circuits courts...

Tout doucement, l'écologie environnementale prend de l'importance dans la mise en place des projets économiques et ouvre la porte à des nouveaux emplois. En effet, intégrer les préoccupations écologiques et énergétiques dans l'activité économique et sectorielle implique de transformer les emplois, les compétences et de ce fait les formations et l'enseignement

L'énergie, un secteur stratégique pour l'économie 

L'économie est soutenue en Belgique par l'industrie qui occupe un poids relativement plus important dans l'économie belge que dans celle des pays voisins. C'est la conséquence de la spécialisation de notre industrie dans les secteurs de la chimie, l'alimentaire, le pharmaceutique, la métallurgie qui sont des secteurs intensifs en énergie et qui contribuent au PIB de manière plus importante. 

Tout comme les entreprises très consommatrices en énergie, les particuliers sont également incités à consommer moins d'énergie.  Car la production et la consommation des énergies actuelles engendrent de la pollution par les émissions de dioxyde de carbone et de particules fines

Une sensibilité croissante pour les énergies renouvelables se fait donc sentir. De plus, les problèmes d'approvisionnement en énergie et les envolées de prix nous renvoient vers un modèle plus vert. Les différentes alternatives mises en place sont les parcs d'éoliens, les unités de cogénérations à base de biomasse, l'énergie solaire (thermique et photovoltaique), l'énergie géothermique, l'énergie hydroélectrique, l'hydrogène...

Selon le Plan National Energie-Climat 2021-2030, la Wallonie vise une réduction de ses émissions de 55% d'ici 2030 et la neutralité carbone en 2050. Les investissements mais aussi les coûts pour l'entretien, l'évolution du réseau et du personnel des réseaux de distribution du gaz et de l'électricité, le placement des nouveaux compteurs intelligents... entraineront de nouvelles augmentations dans la facture du consommateur dès 2025 pour atteindre les objectifs européens.

Quant au Plan Air Climat Energie 2030 de la Wallonie, il met deux axes en avant :

  • Améliorer la performance énergétique des bâtiments par le biais des primes à la rénovation
  • Doublement de la production d'énergies renouvelables pour 2030 et sortie complète des énergies fossiles en 2050.

Le recours aux énergies alternatives et les incitants des pouvoirs publics pour renouveler le parc du bâtiment en Wallonie seront porteurs de nouveaux métiers et qualifications.

L'or bleu, un bien précieux

Suite à la hausse démographique et à l'altération de la plupart de nos eaux de surface et souterraines (présence de médicaments, pesticides, solvants, nitrates, engrais...), des impacts visibles sur la faune et la flore sont régulièrement observés.  Les altérations sont dues à des gros consommateurs d'eau comme les industries alimentaires, chimiques, de production d'énergie ou l'agriculture qui perturbent la qualité de l'eau et les écosystèmes aquatiques. Des traitements sont donc nécessaires pour assurer une eau de qualité.  Des infrastructures de premier ordre où la digitalisation permettra de nombreux progrès en terme d'hygiène et de sécurité seront donc nécessaires dans les années à venir. Les défis sont similaires que ce soit dans le secteur de l'eau ou de l'énergie. La décarbonation et la digitalisation des infrastructures sont en effet comparables.

En Wallonie, la quantité d'eau présente dans les nappes souterraines est estimée à environ 550 millions de m3 par an. Ces nappes fournissent 80% de l'eau disponible au robinet. La moitié de l'eau potable puisée en Wallonie part vers la Flandre et Bruxelles. En moyenne, les 3/4 des nappes aquifères sont puisées chaque année pour la production d'eau potable. Un équilibre entre volumes d'eau captés pour la consommation et la réalimentation en eau des nappes souterraines doit impérativement être préservé pour l'avenir.

La gestion de l'eau implique des compétences de plus en plus pointues. Les métiers de l'eau sont divers et souvent méconnus du public. Ce sont essentiellement les entreprises publiques qui engagent mais également des sous-traitants (entreprises de voiries, bureaux d'études, laboratoires, vidangeurs...) recherchent également des postes. Peu de métiers sont uniquement centrés sur l'eau (fontainier, pisciniste...). Le secteur regorge de métiers annexes dont le centre d'activité est l'eau comme sanitariste, maçon en charge de l'égouttage, producteur d'eau en bouteilles, voiriste, ingénieur civil, soudeur...  

Le déchet, un produit en devenir

En 2017, le Plan wallon des Déchets -Ressources avait comme slogan : "La production des déchets est évitable et le dechet devient ressource. Rien ne se perd et tout se transforme".

En 2021, la Wallonie a défini une stratégie pour déployer l'économie circulaire afin de devenir un pilier de la relance wallonne (Circular Wallonia). De plus avec la Stratégie de spécialisation intelligente (S3), elle s'appuie sur 5 domaines d'innovation stratégiques (DIS) dont celui des matériaux circulaires. 

Actuellement, dans l'industrie, 46% des déchets proviennent essentiellement du secteur de la construction dont 90% de déchets inertes. La récupération sur chantier permettrait d'agir sur l'offre de matériaux. Une volonté de mettre en place des conditions de statut de fin de déchet et de sous-produit est à l'ordre du jour pour favoriser les filières de recyclage en Wallonie. C'est déjà le cas, dans la construction, avec le décret de sortie du statut de déchet de juin 2021 qui facilite la déconstruction

En Wallonie, l'objectif des années à venir est l'optimalisation des collectes existantes et le développement de nouvelles collectes comme les plastiques durs, organiques... pour atteindre 68% de collecte de déchets à l'horizon 2025. Un pourcentage bien au dessus de l'objectif pour l'ensemble des pays européens de 65% en 2035. 

Au niveau de l'emploi, le volet technologique lié à la circularité des produits met en évidence des métiers comme ingénieurs dont les compétences en STEM et en recherche sont élevées mais aussi des métiers manuels pour valoriser les matériaux secondaires et de déconstruction par exemple. À côté des métiers propres aux déchets, des métiers transversaux communs aux industries en général sont régulièrement demandés comme les chauffeurs, les grutiers, les électromécaniciens, les électriciens... dans le but de transporter les déchets et d'entretenir le matériel utilisé pour le triage et la décomposition des déchets (séparateurs optiques, broyeurs...).

La réintroduction de matériaux secondaires, de sous-produits ou co-produits s'accompagne de normes encadrant les qualités des produits, la sécurité/ dangerosité... qui sont importantes à connaître et à suivre. Les compétences en traitement des déchets pourraient donc être complétées par des compétences plus spécifiques liées au réemploi, au recyclage, à la valorisation d'énergie, aux normes et suivis des procédures

Le secteur en chiffres

Évolution du nombre d'établissements selon les régions

Le secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution compte 1 850 établissements en Belgique fin 2021. La majorité des établissements concernent les sous-secteurs de l'eau, l'assainissement et la dépollution. Plus de 57 % des établissements sont situés en Flandre (1 057 établissements). 

Ce secteur faisant partie de ceux très sollicités dans la transition "verte", il a vu son nombre d'établissements augmenté ces dernières années.  Depuis 2017, le nombre d'établissements du secteur a augmenté de 8,3% en Belgique. Une augmentation plus marquée se fait sentir en Wallonie avec 12,3 % d'augmentation des établissements entre 2017 et 2021. 

Répartition des établissements entre les régions

Cette ventilation géographique avec très peu d'établissements à Bruxelles-Capitale et beaucoup plus dans les deux autres régions (dont celle de la Flandre) est caractéristique au secteur. 

Les entreprises en Wallonie sont sur-représentées dans ce secteur par rapport à toutes les entreprises des secteurs confondus. 

Répartition des établissements entre les provinces wallonnes

En Wallonie, le secteur compte 865 entreprises fin 2021. La répartition des établissements du secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution met en évidence que moins des deux tiers des établissements se situent dans les provinces de Hainaut (32,1 %) et de Liège (27,2 %). 

Les provinces de Luxembourg et de Namur comptent, en comparaison à la totalité des établissements tous secteurs confondus, proportionnellement plus d'établissements du secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution. 

Répartition des établissements et des postes de travail selon la taille de l'établissement en Wallonie

Alors que près de 8 établissements sur 10 tous secteurs confondus comptent moins de 10 postes de travail, le secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution comprend des établissements de plus grande taille. Près de 30 % des postes de travail sont occupés dans des établissements de plus de 200 personnes. 

Évolution du nombre de postes de travail salarié selon les régions

À fin 2021, le secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution comptabilise 55 263 postes de travail.

Comme pour les entreprises,  le nombre de postes de travail a augmenté entre 2017 et 2021 en Belgique passant de 51 953 postes à 55 263 postes de travail ; soit une croissance de 6,4 %. 

En Wallonie, la hausse est un peu plus marquée avec 8,9 %. Dans la région de Bruxelles-Capitale, la hausse s'approche de la moyenne avec 6,3 %. 

Répartition des postes de travail salarié entre les régions

Les postes de travail sont fort présents en Flandre et beaucoup moins dans la région de Bruxelles Capitale. Tout comme pour les établissements, les postes de travail du secteur sont sur-représentés en Wallonie par rapport à tous les postes de travail des secteurs confondus. C'est dans le sous-secteur de l'énergie que les postes de travail sont les plus importants. 

Répartition des postes de travail salarié entre les provinces wallonnes

Fin 2021, la Wallonie comptabilise 16 506 postes de travail sur son territoire.

Comme pour les établissements, la répartition des postes de travail du secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution met en évidence que près de 74 % des postes de travail se situent en provinces de Hainaut (35,7 %) et de Liège (38,1 %).

De plus, ces provinces comptent en comparaison à la totalité des postes de travail tous secteurs confondus, proportionnellement plus de postes de travail du secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution. 

Répartition des postes de travail salarié par genre et catégorie d'âges en Wallonie

Le secteur de l'énergie, eau, assainissement et dépollution compte un plus grand nombre d'hommes que de femmes. La tranche d'âge la plus représentée chez les hommes est celle des 50-54 ans. Chez les femmes, la tranche d'âge la plus importante est celle des 35-39 ans. 

Métiers associés à ce secteur

Sélection des métiers les plus demandés par les entreprises de ce secteur d'activité.

Offres d'emploi liées au secteur

Commission paritaire

Les commissions paritaires réunissent des représentants d'employeurs et de travailleurs pour établir des règlements adaptés aux conditions de travail. Les conventions collectives au sein de chaque commission paritaire déterminent les conditions de travail et de rémunération dans l'entreprise. Plus d’infos sur le site du SPF.
  • 116 Commission paritaire de l'industrie chimique
  • 117 Commission paritaire de l'industrie et du commerce du pétrole
  • 121 Commission paritaire pour les entreprises de nettoyage
  • 124 Commission paritaire de la construction
  • 140 Commission paritaire du transport et de la logistique
  • 142 Commission paritaire pour les entreprises de valorisation des matières premières de récupération
  • 207 commission paritaire pour employés de l'industrie chimique
  • 211 commission paritaire pour employés de l'industrie et du commerce du pétrole
  • 226 Commission paritaire pour les employés du commerce international, du transport et des branches d'activités connexes
  • 326 commission paritaire de l'industrie du gaz et de l'électricité

Liens

Date de mise à jour 30 mai 2023

Chiffres clés du secteur

  • 685 établissements
  • 16506 postes de travail
  • 296 indépendants