Jeunes en stage d'insertion

Le jeune demandeur d’emploi qui ne trouve pas d’emploi après la fin de ses études a en principe droit, après avoir effectué un stage d’insertion professionnelle, à des allocations d’insertion qui sont octroyées par l’ONEM. Pour pouvoir bénéficier des allocations d’insertion, le chômeur doit satisfaire à un certain nombre de conditions d’admission prévues par la réglementation chômage.

Pendant le stage d’insertion professionnelle, le jeune a des obligations de disponibilité active. 

Avoir une démarche active de recherche d’emploi, cela veut dire que le jeune demandeur d’emploi doit :

  • Accepter un emploi convenable (un emploi est jugé convenable quand il répond positivement à des critères liés à la rémunération, à l'aptitude à exercer l'emploi, à la durée des déplacements...) qui lui est offert ou suivre une formation qui lui est proposée.
  • Etre disponible sur le marché de l’emploi.
  • Chercher lui-même activement un emploi par des démarches régulières et variées :
    • consulter régulièrement les offres d’emploi et répondre aux offres qui se présentent,
    • poser spontanément sa candidature auprès d’employeurs potentiels,
    • mettre son CV actualisé à disposition en ligne sur les sites spécialisés (Forem, Stepstone, Jobat, Références…),
    • s’inscrire auprès de bureaux de recrutement ou de sélection ou auprès d’agences d’intérim,
    • participer régulièrement aux bourses et aux salons pour l’emploi…. 
  • Collaborer activement aux actions proposées par les services du Forem et réaliser, si le jeune dispose d'un plan d'actions, les actions qui y sont reprises.  

Le Service contrôle évalue le respect des obligations de disponibilité active sur base de la réalisation des actions reprises dans le plan d'actions (si le jeune en a un) et des démarches autonomes de recherche d’emploi ainsi que des périodes éventuelles de travail, de formation ou de toutes autres actions que le jeune a entrepris pour favoriser son insertion professionnelle.